Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici comment Bernard Arnault a construit sa fortune et investit son argent

Voici comment Bernard Arnault a construit sa fortune et investit son argent
© Wikimedia Commons

Première fortune de France, Bernard Arnault est aussi l'un des hommes les plus riches de la planète. Le patron de LVMH serait même devenu un temps la première fortune au monde fin novembre 2019, selon le magazine Challenges, à la faveur d'une belle progression du cours de Bourse de son groupe de luxe, suite au rachat du joaillier américain Tiffany. L'homme d'affaires de 70 ans, souvent accusé d'avoir recours à l'optimisation si ce n'est à l'évasion fiscale, tient l'essentiel de sa richesse de la société LVMH, devenue la plus grosse capitalisation boursière du CAC 40.

Mais il possède aussi des actifs dans d'autres groupes de luxe, dans la grande distribution via l'entreprise Carrefour, ainsi que divers biens immobiliers et des quotidiens nationaux influents. Premier patron français à avoir rencontré le président américain Donald Trump, après son entrée en fonction en janvier 2017, Bernard Arnault est un homme puissant, proche de certains politiques. Témoin au mariage de Cécilia et Nicolas Sarkozy en 1996, le milliardaire a vu sa Fondation Louis-Vuitton, dédiée à l'art, être inaugurée par le président de la République François Hollande en octobre 2014.

Bernard Arnault s'illustre par son mécénat depuis de nombreuses années. Sa famille et le groupe LVMH n'ont pas hésité à donner 200 millions d'euros pour contribuer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, en partie détruite dans un incendie en avril 2019.

Voici comment l'homme d'affaires a construit sa fortune — de près de 90 milliards d'euros au 21 février 2020 selon Bloomberg — et comment il investit et dépense son argent :

Bernard Arnault a commencé dans le monde des affaires en travaillant à partir de 1971 pour l'entreprise de bâtiment de son père, dans le Nord, après avoir fini major de sa promotion à l'Ecole polytechnique.

Flickr/Alexandre Prevot

Bernard Arnault reprend les rênes de la société à la fin des années 70 et la réoriente vers la promotion immobilière. L'entreprise est alors rebaptisée Férinel. Elle sera finalement rachetée en 1995 par la Générale des Eaux, qui deviendra plus tard la société foncière Nexity.

Fin 1984, Bernard Arnault est choisi par les pouvoirs publics pour reprendre l'entreprise textile nordiste Boussac, appartenant aux frères Willot, ainsi que ses entités Christian Dior, Le Bon Marché et Conforama.

Flickr/Steve Jurvetson

Bernard Arnault récupère 42% des titres des frères Willot, qu'ils détiennent dans la société financière Agache, afin de s'emparer du groupe Boussac. Il apporte 400 millions de francs, dont 100 millions directement de sa holding et le reste grâce à un tour de table auprès d'investisseurs financiers, dont notamment la banque d'affaires Lazard Frères, rapporte Le Monde. Pour redresser les comptes de la société, Bernard Arnault réduira notamment le nombre de salariés. De 16 000 à fin 1984, ils passent à 12 500 dans les usines fin 1985, puis à 9 800 fin 1986, selon le quotidien.

En janvier 1989, Bernard Arnault devient actionnaire majoritaire de LVMH, après être devenu un des actionnaires principaux en 1987 en montant à hauteur de 25% du capital du groupe.

Wikimedia Commons

Né de la fusion de Moët Hennessy et de Louis Vuitton en 1987, LVMH suscite la convoitise de Bernard Arnault, qui profite des dissensions entre Henry Racamier, à la tête de Louis Vuitton, et Alain Chevalier, qui dirigeait la maison de champagne et de spiritueux Moët Hennessy. L'homme d'affaires monte une première fois au capital du groupe de luxe en 1987, puis devient actionnaire majoritaire et patron de LVMH en 1990 avec l'aide du brasseur Guinness.

Après des démêlés juridiques, Bernard Arnault parvient à mettre hors jeu Henry Racamier, Alain Chevalier et Guinness pour rester seul maître à bord. En faisant l'acquisition de LVMH, il met notamment la main sur les parfums de Christian Dior, dont il possédait déjà la couture.

En 1993, LVHM rachète les marques Berluti et Kenzo, puis le parfumeur Guerlain en 1994, ou encore l'horloger suisse TAG Heuer en 1999.

Flickr/Kent Wang

En février 2020, LVMH réalise la plus grosse acquisition de son histoire en s'emparant du joaillier américain Tiffany, pour un montant de 14,7 Mds€.

Wikimedia Commons

À fin décembre 2019, le groupe familial Arnault possède 47,35% du capital de LVMH et 63,4% des droits de vote. Fin janvier 2020, Bernard Arnault rachète 28 774 actions supplémentaires de LVMH, représentant un montant total de 11,7 M€.

Wikimedia Commons

Le PDG de LVMH a perçu une rémunération de 7,96 millions d'euros en 2018 au titre de ses fonctions, selon Le Revenu, ce qui en faisant alors le septième patron le mieux payé du CAC 40.

Outre LVMH, Bernard Arnault possède aussi un peu moins de 2% du sellier Hermès, solde de sa tentative de rachat avortée en 2014.

Wikimedia commons/ OndRond

Il a également, via sa holding Groupe Arnault, des parts dans Carrefour, qui atteignait 8,6% du capital du groupe de distribution à fin 2019.

Business Insider France/Claire Sicard

Au tournant des années 2000, Groupe Arnault a investi 30 M$ dans Netflix, qui était alors un service de location de DVD.

Flickr/Marco Verch

Bernard Arnault avait lancé en 1999 le fonds Europ@web, dédié aux investissement dans les startups d'internet et disposant d'une enveloppe de 500 millions, rappelle CheckNews. Ce fond a disparu en 2001, suite notamment à l'éclatement de la bulle internet, après avoir investi dans plusieurs sociétés dont eBay et Cisco.

Après avoir détenu La Tribune de 1993 à 2007, le groupe de Bernard Arnault a fait l'acquisition en 2007 du journal Les Echos, pour 240 M€. Il a aussi racheté Le Parisien en 2015, pour lequel il aurait déboursé seulement 50 M€.

Sophie Levy/Business Insider France

LVMH possède aussi Radio Classique, les sites Investir et Boursier.com ainsi que le magazine Connaissance des arts.

Bernard Arnault possède en outre de très nombreux biens immobiliers, comme l'hôtel particulier de 2 000 m2 situé rue Barbet-de-Jouy, dans le 7e arrondissement de Paris, qu'il aurait acquis 25 M€ auprès de Jean-Luc Lagardère en 2005.

Wikimedia Commons

L'hôtel particulier dispose d'une piscine en sous-sol, selon Capital.

Bernard Arnault possède également le château Saint-Rémy-des-Landes à Clairefontaine-en-Yvelines, près de Rambouillet, ainsi qu'une villa à Saint-Tropez, sur la Côte d'Azur.

Depuis 2000, l'homme d'affaires est aussi propriétaire de Nyn Park, un terrain de 129 hectares à une trentaine de kilomètres au nord de Londres, sur lequel a été bâti une villa de 4 300 m2, achevée en 2011. Le terrain comprend également piscine et terrain de tennis couverts, ainsi qu'une salle de gym et des hébergements pour les invités.

Bernard Arnault a aussi en sa possession le domaine des Lambrays en Bourgogne, acheté 110 M€ en 2014. Et il détiendrait 25 autres domaines viticoles dans le monde.

Pixabay/MHachem

Le milliardaire a fait l'acquisition de plusieurs propriétés résidentielles à Los Angeles, dans les quartiers de Beverly Hills, Trousdale Estates et Hollywood Hills, le tout pour au moins 90 M€.

Pixabay/cvcportoalegre

Bernard Arnault possède par ailleurs une île de 54 hectares dans l'archipel des Bahamas, depuis le début des années 2000. Il l'aurait acquise pour 4 M€, auxquels s'ajouteraient 25 M€ de travaux.

Pixabay/buckeyebeth

Il est propriétaire du yacht Symphony, estimé à 130 M€. Mis à l'eau en 2015, ce bateau de plaisance de 101 mètres de long est doté d'un héliport, d'une piscine avec fond transparent et de huit suites.

Wikimedia Commons/Wouter Engler

Bernard Arnault dispose aussi d'un jet privé Bombardier Global Express, estimé à 48 M€.

Wikimedia Commons

Le milliardaire français a demandé la nationalité belge, ce qui lui a valu d'être accusé de vouloir s'exiler fiscalement, ainsi qu'une Une de Libération intitulée en septembre 2012 'Casse-toi riche con!'

com

En novembre 2017, l'enquête sur les Paradise Papers révèle que Bernard Arnault a placé des actifs dans six paradis fiscaux, dont Malte, le Luxembourg, les îles de Jersey et les îles Caïmans.

Pixabay

L'homme d'affaires aurait placé deux yachts, sa maison de luxe de Nyn Park, près de Londres, et des fonds d'investissement dans des paradis fiscaux, selon Le Monde et le Consortium international des journalistes d'investigation.

La Fondation Louis Vuitton, consacrée à l'art contemporain, est inaugurée en octobre 2014. Evaluée à 100 M€ initialement, elle aurait finalement coûté plusieurs centaines de millions.

Flickr/Fred Romero

La construction du bâtiment de la Fondation Louis-Vuitton, conçu par l'architecte Frank Gehry, connu notamment pour le Musée Guggenheim de Bilbao, aurait coûté près de 800 millions d'euros, selon Marianne. LVMH aurait réussi à faire peser sur l'Etat 80% de ce montant, soit plus de 600 millions d'euros, assure le magazine, grâce à des avantages fiscaux et "divers tours de passe-passe".

Entre 2007 et 2017, le groupe de luxe a réduit ses impôts de 581,1 millions d'euros au titre de sommes versées à la Fondation, a relevé de son côté la Cour des comptes, dans un rapport sur le mécénat publié en novembre 2018. Les sages de la rue Cambon s'étaient alors montrés critiques sur le fonctionnement de cette fondation, estimant que sa "véritable retombée est l'apport en termes d'image de la Fondation au groupe et à sa principale marque", quand l'un des principes du mécénat est le désintéressement.

Après l'incendie de Notre-Dame de Paris, en avril 2019, la famille Arnault et le groupe LVMH annoncent un don de 200 M€ pour le reconstruction de l'édifice.

Wikimedia Commons/Marind/CC

Suite à la polémique, liée à la capacité de l'homme d'affaires a débloqué facilement une somme d'argent très élevée, Bernard Arnault a indiqué quelques jours plus tard que les dons de son groupe et de sa famille ne seraient pas défiscalisés.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :