Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici comment fonctionne la nouvelle arme anti-drone de l'armée américaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici comment fonctionne la nouvelle arme anti-drone de l'armée américaine
Développé depuis quatre ans par la Darpa, le MFP emploie des drones de défense qui parviennent à neutraliser la cible en tirant des serpentins dans ses hélices. © DARPA/Capture d'écran YouTube

Ces dernières années, la lutte anti-drone a été érigée au rang de priorité par les armées du monde entier : ces petits aéronefs, peu coûteux, accessibles et très mobiles représentent un véritable défi stratégique. Équipés d'une charge explosive, ils peuvent venir menacer des bases où des convois en déjouant les équipements de surveillance adverses. Les environnements urbains complexes, où vivent de nombreux civils, rendent la tâche encore plus ardue aux défenses anti-aériennes.

Afin de conjuguer efficacement lutte anti-drone et protection des populations — en évitant donc les armes à feu ou explosifs — l'armée américaine a imaginé le Mobile Force Protection Program (Protection mobile des forces — MFP). L'objectif principal du MFP est de protéger des convois de "haute valeur". Développé depuis quatre ans par l'Agence pour les projets de recherche avancée de la défense (Darpa), le MFP emploie des drones de défense qui parviennent à neutraliser la cible en tirant des serpentins dans ses hélices pour provoquer sa chute.

À lire aussi — L'US Air Force veut déployer des fusées cargo sur n'importe quel point du globe en moins d'une heure

La Darpa a annoncé le 7 juin que le développement du programme touchait à son terme ; le MFP devrait donc être prochainement déployé à plus large échelle. Ce système de défense mobile repose avant tout sur un radar en bande X — supra-haute fréquence — qui détecte automatiquement les drones menaçants. "Le radar associe ensuite les cibles à des intercepteurs spécifiques par le biais d'un moteur de décision automatisé lié à un système de commande et de contrôle, qui lance et guide les intercepteurs avec deux types de contre-mesures pour drones, tout en se déplaçant et sans intervention de l'opérateur", explique la Darpa.

Le lancement de serpentins filandreux constitue le principal mode d'interception : ces projectiles permettent de bloquer un court instant la propulsion du drone ciblé pour le faire chuter. Surtout, les drones d'interceptions, tirés depuis un véhicule en mouvement, peuvent être réutilisés par la suite. Le MFP a été dévoilé en partenariat avec l'entreprise de défense Dynetics, basée dans l'Alabama.

"Étant donné que nous nous concentrons sur la protection des ressources mobiles, le programme a mis l'accent sur des solutions à faible empreinte en termes de taille, de poids et de puissance", a déclaré Gregory Avicola, responsable du programme MFP au sein du Bureau de la technologie tactique de la Darpa. "Cela permet également d'avoir des systèmes plus abordables et moins d'opérateurs".

L'État fédéral a alloué une enveloppe de 12 et 4,3 millions de dollars pour le développement du programme sur les exercices fiscaux 2020 et 2021, soit environ 10,2 et 3,5 millions d'euros.

À lire aussi — Un drone tueur a 'attaqué' une cible humaine sans en avoir reçu l'ordre, selon l'ONU

Découvrir plus d'articles sur :