Publicité

Voici comment Françoise Bettencourt Meyers a acquis sa fortune et dépense son argent

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Françoise Bettencourt Meyers, ses deux fils Jean-Victor et Nicolas, ainsi que son mari Jean-Pierre Meyers (à droite), en mars 2019. © Bertrand Rindoff Petroff/Getty Images for Fondation L'Oreal
Publicité

C'est la 12e fortune de la planète mais également la femme la plus riche au monde, selon Bloomberg. Françoise Bettencourt Meyers, 68 ans, femme d'affaires et écrivaine, se trouve aussi et surtout être l'unique héritière d'André et Liliane Bettencourt, propriétaires de L'Oréal, respectivement décédés en 2007 et 2017. Elle et ses deux enfants possèdent environ un tiers du numéro un mondial des cosmétiques, dont la valeur en Bourse avoisine aujourd'hui les 200 milliards d'euros.

La famille Bettencourt figure ainsi sur le podium des plus grandes fortunes de France, en troisième position derrière le milliardaire Bernard Arnault, patron de LVMH, et la famille Hermès, à la tête d'un autre empire du luxe, selon le classement 2021 de Challenges. Son patrimoine est estimé à plus de 71,4 millards d'euros par le magazine. La richesse de la famille Bettencourt, habituée à recevoir des politiques dans son hôtel particulier de Neuilly, fait l'objet de convoitises, comme l'a illustré l'affaire liée au financement de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy, dans laquelle Eric Woerth a finalement été relaxé.

À lire aussi — Comment Jared Isaacman, le touriste spatial de SpaceX, a construit sa fortune

Le conflit opposant Françoise Bettencourt Meyers et François-Marie Banier a également défrayé la chronique. La fille de Liliane Bettencourt accusait le photographe et ami intime de la milliardaire d'avoir abusé de la faiblesse psychologique de sa mère, après la mort de son mari André en 2007, alors qu'elle était déjà âgée de 87 ans. Elle lui reprochait d'avoir soutiré à Liliane Bettencourt près d'un milliard d'euros de dons, sous forme de tableaux de maîtres, de chèques et de contrats d'assurance-vie.

Après plus de dix ans de bagarre judiciaire, François-Marie Banier a finalement réussi à tout conserver, bien qu'il ait été condamné à quatre de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende par la cour d'appel de Bordeaux en 2016.

Voici d'où provient la fortune de Françoise Bettencourt Meyers et comment elle et sa famille dépensent leur argent :

Françoise Bettencourt Meyers est l'unique héritière du groupe L'Oréal, avec ses deux fils, Jean-Victor et Nicolas

Le groupe L'Oréal a plus de 110 ans. MTA/Flickr

Françoise Bettencourt Meyers détient environ un tiers du groupe, qui vaut autour de 200 milliards d'euros en Bourse, lundi 11 octobre 2021. Elle siège au conseil de L'Oréal, à côté de ses deux fils Jean-Victor (35 ans) et Nicolas (33 ans) Meyers.

La famille, discrète sur la gestion de son patrimoine, contrôle 33 % de la société à travers son holding Thétys, qui détient aussi des participations dans Galileo Education, une société européenne spécialisée dans l'enseignement privé, des parts dans le laboratoire vétérinaire Ceva, ou encore 15% de l'opérateur de cliniques Elsan qui compte plus de 135 établissements en France.

Françoise Bettencourt Meyers est présidente de Thétys, tandis que Jean-Pierre Meyers occupe la fonction de directeur général. Les deux époux ont en plus créé Téthys Invest en mars 2016, filiale de Téthys, afin de réaliser "des investissements directs de long terme dans des projets entrepreneuriaux". Alexandre Benais, passé par l'Essec et associé gérant de Lazard quand la banque d'affaires a travaillé sur la restructuration du capital de L'Oréal en 2014, est le directeur général de cette filiale.

Dès 1992, sa mère Liliane Bettencourt lui confie la nue-propriété de ses participations dans L'Oréal et son hôtel particulier à Neuilly-sur-Seine, soit une très grande partie de son patrimoine

Liliane Bettencourt (à gauche) et sa fille Françoise. Pascal Le Segretain/WireImage

Liliane Bettencourt a légué par donation, au début des années 1990, la nue-propriété de ses actions pour n'en conserver alors que l'usufruit. Les bénéficiaires de cette donation sont sa fille Françoise, aux deux tiers, et ses deux petits-enfants Jean-Victor et Nicolas Meyers, pour un tiers.

Le groupe L'Oréal a prospéré au fil des décennies, avec Nestlé à son capital pendant des années

Le numéro un mondial des cosmétiques profite à plein du redémarrage de l'économie cette année. xaviandrew/Pixabay

Françoise Bettencourt-Meyers est la petite-fille du fondateur de L'Oréal. C'est en 1904 qu'Eugène Schueller, jeune chimiste, élabore ses premières teintures pour cheveux, baptisées "Oréal". Avec une grande maîtrise de la publicité, il va rapidement rencontrer le succès et commercialiser de nouveaux produits dédiés à la beauté des femmes.

Quand il décède en 1957, sa fille Liliane reprend le flambeau, en s'entourant de divers dirigeants : d'abord François Dalle, qui transforme la PME L'Oréal en numéro un mondial des cosmétiques, puis notamment Lindsay Owen Jones et Jean-Paul Agon, PDG du groupe de 2011 à 2021 et maintenant président du conseil d'administration.

En 1974, le groupe, pour éviter tout rachat, choisit de s'adosser à Nestlé, lui cédant 30% de son capital en échange d'une participation dans la société agroalimentaire suisse. Les deux multinationales prospèrent ainsi ensemble pendant plusieurs décennies, à coup d'acquisitions.

Finalement, en 2018, un an après le décès de Liliane Bettencourt, Nestlé décide de ne pas renouveler le pacte d'actionnaires, rappelle Challenges. Après 44 ans de partenariat, la famille Bettencourt se retire de Nestlé et le groupe suisse lui vend une partie de ses parts dans L'Oréal, pour tomber à 23% du capital.

Le luxueux hôtel particulier des Bettencourt possède une piscine au sous-sol, renfermerait plusieurs milliers de grands crus ainsi que des centaines de Carré Hermès

James Andanson/Sygma via Getty Images

L'hôtel dispose de cinq niveaux, de la piscine de 30 mètres au deuxième sous-sol, aux chambres des nombreux domestiques au deuxième étage, pour un total d'environ 1 000 mètres carrés, selon Capital. Le lieu est également truffé de toiles de maîtres, de Matisse à Fernand Léger en passant par Picasso.

La famille est également propriétaire de plusieurs maisons à Ploubazlanec, en Bretagne

La pointe de l'Arcouest. JLPC / Wikimedia Commons

Liliane Bettencourt et son mari André, ancien député et ministre sous les présidences de Charles-de-Gaulle et Georges Pompidou, aimaient passer plusieurs semaines à Ploubazlanec, près de Paimpol, dans les Côtes-d'Armor en Bretagne, dans la maison construite en 1920 par le fondateur de L'Oréal Eugène Schueller.

L'ensemble comprend une maison de maître, des maisons d'amis, une piscine et une maison de gardiens. Il avait été déclaré pour une valeur de 1,07 million d'euros en 2010. Après vérification, le fisc l'avait de son côté estimé à 3,2 millions d'euros, précise Mediapart.

Françoise Bettencourt-Meyers a quant à elle acheté il y a quelques années une autre maison, non loin de cette première résidence secondaire, dans la pointe de l'Arcouest, selon Ouest-France. La famille dispose aussi d'un bateau, La Pointe, qui mouille généralement dans la baie.

Elle a joué un rôle de mécène pour la petite commune. Quand la tempête de 1999 a endommagé le clocher de l'église, les Bettencourt ont signé le chèque de 78 000 euros nécessaire à sa reconstruction, précise encore Ouest-France. Puis ils auraient accordé la même somme pour la maison des associations culturelles en 2003. L'association de la petite chapelle de Loguivy-de-la-Mer aurait également perçu un don de 20 000 euros pour une restauration. Le comité des fêtes, les amicales et d'autres encore auraient bénéficié de la discrète générosité des Bettencourt.

Les Bettencourt détiennent en outre une grande propriété à Formentor, à Majorque

Le cap de Formentor à Majorque, une des îles des Baléares. Medienservice/Pixabay

La propriété comprend deux maisons et plusieurs hectares de terrains, à Formentor, aux Baléares. Déclarée pour seulement 310 500 euros en 2010 par les Bettencourt, elle a été réévaluée à une valeur trente fois supérieure de 9,9 millions d'euros par les agents du fisc, selon Mediapart.

Françoise Bettencourt-Meyers fait du mécénat pour les malentendants et la Fondation Bettencourt Schueller finance de nombreux projets, dans les domaines des sciences de la vie, des arts et de la solidarité

La famille Bettencourt finance des projets avec un impressionnant budget de plusieurs centaines de millions d'euros. Mark Paton/Unsplash

Créée par Françoise Bettencourt Meyers, Jean-Pierre Meyers et la Fondation Bettencourt Schueller, la Fondation Pour l'Audition est reconnue d'utilité publique depuis 2015.

La Fondation Bettencourt Schueller existe de son côté depuis 1987. Également considérée d'utilité publique, elle remet des prix et dotations chaque année pour "accompagner et valoriser des personnes qui imaginent aujourd'hui le monde de demain", dans trois domaines : les sciences de la vie, les arts et la solidarité.

Elle est l'une des fondations les mieux dotées d'Europe avec un budget de plusieurs centaines de millions d'euros. Elle a notamment contribué au financement de la recherche contre le sida. La fondation a aussi signé des partenariats avec le Collège de France, pour fonder en 2006 la "chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt", puis avec l'Inserm en 2007 pour financer "l'école de l'Inserm - Liliane Bettencourt", destinée aux étudiants en médecine, pharmacie et odontologie.

Elle a reversé les droits de ses livres à Médecins Sans frontières

Françoise Bettencourt Meyers est aussi écrivaine. imanol_65/Pixabay

Françoise Bettencourt-Meyers a écrit plusieurs ouvrages sur la religion, principalement sur la mythologie grecque et les liens entre les religions juive et catholique. Ils ont notamment été publiés chez l'éphémère maison d'édition L'Oeuvre, aujourd'hui disparue. Les droits liés à la vente de ses livres ont été redistribués à l'organisation humanitaire Médecins sans frontières.

La famille a fait l'objet d'un redressement fiscal record, entre une fondation au Liechtenstein qui masquait l'acquisition d'une île aux Seychelles et une dizaine de comptes en Suisse camouflant 100 millions d'euros

L'île d'Arros et l'atoll Saint-Joseph, que possédaient les Bettencourt aux Seychelles, dans l'océan Indien. Save Our Seas Foundation, Rainer von Brandis/Wikimedia Commons

Outre des propriétés en Bretagne et aux Baléares sous-évaluées par les Bettencourt, la richissime famille a eu des démêlés avec le fisc français concernant 12 comptes bancaires cachés, dont dix en Suisse et deux à Singapour, selon des documents officiels que Mediapart a pu consulter. Ils cachaient au total environ 100 millions d'euros, quand les enquêteurs les ont découverts en 2010.

Par ailleurs, Liliane et André Bettencourt ont discrètement fait l'acquisition, auprès de la famille de l'ancien shah d'Iran, de l'île d'Arros et de l'atoll voisin Saint-Joseph aux Seychelles, en 1998, pour un montant de 18 millions de dollars (environ 15,6 millions d'euros actuels). Une transaction effectuée par un avocat suisse via une fondation enregistrée au Liechtenstein, détenue par une société-écran au Panama. L'île et l'atoll ont finalement été revendu en 2012 pour un montant de 60 millions de dollars (près de 52 millions d'euros actuels).

Au total, suite à la découverte des comptes cachés à l'étranger et de l'île d'Arros, les Bettencourt ont fait l'objet d'un redressement fiscal record de près de 108 millions d'euros. Un montant presque dérisoire au regard de leur fortune.

À lire aussi — Voici comment la famille Dassault gagne et dépense sa fortune

Découvrir plus d'articles sur :