Voici les 10 pays les plus dangereux au monde

L'Institute for Economics and Peace, basé en Australie, a publié au moins de juin l'édition 2019 de son Global Peace Index (GPI). L'Institute for Economics and Peace, un think tank qui développe des méthodes pour "analyser la paix et quantifier sa valeur économique", publie son GPI chaque année depuis 2007. Un groupe d'experts supervise le GPI et les analystes de l'Economist Intelligence Unit notent chaque pays en fonction de facteurs qualitatifs. Le rapport mesure le caractère pacifique de 162 pays en évaluant chacun d'entre eux en fonction de 23 paramètres qualitatifs et quantitatifs, divisés en trois catégories.

La catégorie des conflits nationaux et internationaux en cours comprend les décès causés par les conflits organisés ainsi que les relations avec les pays voisins. La catégorie de la sécurité sociétale comprend, elle, l'instabilité politique, les crimes violents et la population carcérale. Et, enfin, la catégorie militarisation regroupe l'accès aux armes ainsi que les importations et exportations d'armes.

En 2019, la paix dans le monde a augmenté pour la première fois en cinq ans. Mais le monde est quand même moins pacifique qu'il y a dix ans, selon le rapport. Cette année, l'Afghanistan a remplacé la Syrie pour le titre du pays le moins pacifique du monde.

A lire aussi — Les 10 pays les plus militarisés au monde

La Russie figure dans le top 10 des pays les moins pacifiques.

Le ministre russe de l'Industrie et du Commerce, Denis Manturov, avec un fusil à la Foire internationale de la défense à Abu Dhabi, le 22 février 2015. Stringer/REUTERS

Selon le rapport de l'Institute for Economics and Peace, la Russie possède l'un des taux d'exportation d'armes par habitant les plus élevés. Par ailleurs, le pays est fortement militarisée, ce qui explique en partie son rang dans ce classement. 

L'engagement de la Russie dans le conflit syrien a fait augmenter le nombre de morts dans le pays. Et l'approbation générale de ses dirigeants a décliné entre 2008 et 2018, passant de 35% à près de 30%. 

C'est le pays le moins pacifique de la région, d'après le rapport.

La République démocratique du Congo est exposée à un risque élevé d'inondations graves, ce qui contribue à la probabilité d'un conflit futur.

Le corps d'une femme allongée sur le sol après qu'elle et quatre autres femmes ont été tuées à Paida dans la province du Nord-Kivu de la République démocratique du Congo, le 7 décembre 2018. Goran Tomasevic/REUTERS

Selon l'Organisation mondiale de la santé, la violence en RDC entrave la capacité des agents de santé à traiter la plus récente épidémie d'Ebola, qui a fait 1 396 victimes dans ce pays.

Des bandes et des milices attaquent des établissements et services de santé. En début d'année, un médecin camerounais a ainsi été tué alors qu'il s'employait à contrôler l'épidémie d'Ebola. 

La montée de la violence en Libye, associée à un risque élevé d'inondations, en fait le huitième pays le moins pacifique du monde.

Des combattants fidèles au gouvernement libyen, soutenu par l'ONU, avec des RPG lors d'affrontements avec des forces loyales à Khalifa Haftar, à la périphérie de Tripoli, le 25 mai 2019. Goran Tomasevic/REUTERS

La violence en République centrafricaine coûte au pays environ 47 % de son PIB.

Des miliciens anti-Balaka armés dans la ville de Bocaranga, en République centrafricaine, le 28 avril 2017. Baz Ratner/Reuters

D'après Reuters, les rebelles Seleka et les membres des milices anti-Balaka continuent de s'affronter en République centrafricaine, plongeant le pays dans le chaos. Près de 620 000 habitants ont fui le pays, dont 570 000 qui se sont réfugiés vers des pays voisins comme le Cameroun et la République démocratique du Congo. 

La Somalie est exposée à un risque important de sécheresse, ce qui rend le pays plus vulnérable aux conflits.

Une femme porte un jerrycan pendant que sa fille fait la vaisselle dans un camp pour personnes déplacées des zones touchées par la sécheresse, à Dollow, en Somalie, le 4 avril 2017. Zohra Bensemra/REUTERS

En 2018, l'Irak a connu une diminution de la violence soutenue par l'État et du nombre de réfugiés et de personnes déplacées en pourcentage de sa population.

Un homme retourne dans son village après sa libération, à Qayyara, en Irak, le 22 octobre 2016. Les nuages de fumée à l'arrière-plan proviennent de puits de pétrole incendiés par les militants de l'Etat islamique. REUTERS/Alaa Al-Marjani

L'Irak a connu une diminution de la violence mais le pays fait toujours face à des conflits importants, tant internes qu'externes. Ce sont des vestiges de l'Etat islamique malgré sa défaite officielle, en partie parce que les divisions au sein des forces de sécurité irakiennes ont sapé les efforts déployés pour éliminer le groupe terroriste.

Le Yémen reste le théâtre de la pire crise humanitaire au monde, car il est toujours enfermé dans une guerre par procuration entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

Un garçon souffrant de malnutrition sévère repose sur un lit d'hôpital au Aslam Health Center, Hajjah, au Yémen, en octobre 2018. Hani Mohammed/AP

Le conflit en cours au Sud-Soudan, ainsi que le risque élevé de catastrophe climatique auquel il est exposé, contribuent à l'intégration du pays dans le GPI.

Les conflits en Syrie placent le pays en tête du classement de l'Institute for Economics and Peace. Mais la Syrie n'est plus le pays le moins pacifique au monde.

Un combattant des Forces démocratiques syriennes regardant vers la ville de Tabqa, dans le nord de la Syrie. Forces démocratiques syriennes, via AP

La Syrie est aujourd'hui le deuxième pays le moins pacifique du monde, d'après le GPI. Dans son classement, l'Institute for Economics and Peace cite la défaite de l'Etat islamique dans la ville de Baghuz, au début de l'année, comme le facteur clé qui a fait reculer la Syrie du premier au deuxième rang.

L'Afghanistan est le pays le moins pacifique du monde, selon l'indice.

Des talibans sur le lieu de l'exécution de trois hommes accusés du meurtre d'un couple durant un vol, dans la province de Ghazni, le 18 avril 2015. Stringer/REUTERS

L'Afghanistan a été désigné comme le pays le moins pacifique du monde par le GPI en 2019. Il supplante ainsi la Syrie.

La violence en Afghanistan a coûté 47% du PIB du pays. Le conflit en cours a aussi causé la mort de 3 804 personnes l'année dernière, dont 973 enfants — le nombre le plus élevé jamais enregistré dans le pays, d'après la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan. 

Le sentiment de sécurité a baissé de 20% chez les citoyens afghans par rapport à 2008, selon l'Institute for Economics and Peace. La confiance dans l'armée du pays, elle, a chuté de plus de 31% depuis 2013.

Version originale : Ellen Ioanes/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 9 pays dans le monde détenant le plus d'armes nucléaires

VIDEO: Ces poupées faites en silicone ressemblent à de vrais bébés — c'est effrayant

15 Commentaires

  1. RUDD

    Ça ne mérite même pas un commentaire..............

  2. Luffy

    N'importe quoi. Parce que la Russie est fortement militarisee qu'on la classe dans les 10 pays les plus dangereux?! Où sont donc les pays comme les Etats Unis, la France et autres dans ce ça? Si vous n'avez pas d'infos à parteger ne ditez rien tout simplement et cessez de vous foutre des citoyens du monde.

  3. Luffy

    N'importe quoi. Parce que la Russie est fortement militarisee qu'on la classe dans les 10 pays les plus dangereux?! Où sont donc les pays comme les Etats Unis, la France et autres dans ce ça? Si vous n'avez pas d'infos à parteger ne ditez rien tout simplement et cessez de vous f-ou- tr -e des citoyens du monde.

  4. ridan

    Incroyable morceau subliminale et de lavage de cerveaux mesquin et de basse classe. Incruster la Russie dans le kaka des conflits causés par, on connaît qui c'est, pour que par la suite le nom de la Russie devient machinalement associée à la violence. Les prochains articles continueront dans ce sense à travers des médias contrôlés et dans 2 ans on aura une Russie hitlerienne. Imbécilité de 1er ordre de croire que Moscou est pareil que Kaboul ou Bagdad.

  5. Nazimtef

    Mes biens sur la Russie au top 10, qu'es ce qui ne faut pas lire comme connerie, l'Irak l’Afghanistan Le Yémen la Syrie la Libye tout ces pays on était détruit par qui si ce n'est par les USA et leur allié

    Business Insider vous devriez mettre sur votre site des choses plus intéressante que de mettre ce genre d'article qui lave les cerveaux, heureusement qui a des gens qui sont intelligent qui savent ou est le véritable danger

  6. Georgium

    Et l'Afrique du Sud n'est pas mentionnée comme étant plus dangereuse que la Russie?

  7. Chrisjoe

    Lol. ce genre de PROPAGANDE on en a marre . Tjr la RUSSIE !!!! et pas les Etats Unis et les pays de l'amerique du Sud ??? Heureusement que les gens font de moins en moins confiance aux Medias

  8. Paulinette

    OK avec vous

    • Remadna

      Je suis dégouté par votre classement car vous n avez pas mentionné le plus dangereux qui mene des guerres partout dans le monde:les USA.et qui veux continué encore.reconsiderez votre classement

  9. Romeo

    Comme par hasard on n'utilise pas les même caractéristiques pour juger la Russie vs Congo, Syrie, Irak, etc... car dans ce classement se trouverait les US en 1ère place. Mais apparemment il vaut mieux propager cette propagande plutôt que de faire appel à son propre sens critique. J'espère que celui qui a publié cet article arrive sereinement à se regarder dans la glace.

  10. Jean

    Article inutile mensonger et le pire c'est que les cause de la "dangerosité" de ces pays non aucun sens.
    Meme bfmtv fait pas mieux en therme de propagande pro occidentale.

  11. Nimportenawak

    Ce classement est vraiment grotesque, rien que la position de la Russie et de la Turquie prouve que cette étude n'est pas du tout sérieuse et crédible !
    Par exemple si la Turquie était plus dangereuse que le Soudan ou d'autres pays du genre, elle n'accueillerait surement pas plus de 40 millions de touristes chaque année.

Répondre à Luffy Annuler la réponse.