Publicité

Voici comment la gymnaste américaine Simone Biles gagne et dépense son argent

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La jeune gymnaste de 24 ans remporte l'Or lors du concours général individuel des Femmes aux Jeux olympiques de Rio en 2016. © Flickr
Publicité

Elle fait partie des grandes stars américaines de ces Jeux olympiques de Tokyo 2020. Du haut de ses 24 ans, Simone Biles avait déjà défrayé la chronique lors des Jeux de Rio en 2016 en décrochant quatre médailles d'or et une de bronze aux concours général individuel et par équipes, au sol et au saut de cheval. Cet été, l'athlète originaire de Spring, au Texas, pourrait devenir la gymnaste plus titrée de l'histoire des Jeux modernes, en dépassant le record de neuf titres olympiques détenu par Larissa Latynina, une gymnaste soviétique aujourd'hui âgée de 86 ans. Du moins, si sa forme physique le lui permet. Simone Biles s'est en effet retirée du concours général par équipes, ce mardi 27 juillet, "afin de se concentrer sur sa santé mentale", a affirmé la Fédération américaine.

Dans l'univers de la gymnastique artistique, Simone Biles fait figure d'exception. Jamais avant elle une femme n'avait été sacrée 19 fois championne du monde. Celle que l'on nomme désormais "the Greatest of All Times" (the GOAT) a même créé sa propre figure, le «Biles» : un double salto avec demi vrille.

Et l'athlète d'1m45 n'a pas attendu le début de la compétition pour crever l'écran : elle a passé son Yurchenko, l'un des sauts les plus difficiles jamais réalisés, lors de l'entraînement de l'équipe nationale jeudi à Tokyo. Qualifiée pour toutes les épreuves de gymnastique artistique dimanche 25 juillet, elle vise désormais les six médailles d'or. Elle fera sa prochaine apparition lors du concours par équipes mardi 27 juillet, dans le concours général jeudi 29, et sur les quatre agrès (saut, sol, poutre et barres asymétriques) du 1er au 3 août.

À lire aussi — Voici comment Kylian Mbappé gagne et dépense sa fortune

Même si son portefeuille reste mince face au salaire d'un joueur de la NBA (LeBron James est le mieux payé des basketteurs US avec 95,4 millions dollars de revenus pour la saison 2020-2021 selon Forbes), la jeune femme demeure le symbole du rêve américain et une femme d'affaires en devenir. Voici comment Simone Biles gagne et dépense son argent

Sa fortune était estimée à 6 millions de dollars (5 millions d'euros) en 2020

Grâce à son palmarès aux derniers Jeux, à ses 25 médailles remportées lors des Championnats du monde de gymnastique et aux contrats de sponsoring qu'elle accumule avec de nombreuses marques, l'athlète est aujourd'hui millionnaire. Le magazine Cosmopolitan estimait sa fortune à 6 millions de dollars (5 millions d'euros) en 2020 tandis que son compte en banque affichait déjà 2 millions (1,6 million d'euros) avant ses débuts à Rio en 2016 selon la chaîne américaine E!. "Je fais attention à bien choisir les marques avec lesquelles je travaille", confiait-elle au magazine Health en 2019. "Au lieu de simplement créer un produit, il faut vraiment qu'elles aient un impact dans la société."

La gymnaste a remporté 110 000 dollars (93 306 euros) lors des Jeux olympiques de Rio

Selon Forbes, les athlètes olympiques récompensés aux Jeux de Rio en 2016 avaient reçu environ 25 000 dollars (21 200 euros environ) par médaille d'or, 15 000 dollars (12 700 euros environ) par médaille d'argent et 10 000 dollars (8 400 environ) pour le bronze, de la part du Comité Olympique américain (USOC). Grâce à ses cinq victoires lors de cette compétition (quatre médailles d'or et une de bronze), Simone Biles avait donc perçu un chèque de 110 000 dollars. Depuis un accord de 2017, la rémunération des athlètes olympiques américains a augmenté de 50% selon Vox. Si Simone Biles excelle aux JO de Tokyo, elle pourra donc empocher jusqu'à 37 500 dollars (32 000 euros) si elle décroche l’or, 22 500 pour l’argent (19 000 euros environ) et 15 000 $ pour le bronze (12 800 environ).

Les 25 médailles qu'elle a gagnées jusqu'à présent aux Championnats du monde, aux Pacific Rim Championships et aux compétitions organisées par la fédération internationale de gymnastique (FIG) lui ont également permis d'ajouter quelques zéros à son compte en banque.

Quant aux recettes du Gold Over America Tour (GOAT), organisé par Simone Biles cette année, elles promettent d'être élevées. Cette tournée dont l'entrée est payante et réservée aux clubs de gymnastique mobilise les membres de l'équipe nationale américaine présente aux JO de Tokyo, de septembre à novembre aux États-Unis. La gymnaste participait jadis au Post-olympics exhibition tour, une tournée organisée après chaque compétition olympique, mais a refusé de faire acte de présence cette année. Cet événement avait rapporté 1,7 million de dollars (1,4 million d'euros) à l'équipe américaine de gymnastique après les Jeux de Londres en 2012 et 2,6 millions de dollars (2,2 millions d'euros) en 2016 selon le Wall Street Journal.

Elle a conclu des contrats de sponsoring avec plus d'une douzaine de marques

Des céréales Kellogg's, en passant par les produits cosmétiques SK-II, les casques Beats by Dre aux justaucorps de GK Elite, l'athlète a signé des contrats de sponsoring avec environ une douzaine de marques. Elle a également conclu un accord avec Athleta en avril, une boutique de vêtements de fitness rattachée à GAP, pour remplacer son partenariat avec Nike. Simone Biles y avait mis fin alors que l'entreprise avait été accusée de pénaliser les athlètes enceintes avec lesquelles elle signait des contrats, selon le New York Times. La jeune Texane a ainsi rejoint Allyson Felix, championne américaine du 400 mètres et première égérie d'Athleta.

Elle utilise son compte Instagram aux 4,4 millions d'abonnés pour promouvoir des marques

Grâce à son taux d'engagement et ses 4,4 millions d'abonnées sur le réseau social, la jeune gymnaste est également sollicitée par d'autres marques avec lesquelles elle conclue des partenariats rémunérés. Sur cette annonce qu'elle publie sur Instagram, on la voit attraper au vol un biscuit Oreo après avoir effectué une figure. Arborant l'un de ses nouveaux justaucorps GK elite, la jeune femme pose également avec une bouteille des boissons énergisantes Corepower ou du matériel floqué Spieth America, une marque américaine d'équipements pour gymnastes.

À lire aussi — Voici comment Karim Benzema gagne et dépense sa fortune

La gymnaste demeure économe par peur de "finir fauchée"

Simone Biles est plutôt économe et ne s'autorise à sortir sa carte bleue qu'à de "rares occasions", "quand elle mérite de se faire plaisir". "J'ai une peur bleue des dettes et de finir fauchée" a-t-elle confié à la banque américaine JPMorgan en mars 2019 dans un podcast. "Mes conseillers financiers m'ont toujours incitée à investir, à dépenser de l'argent car moi, j'épargnais trop", raconte la jeune Simone, "il faut savoir dépenser mais... intelligemment".

Elle est devenue propriétaire d'une grande villa à Houston, au Texas

Ces dernières années, la jeune championne semble pourtant avoir suivi les conseils de son banquier à la lettre. Après avoir vendu la maison de 34,4 hectares dans laquelle elle a grandi à Spring en 2017 pour 289 000 dollars (245 000 euros environ), l'athlète est devenue propriétaire d'une superbe villa à Houston en 2019. Son immense piscine, sa salle de bains luxueuse et les lustres de cristal dans sa cuisine contrastent avec son ancienne demeure en briques rouges.

Elle est ambassadrice de l'University of the People, qui propose des cours à distance et des bourses pour les étudiants

Mais si l'Américaine semble avoir un attrait pour les accessoires Louis Vuitton et les 4x4 Mercedes Classe G (son prochain achat, a-t-elle confié à JP Morgan), elle s'est aussi lancée dans l'humanitaire. En 2018, elle est devenue ambassadrice de l'University of the People, qui propose des cours à distance et des bourses pour les étudiants. Elle a également fait des donations au Mattress Firm Foster Kids, une association soutenant les enfants placés en famille d'accueil. L'histoire de ces orphelins émeut particulièrement l'athlète qui a elle-même été adoptée par ses grands-parents.

À lire aussi — Voici comment Paul Pogba gagne et dépense sa fortune

Découvrir plus d'articles sur :