Thomas Pesquet

Thomas Pesquet, le 17 novembre 2016, juste avant son décollage pour l'ISS. REUTERS/Yuri Kochetov

Plusieurs mois avant le décollage pour la station spatiale internationale (ISS), Thomas Pesquet a suivi un entraînement intensif au central spatial de la NASA, à Houston (Etats-Unis).

L'astronaute français en a tiré une leçon qui pourrait s'inspirer tous ceux qui travaillent sur des projets de très longue durée:

"J'ai une mémoire qui marche d'une manière spéciale: je ne garde pas les mauvais souvenirs, je n'ai que les bons. Toutes ces choses censées être 'pas terribles', comme ces longs mois d'hiver à travailler d'arrache-pied, à Moscou, sans voir ma famille, je n'en garde que du bon. J'ai de la chance d'avoir ce don. [...] S'il fallait le refaire, je signerais sans hésiter, même si cela nécessitait encore plus de travail."

C'est ce qu'explique Thomas Pesquet dans son premier post de blog depuis l'espace, publié ce dimanche 11 décembre.

Dans son article, l'ingénieur français raconte à quel point il était ému à son arrivée sur l'ISS en pensant "à tout le travail accompli" mais dont il ne se rappelle "que le meilleur".

Thomas Pesquet

Entraînement en piscine de Thomas Pesquet. CNES

L'un de ses exercices préparatoires consistait à passer 6 heures dans une piscine en scaphandre. Objectifs? Savoir anticiper tout risque d'erreur technique quand il devra effectuer une sortie dans l'espace — programmée ou d'urgence — et contrôler son niveau d'adrénaline et de stress.

Depuis le 19 novembre, Thomas Pesquet séjourne sur la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre de la mission Proxima. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voilà ce qu'on a appris sur la vie dans l'espace grâce à l'astronaute français Thomas Pesquet

VIDEO: Cette ancien centre de vacances Nazi se transforme en station balnéaire de luxe