Publicité

Voici le poids des forces chinoises face à l'armée américaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici le poids des forces chinoises face à l'armée américaine
Des soldats de l'armée populaire de libération chinoise défilent dans la Cité interdite, à Pékin, en 2009. © Steve Webel/Flickr
Publicité

Sous l'impulsion de Xi Jinping, au pouvoir depuis huit ans, la Chine se démène pour s'affirmer comme une puissance militaire de premier plan. Au niveau régional, le pays a entrepris une militarisation à grande échelle de la mer de Chine méridionale, zone très disputée, où Xi Jinping a d'ores et déjà fait construire plusieurs bases militaires sur des îles artificielles.

Les accrochages, notamment avec les Philippines et le Vietnam, sont de plus en plus récurrents dans cette zone stratégique riche en hydrocarbures et où transite un tiers du commerce maritime mondial. Washington, de son côté, s'oppose aux velléités expansionniste de Pékin au-delà de sa zone économique exclusive (ZEE) et mène régulièrement des patrouilles militaires dans la zone.

À lire aussi — La Chine construirait 100 nouveaux silos pour ses missiles nucléaires, selon des images satellites

Un peu plus au nord, le pays multiplie les incursions aériennes et les menaces d'invasion de Taïwan, qu'il revendique toujours comme partie intégrante de son territoire. En octobre 2020, Xi Jinping n'avait pas hésité à affirmer que la démocratie insulaire finirait par revenir "de gré ou de force" sous contrôle chinois. Une intimidation de plus en plus pesante, qui pousse Taipei à revoir à la hausse son budget de défense ; et les États-Unis à exprimer leur inquiétude de la situation.

Xi Jinping, attaché aux symboles, espère faire de l'Armée populaire de libération (APL) une force moderne d'ici 2027 — date du centenaire de sa création. Surtout, le dirigeant chinois espère supplanter les États-Unis pour devenir la première armée de la planète d'ici 2049, cent ans après l'arrivée au pouvoir du parti communiste chinois de Mao Zedong.

Un budget américain trois fois plus important

La route est encore longue pour Pékin. En 2020, le pays a, pour la vingt-sixième année consécutive, augmenté ses dépenses militaires à 220 milliards de dollars (environ 186 milliards d'euros). Un budget colossal, pourtant relégué très loin par les États-Unis, qui ont mobilisé la somme gargantuesque de 778 milliards de dollars pour le développement de leurs forces l'année dernière — une somme équivalente à 39% de la dépense militaire mondiale.

Concernant l'armée de terre, la Chine possède la plus peuplée avec 915 000 membres en service, contre 486 000 du côté américain. Mais ses forces restent moins bien équipées que celles de l'Oncle Sam. Les États-Unis possèdent aussi le deuxième parc de chars de la planète derrière la Russie avec 6 333 blindés ; Pékin ferme la marche avec 5 800 unités.

L'avance de l'armée américaine se mesure aussi dans les airs. L'US Air Force possède à elle seule 25% de la flotte militaire mondiale avec 13 232 aéronefs, selon le rapport World Air Force 2021 de Flight Global. L'armée de l'air chinoise, qui reste la troisième du monde, ne compte à ce jour que 3 260 appareils.

La Chine continue d'accroître son arsenal de dissuasion, avec 350 têtes nucléaires dénombrés par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) début 2021 — soit trente de plus qu'un an plus tôt. Un chiffre qui reste loin de rivaliser avec l'arsenal nucléaire américain, estimé 5 550 têtes par le SIPRI.

À lire aussi — Des images satellites montrent les progrès réalisés par la Chine sur son nouveau porte-avions

La première marine au monde

La Chine a néanmoins d'autres atouts à faire valoir. Son armée, qui rassemble plus de deux millions de membres, est de loin la plus importante ; l'US Army compte de son côté 1,35 million de militaires d'active et 800 000 réservistes.

Depuis la fin 2020, la Chine peut aussi se targuer d'avoir la plus grande marine de la planète, du moins sur le plan numérique, avec 350 bâtiments. "En comparaison, la force de combat de la marine américaine est d'environ 293 navires au début 2020", écrivait le Pentagone dans son dernier rapport portant sur les capacités militaires chinoises. Mais Pékin, qui ne compte à ce jour que deux porte-avions à propulsion conventionnelle, ne peut aujourd'hui rivaliser avec la flotte américaine de onze porte-avions à propulsion nucléaire, qui figurent parmi les bâtiments marins les plus aboutis à ce jour.

Enfin, si l'arsenal nucléaire de l'APL reste loin derrière celui l'US Army, elle peut s'appuyer sur son avance dans le domaine des missiles balistiques et de croisière. "La Chine possède plus de 1 250 missiles balistiques et missiles de croisière sol-air d'une portée comprise entre 500 et 5 500 kilomètres", notait le département de la Défense américain dans son rapport précédemment cité. "Les États-Unis disposent actuellement d'un type de missile balistique conventionnel d'une portée de 70 à 300 kilomètres et d'aucun missile de croisière."

Un avantage accru par une défense antiaérienne pléthorique, composé notamment des systèmes de défense antimissile mobiles S-400 et S-300, conçus par la Russie.

À lire aussi — La Chine s'est entraînée à tirer de nuit des missiles 'tueurs de porte-avions'

Découvrir plus d'articles sur :