Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici le type d'aurores que vous pourriez voir sur Mars

Voici le type d'aurores que vous pourriez voir sur Mars
© L'atmosphère de Mars normalement (à gauche) et avec une aurore (au milieu et à droite). Embry-Riddle Aeronautical University/LASP, CU Boulder

Elon Musk, la NASA, l'Agence spatiale européenne ou encore la Chine ont au moins un œil rivé sur la planète Mars. Alors qu'une mission habitée vers la planète rouge n'est pas encore envisageable à la fois sur le plan technologique et en termes de sécurité pour les astronautes, on connaît déjà beaucoup de choses sur l'environnement martien. Les scientifiques savent par exemple que l'on pourra admirer de magnifiques aurores balayant le ciel martien pendant la journée. A condition d'être équipé de lunettes de protection contre les rayons ultraviolets.

Une étude récemment présentée lors d'une réunion de l'Union américaine de géophysique — qui doit encore être validée par les pairs — et citée par le site Science Alert affirme que ce type d'aurores, appelées aurores à protons, semble être la forme la plus commune d'aurores sur Mars. Comme les aurores sur Terre, ces aurores à protons sont formées quand les vents solaires interagissent avec l'atmosphère et ce sont ces interactions qui émettent des rayons UV. Les aurores à protons avaient été observées pour la première fois par la sonde MAVEN de la NASA en 2016.

"Au début, nous pensions que ces événements étaient plutôt rares, parce que nous ne cherchions pas aux bons moments et aux bons endroits", a expliqué Mike Chaffin, spécialiste des planètes à l'Université du Colorado Boulder, à Science Alert. Il a ajouté : "mais en y regardant de plus près, nous avons découvert que les aurores à protons se produisent beaucoup plus souvent dans les observations de jour de l'été austral que ce à quoi nous nous attendions initialement."

A lire aussi — Cratères, volcans, canyons... 20 lieux à voir sur Mars si l'on pouvait déjà y faire du tourisme

L'observation des aurores à protons ne constitue pas seulement un beau spectacle. En effet, elle "offre une perspective unique de l'hydrogène et, par conséquent, de la perte d'eau de la planète", a précisé le physicien Edwin Mierkiewicz de l'Embry-Riddle Aeronautical University en Floride. En effet, Mars telle qu'on la connaît aujourd'hui — froide, désertique et aride — n'a rien à voir avec ce qu'elle était il y a des milliards d'années — chaude et humide.

Une étude publiée en mars 2019 montrait que la planète rouge abritait autrefois de grands fleuves plus abondants que ceux que l'on peut trouver sur Terre aujourd'hui, et ce pendant une bien plus longue période que ce que les scientifiques imaginaient jusqu'à présent. Ces fleuves auraient ainsi existé sur une période allant de 2 milliards à 3,4 milliards d'années.

Par ailleurs, grâce à ces observations d'aurores à protons, "nous pouvons mieux comprendre les interactions du Soleil avec la haute atmosphère de Mars et avec des corps similaires dans notre Système solaire, ou dans un autre système solaire, qui n'ont pas de champ magnétique global", a estimé Edwin Mierkiewicz.

Dans l'ensemble, l'environnement martien est un milieu très hostile, comme l'avait détaillé à Business Insider France le Dr Leo Metcalfe, responsable des opérations scientifiques d'ExoMars au Centre d'astronomie spatiale européen (ESAC) de l'Agence spatiale européenne (ESA) :

"C'est un environnement bien plus hostile que l'Antarctique dans ses pires conditions, avec des températures encore plus froides, mais au moins, en Antarctique, il y a de l'oxygène. Vous serez également exposés aux phénomènes solaires extrêmes comme les tempêtes solaires (éjections de masse coronale). Vous n'y êtes pas exposés sur Terre, car vous êtes protégés par le champ magnétique et une atmosphère plus dense."

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :