Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici comment Thomas Pesquet va se préparer pour sa deuxième mission spatiale

Voici comment Thomas Pesquet va se préparer pour sa deuxième mission spatiale
© Corvaja

Thomas Pesquet repartira pour une seconde mission à bord de la Station spatiale internationale (ISS) au cours du second semestre 2021. Il deviendra le premier astronaute européen à voyager à bord d'un véhicule américain : soit la capsule Crew Dragon de SpaceX ou bien la Starliner de Boeing. Même si la date exacte du décollage n'a pas encore été déterminée, l'astronaute français va déjà commencer un entraînement intensif dès la fin du mois de mars. Il aura lieu au Johnson Space Center à Houston aux Etats-Unis, comme lors de sa première préparation en septembre 2016.

A son arrivée au centre d'entraînement, le Français, qui avait effectué une première mission à bord de l'ISS de novembre 2016 à juin 2017, devra passer des premières phases de révision pour "évaluer sa connaissance des systèmes et des opérations de la station, ce qui permettra aux formateurs d'adapter son programme de formation", peut-on lire dans un post de blog de l'ESA publié ce mercredi 11 mars 2020.

En effet, sur l'ISS, les astronautes doivent savoir réparer les différents systèmes et appareils à bord en cas de panne, comme l'entretien du système de chauffage et de climatisation de la station par exemple. Lors de son premier séjour sur l'ISS, Thomas Pesquet avait dû réparer les toilettes "cassées dès le deuxième jour".

A lire aussi — Thomas Pesquet sera bien le prochain astronaute européen à effectuer une seconde mission dans l'espace

Thomas Pesquet essayera également sa combinaison spatiale, avant de la tester dans la piscine Neutral Buoyancy Laboratory (NBL) de la NASA, utilisée pour l'entraînement aux sorties dans l'espace. Cet entraînement spécifique dure environ six heures et permettra de savoir anticiper tout risque d'erreur technique quand il devra effectuer une sortie dans l'espace — programmée ou d'urgence — et contrôler son niveau d'adrénaline et de stress.

Lors de cet entraînement intensif, celui qui rêve d'aller sur la Lune et sur Mars un jour devra également faire des simulations pour s'entraîner à la vie et au travail en impesanteur. Et pour lutter contre les conséquences de l'impesanteur sur le corps humain (atrophie musculaire et pertes osseuses), il devra d'ailleurs effectuer de l'exercice physique deux heures par jour. Pour simuler ce que ce serait de courir sur un tapis roulant en impesanteur, Thomas Pesquet s'entraînera sur Terre à courir sur un tapis et sera tenu par des harnais qui le maintiendront bien au sol (sans les harnais, il serait impossible de courir à bord de l'ISS).

Par ailleurs, Thomas Pesquet aurait également de bonnes chances pour être choisi pour partir un jour sur la Lune en raison de son âge — il a actuellement 41 ans—, selon le directeur général de l'ESA, Jan Wörner. Tant mieux puisque dans un message vidéo diffusé lors du 70e Congrès astronautique international (IAC) en octobre 2019, le Français avait indiqué : "[...] j'ai toujours rêvé d'aller plus loin et plus profondément dans l'espace. J'espère vraiment prendre ma part dans cette prochaine étape de l'exploration spatiale."

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :