Publicité

Voici comment le gouvernement compte empêcher les Français de skier pendant les fêtes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici comment le gouvernement compte empêcher les Français de skier pendant les fêtes
Les remontées mécaniques resteront fermées pendant les fêtes. © PxHere
Publicité

Si l'amélioration de la situation sanitaire se confirme, les Français auront toute liberté de se rendre dans les stations de sport d'hiver à partir du 15 décembre. Ils pourront y faire du shopping. Mais les remontées mécaniques resteront fermées. Et les bars et restaurants également. Autant dire qu'il y aura un faible intérêt à passer ses vacances à la montagne pour les amateurs de ski de piste. Mais le gouvernement ne compte pas s'arrêter aux restrictions sur le territoire national.

Il compte aussi tout faire pour dissuader les Français de se rendre dans les domaines skiables des pays voisins. Le Premier ministre, Jean Castex, s'est montré pour le moins ferme au micro de BFMTV-RMC mercredi 2 décembre. Pour "empêcher les Français d'aller se contaminer dans les stations" de ski des pays limitrophes, "on va instaurer une quarantaine", a-t-il notamment déclaré. Et d'ajouter : "avec des contrôles aléatoires à la frontière".

A lire aussi - Des chercheurs travaillent sur un spray nasal qui protègerait du Covid-19 pendant 6 mois

Période d'isolement de 7 jours

Le gouvernement envisage ainsi de mettre en place une période d'isolement de sept jours, que les préfets des départements limitrophes de l'Espagne et la Suisse "pourraient ordonner". Si l'Italie a décidé de maintenir ses stations fermées pendant les fêtes, ce n'est effectivement pas le cas de la Suisse. "En Suisse, nous pouvons aller skier, avec des plans de protection ", a assuré jeudi dernier le ministre de la Santé helvète, Alain Berset, rapporte Ouest-France. L'Espagne a aussi annoncé l'ouverture de plusieurs stations de ski dans les Pyrénées courant décembre.

Et l'Andorre et ses trois stations — Grandvalira, Ordino-Arcalis et Pal-Arinsal — pourraient bien aussi accueillir du public sur les pistes, bien que la principauté pyrénéenne ait pour le moment reporté sa décision. En l'absence de neige actuellement, la presse andorrane évoque un début de la saison à partir du 19 décembre, selon France 3 Occitanie.

Le président de la République, Emmanuel Macron, avait déjà annoncé mardi qu'il envisageait de prendre "des mesures restrictives et dissuasives" pour empêcher les Français d'aller skier à l'étranger à Noël, rappelle l'AFP. Matignon a précisé que les mesures d'isolement ne s'appliqueraient pas aux travailleurs transfrontaliers.

Chômage partiel dans les stations de ski

Comme la France, l'Allemagne menace ses concitoyens d'une quarantaine de dix jours s'ils se rendent sur les pistes du voisin autrichien, qui entend pour le moment laisser ouvert ses 435 domaines skiables.

Jean Castex regrette l'absence d'une "harmonisation européenne" sur la question de l'ouverture des stations de ski. Empêcher les Français de se rendre à l'étranger pour skier est aussi une façon de rétablir "un principe d'équité vis-à-vis des gestionnaires des stations de ski françaises", estime-t-il.

Dans l'Hexagone, les stations de sport d'hiver déplorent la fermeture des remontées mécaniques, qui devrait être maintenue au moins jusqu'au 1er janvier. "La saison, c'est quatre mois et demi. Noël et début janvier pèsent pour 20 à 25 %. Or, cette saison s'annonçait difficile, avec une fréquentation étrangère bien moindre", souligne dans un entretien aux Echos Dominique Marcel, le PDG de la Compagnie des Alpes.

Le premier opérateur mondial dans la gestion de domaines skiables se voit contraint de mettre 2 500 personnes au chômage partiel en raison de la fermeture des remontées pendant les fêtes de fin d'année. En 2020, Noël ne sera pas joyeux pour tout le monde .

À lire aussi — Jean Castex confirme que les magasins pourront ouvrir jusqu'à 21h et éventuellement le dimanche

Découvrir plus d'articles sur :