Voici comment Elon Musk, Jeff Bezos et Richard Branson se positionnent sur la conquête spatiale

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici comment Elon Musk, Jeff Bezos et Richard Branson se positionnent sur la conquête spatiale
Les trois milliardaires cherchent à se placer sur le marché du spatial. © Patrick Pluel/Getty; Alex Wong/Getty; Hollis Johnson/Insider

SpaceX, la société d'Elon Musk, est peut-être le nom le plus en vogue dans le domaine de l'exploration spatiale privée, mais le DG de Tesla n'est pas le seul entrepreneur méga-riche à avoir de grandes visions de l'avenir de l'Humanité au-delà de l'atmosphère terrestre.

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon et autre multimilliardaire, possède sa propre entreprise spatiale — Blue Origin — et vend chaque année pour environ 1 milliard de dollars d'actions Amazon pour la financer (soit environ 822 millions d'euros). Richard Branson, dont le groupe Virgin est actif dans tous les domaines, des compagnies aériennes aux soins de santé, a lancé sa propre entreprise de vols spatiaux commerciaux, Virgin Galactic.

À lire aussi — SpaceX, Virgin Galactic... Voici ce que vous réserve le tourisme spatial dans les années à venir

Ces trois entreprises ont été fondées à quelques années d'intervalle, au début des années 2000, mais chacune d'entre elles a son propre modèle économique et ses propres projets pour l'avenir de l'espace.

Voici ce qu'Elon Musk, Jeff Bezos et Richard Branson tentent d'accomplir, et où en sont leurs efforts aujourd'hui.

Elon Musk

Elon Musk a fondé SpaceX en 2002, des années avant de devenir le DG de Tesla et de s'imposer comme une figure régulière de la sphère Twitter.

L'entreprise est née de l'idée d'Elon Musk d'envoyer un vaisseau spatial appelé "Mars Oasis" sur la planète rouge. Le véhicule devait livrer une serre expérimentale et des équipements permettant de prendre des photos de la planète et de les renvoyer sur Terre. Elon Musk espérait que le projet susciterait un regain d'intérêt pour la conquête de Mars au sein du gouvernement américain.

La fusée Falcon 9 de SpaceX décolle au Centre spatial Kennedy le 30 mai 2020 à Cap Canaveral, en Floride..  Joe Raedle/Getty Images

Il s'est engagé à verser 20 millions de dollars (environ 16,4 millions d'euros) pour financer la mission — et a tenté en vain d'acheter des ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) rénovés à la Russie — mais a découvert que le projet dépassait largement son budget. Il a fondé SpaceX pour développer des fusées réutilisables qui réduiraient le coût de l'envoi de personnes et d'objets dans l'espace.

C'est ce que SpaceX, basée à Hawthorne, en Californie, a passé la majeure partie des deux dernières décennies à essayer de réaliser, et elle a fait de grands progrès.

SpaceX lance sa première fusée super lourde Starship SN8 lors d'un test depuis ses installations de Boca Chica, au Texas, le 9 décembre 2020. Gene Blevins/Reuters

Elle a effectué de nombreux lancements pour des clients commerciaux et gouvernementaux et, en 2012, elle est devenue la première entreprise privée à envoyer un vaisseau spatial vers la Station spatiale internationale (ISS). En 2020, elle est devenue la première à envoyer des humains dans l'espace et sur l'ISS. Et en avril, la NASA a choisi la société pour faire atterrir les premiers astronautes sur la Lune depuis 1972.

SpaceX travaille également sur un service Internet à large bande comprenant des milliers de satellites, appelé Starlink. Ce service vise à fournir l'internet à haut débit aux zones rurales et éloignées. SpaceX a récemment déclaré avoir reçu plus de 500 000 commandes et dépôts.

Un prototype du vaisseau spatial Starship de SpaceX dans les installations de la société à Boca Chica, au Texas. Callaghan O'Hare/Reuters

En fin de compte, Elon Musk pense que l'avenir de l'Humanité dépend de sa capacité à coloniser Mars. Il a déclaré en 2020 qu'il souhaitait établir une ville d'un million d'habitants sur Mars d'ici 2050. Les colons s'y rendront à l'aide d'une flotte de 1 000 Starship — l'imposant vaisseau-fusée de 120 mètres de haut que la société conçoit pour les voyages dans l'espace lointain.

À lire aussi — Elon Musk espère accélérer le projet d'une ville sur Mars, voici à quoi elle ressemblerait

Jeff Bezos

Comme Elon Musk, le milliardaire d'Amazon Jeff Bezos est fasciné par les voyages spatiaux depuis des décennies. Il a été particulièrement séduit par les visions du physicien Gerard O'Neill concernant les stations spatiales flottantes, qui pourraient accueillir des milliards d'humains une fois que la Terre aura épuisé ses ressources.

Pour assouvir son obsession, Jeff Bezos a fondé Blue Origin en 2000, avec un objectif similaire à celui d'Elon Musk : rendre l'exploration spatiale moins coûteuse grâce à des boosters qui peuvent être recyclés pour de futurs lancements. La société, basée à Kent, dans l'État de Washington aux États-Unis, a fonctionné dans le plus grand secret jusqu'en 2003 environ, et Jeff Bezos est resté très discret sur ses projets pendant plus de dix ans.

La fusée suborbitale réutilisable New Shepard de Blue Origin s'élance vers l'espace en 2016.  Blue Origin

Depuis des années, l'entreprise teste une fusée suborbitale appelée New Shepard qui, à terme, emmènera des touristes payants aux confins de l'espace dans une capsule pressurisée. Les passagers pourront apercevoir la Terre à travers de grandes fenêtres et faire l'expérience de quelques minutes d'apesanteur.

En mai, Blue Origin a annoncé que le premier vol aurait lieu le 20 juillet et que le premier siège serait vendu aux enchères pour une œuvre de charité.

Un aperçu de la conception finale de la capsule New Shepard destinée aux touristes de l'espace suborbital. Blue Origin

La société développe également une fusée plus grande appelée New Glenn pour livrer des charges utiles en orbite basse, ainsi qu'un projet futur secret appelé New Armstrong. Les véhicules de lancement de Blue Origin sont tous nommés en hommage à d'anciens astronautes de la NASA.

En 2019, Jeff Bezos a dévoilé ses plans pour un atterrisseur lunaire appelé Blue Moon, qui, selon la société, sera prêt en 2024 et contribuera éventuellement à établir une "présence humaine durable" sur la lune. Blue Origin a candidaté à un contrat visant à faire atterrir des astronautes de la NASA sur la Lune et a été battu par SpaceX — mais l'entreprise conteste la décision.

Blue Origin a dévoilé un atterrisseur lunaire, mais a perdu un contrat pour emmener les astronautes de la NASA sur la Lune au profit de SpaceX.  Clodagh Kilcoyne /Reuters

Lorsque Jeff Bezos a annoncé son intention de se retirer du poste de PDG d'Amazon en 2021, il a dit qu'il prévoyait de consacrer plus de temps à ses autres entreprises, dont Blue Origin. Et dans une interview de 2018 avec Matthias Döpfner, le PDG de la société mère d'Insider, Axel Springer, Jeff Bezos a qualifié la société de fusées de son "travail le plus important."

À lire aussi — Elon Musk se moque dans un tweet de Blue Origin, la société de Jeff Bezos

Richard Branson

L'entreprise spatiale de Richard Branson diffère de Blue Origin et de SpaceX sur quelques points essentiels. Virgin Galactic se concentre actuellement sur le tourisme suborbital, plutôt que de lancer des personnes et des charges utiles dans l'espace. Elle a également une méthode radicalement différente pour envoyer des vaisseaux spatiaux hors de l'atmosphère terrestre.

Un vaisseau spatial de Virgin Galactic attaché à son véhicule porteur, WhiteKnightTwo. Virgin Galactic

Virgin Galactic ne lance pas de fusées directement depuis le sol comme ses concurrents. Au lieu de cela, ses vaisseaux spatiaux sont amenés à 50 000 pieds d'altitude (15 kilomètres) par un large jet à double fuselage appelé WhiteKnightTwo. De là, le vaisseau se détache et plane pendant quelques secondes, avant d'allumer son moteur-fusée et de commencer une ascension quasi verticale jusqu'à environ 300 000 pieds (91 kilomètres d'altitude).

L'entreprise n'a pas encore fait voler de touristes, mais elle a vendu 600 billets pour 200 000 à 250 000 dollars l'unité (entre 165 000 et 205 000 euros). Virgin Galactic prévoyait d'accueillir des passagers en 2021, mais elle a repoussé ce projet à l'année prochaine.

Le VSS Unity de Virgin Galactic glisse vers sa base après un vol d'essai. Virgin Galactic

Lorsque le vaisseau spatial atteindra son altitude finale, les clients pourront se lever de leur siège et passer plusieurs minutes à flotter dans la luxueuse cabine et à contempler la Terre ou l'espace. Virgin prévoit également de proposer des vols à des fins de recherche. Une fois que le vaisseau spatial sera ramené dans l'atmosphère terrestre, il sera piloté jusqu'aux installations de Virgin au Nouveau-Mexique pour un atterrissage sur piste.

Le vaisseau SpaceShipTwo de Virgin Galactic s'envole vers les limites de l'espace. Virgin Galactic

Les vaisseaux spatiaux de Virgin Galactic sont entièrement réutilisables, à l'exception de leur carburant, et l'entreprise vise à rendre le lancement d'objets et de personnes dans l'espace plus économique et plus écologique.

En mars, Virgin Galactic a dévoilé le VSS Imagine, le premier de ses véhicules SpaceShip III de nouvelle génération. Avant cela, l'entreprise avait construit et fait voler deux vaisseaux SpaceShipTwo, dont le VSS Enterprise, qui a été détruit dans un accident mortel en 2014.

Virgin Galactic a dévoilé son prochain vaisseau spatial, le VSS Imagine, en mars. Virgin Galactic

À l'avenir, Virgin Galactic prévoit d'exploiter une flotte de différents véhicules qui pourraient faire voler des touristes vers des hôtels spatiaux, transporter des chercheurs vers des laboratoires flottants ou assurer des vols transcontinentaux à la vitesse de l'éclair. En 2017, la société a créé une entreprise appelée Virgin Orbit, qui travaille à l'envoi de satellites en orbite à l'aide d'un système de lancement aérien similaire.

Version originale : Tim Levin/Insider

À lire aussi — Voici à quoi pourraient ressembler les spatioports si le tourisme spatial devenait réalité

Découvrir plus d'articles sur :