Publicité

Voici comment les touristes spatiaux de SpaceX ont vécu l'épreuve de la centrifugeuse

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici comment les touristes spatiaux de SpaceX ont vécu l'épreuve de la centrifugeuse
Jared Isaacman à bord de la centrifugeuse dans "Compte à rebours : Quatre touristes dans l’espace". © Capture d'écran Netflix
Publicité

Tout vol dans l’espace implique un entraînement exigeant de plusieurs mois, notamment pour préparer les astronautes aux conditions extrêmes auxquelles leur corps va être confronté. Dans “Compte à rebours : Quatre touristes dans l’espace”, disponible sur Netflix, on suit la préparation du premier équipage non-professionnel de SpaceX, qui doit s’envoler à bord de la mission Inspiration4 ce mercredi 15 septembre.

Les épisodes 3 et 4 mis en ligne ce lundi montrent comment les quatre futurs touristes spatiaux se sont préparés pendant six mois. Ils ont suivi beaucoup de cours théoriques et d’exercices au sein d’une capsule Crew Dragon pour apprendre comment fonctionne le module de SpaceX. Ils ont aussi traversé des épreuves plus physiques. Dans l’épisode 3, on voit notamment l’équipage gravir le Mont Rainier, dans l’Etat de Washington. Il s’agit là d’une sorte de séminaire de team building qui permet de resserrer les liens entre les membres de l’équipage, en les plaçant dans une situation difficile mais pas insurmontable.

À lire aussi — SpaceX s'apprête à lancer Inspiration4, sa première mission de tourisme spatial

Car, comme l’explique l’astronaute de la NASA Chris Cassidy dans l’épisode 3, “ce qui est intéressant avec les vols spatiaux, c’est qu’on ne peut pas aller dans l’espace pour s’y entraîner." Avant d’ajouter : “Il faut s'entraîner dans des simulateurs de l'environnement terrestre, dans des situations analogues à celles des vols spatiaux. Et ensuite, dans votre cerveau, intégrer tout cela dans un ensemble qui vous prépare mentalement à ce que vous allez faire.”

Une des parties les plus impressionnantes de cette préparation est notamment l’exercice de la centrifugeuse, qui simule l'accélération de la fusée au décollage. Dans le documentaire, on voit l’équipage se rendre en Pennsylvanie, dans un centre d'entraînement où se trouve une installation similaire à celles de la NASA.

'Comme si deux de vos plus grands copains étaient assis sur votre poitrine'

Pour Jared Isaacman, le milliardaire qui finance la mission Inspiration4 et qui commandera la capsule, l’exercice semble relever de la promenade de santé - étant donné qu’il est qualifié pour piloter des avions de chasse et a déjà participé à des spectacles de voltige aérienne.

Mais pour un autre membre de l’équipage, c’est moins facile. Ainsi, Christopher Sembroski, qui travaille comme ingénieur de données dans le vie de tous les jours, décrit son expérience “comme si deux de vos plus grands copains étaient assis sur votre poitrine, et vous poussaient dans votre siège, pendant plusieurs minutes.”

La centrifugeuse fait en effet ressentir quatre fois et demi le poids de son corps. Et elle place les futurs astronautes dans une situation de stress, en simulant un imprévu qui imposerait la capsule Crew Dragon de s’éjecter de la fusée Falcon 9 au moment du décollage pour aller amerrir en urgence. La personne à bord de la centrifugeuse entend d’abord une alarme sonner, avant de sentir la capsule secouer violemment.

Christopher Sembroski à bord de la centrifugeuse. Capture d'écran Netflix

Après l’exercice, au moment où un employé vient ouvrir la porte pour le faire sortir, Christopher Sembroski est ainsi pris de nausée et on le voit vomir dans un sac, qui lui a heureusement été remis avant de démarrer le simulateur. Il affirme ensuite, face à la caméra, qu’il prendra un traitement contre la nausée le jour de la mission : “j’ai entendu dire que la plupart des astronautes font ainsi.”

Quant à Sian Proctor, la professeure de géologie, elle affirme après l’exercice ne ressentir qu’une “légère nausée” mais admet plus tard face à la caméra qu’elle est était prête à vomir elle aussi.

À lire aussi — SpaceX décroche un contrat de 152 M$ avec la NASA pour lancer des satellites météo

Découvrir plus d'articles sur :