Les entreprises du secteur énergétique s'intéressent de près à la blockchain et à l'énergie consommée. REUTERS/Phil Noble

Vous avez déjà dû entendre parler de blockchain mais sans forcément savoir ce que ça voulait dire ou comment l'expliquer à vos amis et famille.

Mais cela pourrait bientôt changer. La technologie, sur laquelle repose déjà le bitcoin, est en train de sortir du cercle d'initiés que forment startuppeurs, banquiers et investisseurs individuels aguerris, observe Greg Revenu, managing partner de Bryan, Garnier & Co.

La banque d'affaires qu'il dirige vient d'accompagner la levée de fonds de 80 millions de dollars de Bitfury, une startup qui construit des infrastructures et des solutions autour de la blockchain. 

Il affirme même: "on entre aujourd'hui dans une phase de démocratisation du sujet."

Pour preuve, quatre mouvements traversent actuellement le secteur qui vont contribuer à faire de la blockchain une réalité — visible ou invisible — de votre quotidien. 

Les voici.

Les poids lourds de la finance traditionnelle cautionnent les crypto-monnaies.

Les grands noms de Wall Street jettent tout leur poids derrière la technologie sur laquelle repose déjà le bitcoin. Flickr/CC/Sam valadi

Lundi 15 octobre, l'un des plus importants gérants de fonds au monde, l'Américain Fidelity a annoncé le lancement d'une entreprise dédiée aux crypto-actifs, baptisée "Fidelity Digital Assets". Et cet engagement est lourd de conséquences: 

"Fidelity est l'une des institutions les plus conservatrices au monde. Or, ils annoncent clairement vouloir devenir le leader mondial de la gestion d'actifs numériques pour des institutions et des corporates. Fidelity devient la contrepartie de toutes les institutions. C'est une preuve que le monde de la banque bouge sur ce sujet", commente Greg Revenu.

Conséquence? Il ne serait pas étonnant que d'ici 18 à 24 mois les banques proposent ces actifs à leurs clients. Vous pourriez alors acheter pour 1000 euros de bitcoins sans passer par des plateformes comme Coinbase mais bien via votre banque. Ce serait un réel changement de leur part alors qu'elles jugent le placement dans les crypto-monnaies encore trop dangereux.

Des startups du secteur génèrent beaucoup d'argent et attirent des investisseurs de secteurs éclectiques comme la publicité et l'assurance.

Campagne publicitaire pour Land Rover de Dentsu Singapour. YouTube/The One Club for Creativity

Fondée en 2011, Bitfury, une startup qui construit des infrastructures et des solutions autour de la blockchain, a annoncé mardi 6 novembre 2018 une levée de fonds de 80 millions de dollars, menée par le fonds Korelya — dirigé par l'ancienne ministre française de la Culture Fleur Pellerin.

Le tour de table réunit des gestionnaires de fonds, mais aussi le groupe de communication Dentsu,  les assureurs Foyer et MACSF, ainsi que Galaxy Digital et ITech Capital.

"La nature des investisseurs de ce tour de table montre que la blockchain va toucher beaucoup de domaines", explique Greg Revenu. 

"En cinq ans, Bitfury est passée de 0 à 500 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie 700 personnes. On n'est pas sur une startup pour acquérir de la R&D. Bitfury couvre l'ensemble du segment, des technologies propriétaires de calcul et des capacités de traitement de haute performance au minage en passant par de l'infrastructure."

S'il ne s'agit pas forcément d'opportunités de business pour les nouveaux actionnaires, c'est néanmoins l'occasion d'envisager un retour sur investissement très fort en pariant sur l'une des pépites de la tech en Europe.

Le cours du bitcoin s'est stabilisé.

Capture d'écran cours du bitcoin à 17h4à le 7 novembre 2018, sur trois ans. Market Insider

Depuis plusieurs mois, le cours du bitcoin s'est stabilisé autour des 6000 dollars. Son cours s'était envolé en 2017, passant d'environ 1000 dollars à près de 20.000 dollars l'unité (environ 17.600 euros).

Cet effondrement a été provoqué en partie par la crainte grandissante que les autorités de réglementation envisagent de réprimer la crypto-monnaie.

Si l'incertitude demeure sur sa longévité, plusieurs observateurs estiment que le bitcoin s'est désormais stabilisé en devenant "une sorte de monnaie de réserve", estime Greg Revenu. "Cette crypto-monnaie est beaucoup moins volatile par exemple que des devises en Amérique du Sud ou en Asie du Sud Est."

Le secteur de l'énergie se branche sur une technologie énergivore.

REUTERS/Phil Noble

De par le procédé inviolable et décentralisé de la blockchain, les applications sont multiples — dans la logistique, l'assurance, la santé, et l'énergie. 

Engie a ainsi mis en place une infrastructure blockchain dans l'Yonne sur un réseau de compteurs d'eau connectés permettant de déclencher automatiquement l'appel du dépanneur en cas de fuite. Elle s'est aussi alliée à Ledger, startup française qui fournit des produits sécurisés pour la blockchain. Ces boîtiers seront installés sur les éoliennes, les panneaux solaires et les installations hydroélectriques.

Total, de son côté, et son homologue italien Eni ont rejoint en début d'année le projet BTL visant à faciliter le règlement et la livraison des transactions gazières via la blockchain.

Mais les controverses sur les conséquences néfastes sur l'environnement des crypto-monnaies incitent aussi les grands groupes énergétiques à investir pour comprendre ce qui va se passer dans cinq ans.

"Ce sont des sujets qui nourrissent leur réflexion stratégique; ce n'est pas forcément du business à court terme.  Il n'y a pas d'enjeu d'argent mais de compréhension des enjeux", analyse Greg Revenu. 

C'est ainsi l'occasion pour eux de discuter régulièrement avec des nouveaux acteurs pour voir comment tirer profit de la blockchain — en fournissant une énergie aux data centers par exemple. C'est donc à l'aune de cette théorie qu'il faut comprendre leurs actuels et futurs investissements.

Au poker, on dirait qu'ils paient pour voir.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a 2 freins à l'adoption de la blockchain par les entreprises — mais les moins numérisées pourraient basculer plus facilement

VIDEO: Cet artiste japonais maîtrise la technique du Sometsuke à la perfection — sa précision défie toute concurrence