Bien qu'il soit impossible de dire exactement ce qui se passerait si tous les insectes disparaissaient soudainement de la surface de la Terre, il est très probable que notre civilisation et ses écosystèmes aient de sérieux problèmes. Des matières fécales riches en azote pourraient s'accumuler, étouffant la vie végétale et empêchant l'agriculture. Au même moment, si les cafards ou autres insectes mangeurs de cadavres disparaissaient, cela entraînerait une diminution du nombre d'agents d'entretien disponibles pour nettoyer les cadavres et recycler leurs nutriments dans l'écosystème. De plus, l'absence de moustiques et d'autres insectes signifierait moins de nourriture pour les chauves-souris, les oiseaux et les autres animaux en amont de la chaîne alimentaire.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo. 

Les humains ont peut-être bâti des civilisations, mais les insectes sont les maîtres du monde. Après tout, plus de la moitié des espèces que l'on connaît sont des insectes. Donc s'ils disparaissaient tous soudainement, vous le remarqueriez. Finis les étés passés aux chants des cigales et aux scintillements des lucioles. Fini les abeilles qui pollinisent les pommiers, les cerisiers, les pêchers ou les amandiers. Et il n'y aura plus personne pour faire du miel. Un monde sans insectes signifie un monde avec des supermarchés vides. Mais ce ne serait que le début de nos problèmes. Aujourd'hui, il est impossible de dire exactement ce qui se passerait, mais voici le pire scénario qui pourrait arriver si tous les insectes disparaissaient.

Il y a certains insectes que la plupart des gens seraient heureux de voir disparaître. Comme les moustiques. Ils tuent des centaines de milliers de personnes chaque année en transmettant le paludisme, le virus du Nil occidental et d'autres maladies. Mais s'ils disparaissent du jour au lendemain, ils pourraient nous manquer. Il y existe plus de 3 000 espèces de moustiques sur Terre, qui servent tous de nourriture aux oiseaux, aux chauves-souris, aux grenouilles et à d'autres animaux. Plus de moustiques signifie que ces créatures et les animaux qui les mangent pourraient avoir faim. Il en va de même pour le redoutable cafard, un repas riche en protéines pour les oiseaux, les rongeurs et même les humains dans certains pays du monde. Si nous perdions les 4 400 espèces de cafards, des écosystèmes entiers auraient du mal à survivre. Croyez-le ou non, nous aurions des ennuis encore plus graves car nous serions confrontés à un sérieux problème d'excréments sans l'un des plus grands recycleurs du monde, le coléoptère du fumier.

L'Histoire nous a montré exactement ce qui arrive lorsque ces créatures ne peuvent pas faire leur travail. En 1788, les Britanniques ont introduit du bétail en Australie, et les vaches ont produit énormément d'excréments. Chacune d'elle a produit assez de selles pour remplir cinq courts de tennis tous les ans. Mais alors que les coléoptères du fumier en Grande-Bretagne mangeaient et décomposaient les crottes de vache, les coléoptères australiens indigènes n'y touchaient pas parce qu'ils ne mangeaient que du fumier marsupial sec et fibreux. Les vaches ont donc produit de nombreux excréments. En 1960, le bétail avait recouvert environ 200 000 hectares de pâturage de fumier. C'est assez pour couvrir plus de la moitié du Rhode Island, et bien qu'un peu d'excrément soit excellent pour l'engrais, cet océan de fumier inonderait les plantes d'azote, rendant l'agriculture impossible. Imaginez donc que les 8 000 espèces de doryphores et d'autres insectes mangeurs d'excréments, comme les mouches, disparaissent dans le monde entier. La terre en aurait jusqu'aux genoux... vous avez compris.

Les terres agricoles, les forêts et les déserts s'effondreraient, et il y aurait des cadavres partout. La plupart des animaux ne mangent pas les cadavres. C'est là qu'interviennent les coléoptères mangeurs de chair, que l'on appelle aussi les dermeste du lard, et d'autres insectes qui mangent les cadavres. Plus de 500 espèces de ces atroces croque-morts vivent dans le monde entier, et dévorent la chair morte jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des os. Sans eux, il y aurait beaucoup moins  d'agents d'entretien pour nettoyer les dégâts. Bien sûr, il y aurait encore des vautours affamés et des bactéries pour aider, mais ce ne serait pas suffisant.

Voici comment on pourrait se retrouver dans un monde sans insectes. Mourir de faim en se noyant dans une mer de crottes et de cadavres.

Produit par Shira Polan et Gina Echevarria/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 16 signes qui montrent que les animaux et les plantes vivent une 6e extinction de masse