Voici ceux qui vont s'enrichir le plus grâce à l'introduction en Bourse d'Uber

REUTERS/Rodrigo Garrido

Uber vient de dévoiler les documents relatifs à sa gigantesque introduction en Bourse (IPO), l'une des plus importantes de tous les temps pour une société technologique. Ces documents, déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain des marchés financiers, ne comprennent pas encore tous les détails clés, comme le prix que la société prévoit de fixer pour chaque action ou le nombre d'actions qu'elle va vendre au total. Mais ils révèlent qui sont les plus gros actionnaires.

Et avec ces informations — et des recherches complémentaires sur Pitchbook, une base de données qui suit les détails des transactions financières des sociétés privées — nous savons quelles personnes et quels investisseurs obtiendront les montants les plus élevés lors de l'introduction en Bourse d'Uber, si l'opération est bien accueillie par les investisseurs. 

Travis Kalanick

Kalanick. Paul Sakluma/AP

L'ascension et la chute de Travis Kalanick en tant que fondateur et DG d'Uber ont été bien documentées. Il a quitté son poste de directeur général (DG) à l'été 2017 (et lancé une nouvelle société) et a vendu à ce moment-là une part importante de ses actions au capital de SoftBank, maison-mère d'Uber. Cette vente lui a rapporté 1,4 milliard de dollars, et ne représentait que 30% de sa participation.

C'est le plus gros actionnaire individuel. Il détient plus de 117,5 millions d'actions, soit environ 8,6% de la société. Si les actions d'Uber atteignent le montant auquel celles de son concurrent Lyft se négocient, soit environ 60 dollars l'action, cette participation représenterait plus de 7 milliards de dollars.

Garrett Camp

Garrett Camp. Flickr/Joi

Garrett Camp est le fondateur originel d'Uber. Il a créé une application pour faire appel aux services de limousines noires que son copain Travis Kalanick adorait. Travis Kalanick a investi dans la jeune entreprise, a rejoint la start-up et en est devenu plus tard le deuxième DG.

Garrett Camp, qui est également connu pour l'autre entreprise de technologie qu'il a fondée, StumbleUpon, siège au conseil d'administration depuis ses débuts, tantôt à titre de président, tantôt à titre de simple membre du conseil.

Garrett Camp est le deuxième plus important actionnaire individuel. Il possède près de 82 millions d'actions, soit environ 6 % de l'entreprise. À 60 dollars l'action (le prix auquel l'action Lyft s'échange), la valeur de cette participation s'élèverait à près de 4,9 milliards de dollars.

Dara Khosrowshahi

Uber CEO Dara Khosrowshahi. Getty

Dara Khosrowshahi est le DG d'Uber, embauché pour faire sortir l'entreprise de ses problèmes de moeurs bien connus et l'orienter vers une introduction en Bourse.

Il est en poste depuis environ deux ans maintenant, et l'une de ses principales décisions a été de faire entrer la société en Bourse. Des sources internes ont dit à Business Insider US qu'il a été particulièrement mis sous pression pour lancer une IPO avec une valorisation de 120 milliards de dollars et qu'il sera éligible à des primes importantes si l'IPO atteint et maintient cette valorisation.

Sa participation se compose de 196 000 actions, ce qui représenterait un montant de 11,76 millions de dollars si l'action s'échangeait à 60 dollars en Bourse.

SoftBank

AP

SoftBank a fait une bonne affaire lorsqu'elle a pris une participation de 16% dans Uber, achetant des actions d'autres actionnaires à environ 33 dollars l'action.

Le PDG milliardaire de SoftBank, Masayoshi Son, a capitalisé sur les soucis d'Uber au sein de conseil d'administration et sur les luttes intestines pour obtenir une grande partie de l'entreprise via sa société d'investissement, SoftBank Vision Fund, à un prix qu'il espère être une bonne affaire.

SoftBank Vision Fund, par l'intermédiaire d'une entité appelée SB Cayman 2 Ltd, détient plus de 222,2 millions d'actions. La valeur de cette participation atteindrait 13,33 milliards de dollars si l'action s'échangeait à 60 dollars.

Ryan Graves

Uber

Ryan Graves a rejoint Uber en tant qu'employé n°1 en répondant à un tweet. Il a été le premier DG d'Uber, mais Travis Kalanick l'a rapidement remplacé et a pris ce poste.

Ryan Graves reste au conseil d'administration. Il se peut qu'il ait vendu une partie de ses actions lors de certaines ventes secondaires d'Uber. Ryan Graves détient près de 33,2 millions d'actions, soit une valeur totale de 1,99 milliard de dollars pour un prix de 60 dollars par action.

Le fonds public d'investissement d'Arabie saoudite

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman. Reuters / Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal CourtLe fonds public d’investissement d'Arabie saoudite a investi 3,5 milliards de dollars dans Uber en 2016 et son directeur général, Yasir Al Rumayyan, siège au conseil d'administration de la société.

Ce fonds est présidé par le prince héritier Mohammed ben Salman, accusé d'avoir tué le journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi. Le fonds public d'investissement est antérieur au mandat du prince. Il a été créé dans les années 1970, mais il a été l'un des moteurs de l'ambition du pays de diversifier son économie en l'éloignant du pétrole.

Le fonds de l'Arabie Saoudite détient près de 73 millions d'actions Uber, soit 5,3% de la société et un montant de 4,38 milliards de dollars pour une action valant 60 dollars en Bourse.

Benchmark Capital

Bill Gurley. Brian Ach/Getty

La société de capital risque Benchmark Capital, sous la direction de son associé Bill Gurley, a mené la levée de fonds de série A de 11 millions de dollars d'Uber et a investi dans des tours de table ultérieurs de l'entreprise. Les 12 millions de dollars qu'elle a investis au fil du temps ont été par la suite valorisés à 7 milliards de dollars, selon les documents de ses poursuites judiciaires contre Uber.

Benchmark a vendu environ 14,5 % de sa participation à SoftBank lors de l'acquisition de SoftBank, mais la société a également conservé une participation considérable. Elle détient toujours plus de 150 millions d'actions, soit 11 % de l'entreprise et un montant de 9 milliards de dollars dans l'hypothèse d'une action valant 60 dollars en Bourse. 

Comme Business Insider US l'a déjà rapporté, Bill Gurley a été l'un des premiers conseillers de Travis Kalanick et est devenu l'un des meneurs de ceux qui l'ont évincé.

Après cela, il a démissionné du conseil d'administration et Matt Cohler a pris sa place. Matt Cohler siège toujours au conseil aujourd'hui.

Barney Harford

Barney Harford, Uber's chief operating officer. Uber

Barney Harford, directeur des opérations d'Uber embauché par Dara Khosrowshahi, détient 105 211 actions, d'après le nombre d'actions restreintes qu'il doit convertir en actions d'ici la fin mai, ce qui représente un montant de 6,31 millions de dollars pour une action valant 60 dollars en Bourse.

La situation est devenue délicate pour Barney Harford en juillet quand il a fait des commentaires déplacés, pas une bonne chose pour Uber alors que l'entreprise luttait pour reconstruire son image. Mais Dara Khosrowshahi l'a défendu et il a résisté à la tempête.

Thuan Pham

Uber

Thuan Pham est le directeur de la technologie d'Uber. Il a été engagé par Travis Kalanick, débauché de chez VMware. Thuan Pham était un réfugié vietnamien qui est arrivé aux Etats-Unis en bénéficiant de l'asile politique après une enfance difficile dans des camps de réfugiés.

Thuan Pham était en charge de l'ingénierie lorsque Susan Fowler a publié son triste récit sur ses expériences sexistes et le harcèlement sexuel qui ont finalement mis fin au règne de Travis Kalanick. Mais les enquêtes ont révélé qu'il n'était pas au courant, et il est resté une figure clé de l'entreprise sous les deux DG.

Il possède près de 5,4 millions d'actions, l'équivalent 324 millions dollars pour une action valant 60 dollars.

Plus de 160 autres investisseurs

David Trujillo. YouTube/Fortune

Uber a levé 20 milliards de dollars auprès d'investisseurs au cours de ses années en tant que société non-cotée en Bourse et compte 162 investisseurs, selon Pitchbook. Il y a des dizaines d'autres investisseurs importants qui détiennent des participations de moins de 5% dans la société (le seuil qui exige la déclaration publique).

Parmi eux, on retrouve :

General Atlantic, la société de capital-investissement qui a participé à la levée de fonds de série E de 1,6 milliard de dollars d'Uber en 2015.

La société de capital-investissement TPG Growth qui a commencé à acheter des parts d'Uber en 2013, lorsque Uber a levé 258 millions de dollars et a été valorisée à un peu moins de 4 milliards de dollars. Elle a acheté plus d'actions que cela au total, et son associé David Trujillo fait partie du conseil d'administration.

Version originale : Julie Bort/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber freine ses ambitions dans la voiture autonome avant son introduction en Bourse

VIDEO: Voici à quoi ressemble un vol dans le nouveau jet privé de Honda à 4,9 millions de dollars

Contenu Sponsorisé

La grande distribution connaît une importante mutation, E.Leclerc souhaite encourager les projets qui y répondent

  1. JLBRN

    Donc, pour comparer deux entreprises en bourse, il suffit de comparer le prix de l'action ? "Si les actions d'Uber atteignent le montant auquel celles de son concurrent Lyft se négocient, soit environ 60 dollars l'action"

    Un peu de sérieux.

  2. giantpanda

    Cherchez-vous à diaboliser les investisseurs, qui ont permis le développement d'une start-up qui a réussi , malgré tous les obstacles rencontrer? Or ce n'est pas le cas de tous les start-ups, où les investisseurs perdent leurs fonds. D'un côté en France on cherche à favoriser les start-ups, d'un autre on polémique sur leurs financement.

Laisser un commentaire