Publicité

Voici les 5 effets secondaires les plus courants liés à la troisième dose de vaccin contre le Covid-19

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

En France, seules les personnes âges de plus de 65 et les personnes à risques sont éligibles à un rappel © Tom Williams/Getty Images
Publicité

C'est maintenant officiel, toutes les personnes de plus de 18 ans vont pouvoir bénéficier d'une troisième dose de vaccin contre le Covid-19. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, l'a annoncé ce jeudi lors d'une conférence de presse. Ceux qui souhaitent obtenir leur dose de rappel peuvent programmer un rendez-vous dès ce samedi 27 novembre si 5 mois se sont écoulés depuis leur dernière injection.

Si vous décidez de recevoir une injection de rappel, préparez-vous à ne pas trop en faire pendant au moins un jour. En effet, les effets secondaires légers de la piqûre de rappel commencent généralement plusieurs heures après la vaccination et durent ensuite un jour ou deux. Il est donc bon d'être prêt à se reposer.

À lire aussi — Le Covid-19 accroît le risque pour les femmes enceintes de perdre leur bébé

Aux États-Unis, tous les adultes déjà vaccinés contre le Covid-19 peuvent recevoir un rappel. Il leur faut attendre au moins six mois après la vaccination avec les vaccins Pfizer ou Moderna, ou au moins deux mois après le vaccin à injection unique de Johnson & Johnson. Ainsi, plus de 36 millions de personnes entièrement vaccinées ont déjà reçu une piqûre de rappel outre-Atlantique. D'après la base de données VAERS du gouvernement fédéral américain (un organisme de surveillance destiné à faire un suivi des effets secondaires des vaccins), les problèmes les plus courants dont se plaignent les gens après une injection de rappel sont les maux de tête, la fatigue et la fièvre.

Voici les cinq principaux symptômes post-vaccinaux, sur un échantillon de plus de 11 000 personnes qui ont volontairement enregistré leurs données dans le VAERS :

Dans l'ordre du tableau : les maux de tête, la fièvre, la fatigue, la douleur et les frissons. CDC ACIP

Les personnes qui ont signalé des symptômes liés aux injections de rappel dans le VAERS jusqu'à présent ont tendance à être plus âgées (46% avaient 65 ans ou plus) et sont plus souvent des femmes (67%). Mais leurs symptômes reflètent ce que d'autres études ont montré plus largement chez les personnes qui se font vacciner, quels que soient leur âge et leur sexe, et qui complètent la base de données par SMS v-safe, beaucoup plus importante, qui contient déjà des informations sur les effets secondaires des vaccins pour plus de 725 900 doses de rappel aux États-Unis.

D'une manière générale, les personnes qui ont reçu des vaccins à ARNm (Pfizer, Moderna) disent que les effets secondaires après une troisième dose ont tendance à être plus légers qu'après une deuxième. La plainte la plus fréquente, quel que soit le vaccin utilisé, est la douleur au point d'injection. Cette plainte est si fréquente, en fait, que les personnes qui consignent leurs informations dans le système VAERS, qui permet de décrire ses symptômes, sont beaucoup moins susceptibles de la mentionner que d'autres effets indésirables.

À lire aussi — Covid-19 : le variant Delta détecté par plus de 99% des tests effectués dans le monde

Moins de 10% des participants au programme v-safe ont déclaré être dans l'incapacité de travailler après un rappel. Les absences à l'école ou au travail ont eu tendance à être plus fréquentes chez les personnes qui ont opté pour le rappel de Moderna après le vaccin de Pfizer, car le premier est un vaccin à plus forte dose qui a tendance à avoir des effets secondaires plus importants, ce qui pourrait être lié à une protection immunitaire légèrement meilleure, du moins selon certaines études préliminaires.

"Les rappels, espérons-le, offrent une protection plus forte et plus longue"

Bien qu'il soit plus important pour les personnes âgées de se faire vacciner, les experts de la santé soulignent qu'à l'approche des fêtes de fin d'année et de l'augmentation des cas de Covid-19 et des hospitalisations, les rappels aideront tous les adultes à rester en bonne santé. En France, la Haute autorité de santé recommande d'injecter une dose de rappel à partir de 40 ans.

La protection immunitaire supplémentaire qu'offrent les rappels contre les infections n'est peut-être pas permanente, ni parfaite sans une couverture vaccinale plus large, mais la couche supplémentaire de confiance immunitaire pendant les mois d'hiver, lorsque les gens se rassemblent à l'intérieur, est une mesure que de nombreux experts jugent prudente à l'échelle de la communauté.

Au niveau individuel, le fait de recevoir un rappel plusieurs mois après une série de vaccinations primaires peut également fournir une forme de protection plus forte et plus durable contre les infections à coronavirus.

C'est du moins ce qu'espère le docteur Anthony Fauci, directeur de la branche des maladies infectieuses de l'Institut national de la santé aux États-Unis. "Il s'agit d'un phénomène immunologique appelé maturation par affinité, ce qui signifie que les cellules B qui fabriqueront les anticorps ont la possibilité d'acquérir une plus grande force et - espérons-le - une plus grande durabilité", a-t-il expliqué le 22 novembre dernier, lors du briefing Covid-19 de la Maison Blanche, expliquant l'avantage de l'intervalle de six mois entre les deuxième et troisième doses de vaccins à ARNm. "J'espère, et je pense qu'il y a une chance raisonnable, que la durabilité de la protection après la troisième dose sera plus longue”, a-t-il conclu.

Version originale : Hilary Brueck / Insider

À lire aussi — Les États-Unis rouvrent leurs frontières aux voyageurs vaccinés

Découvrir plus d'articles sur :