Voici les 7 métiers de la finance qui offrent des salaires supérieurs à 70 000€ par an dès le début de carrière

Voici les 7 métiers de la finance qui offrent des salaires supérieurs à 70 000€ par an dès le début de carrière

John Magaro et Finn Wittrock dans le film "The Big Short". Paramount Pictures

La finance ne cesse d'embaucher, les entreprises se livrent à une guerre des talents et les candidats en ont conscience. Selon l'étude de rémunération 2019 du cabinet Hays, ils adaptent leur comportement en conséquence. "On constate ainsi davantage de refus de propositions de postes, de négociations salariales durant le processus de recrutement ou encore d'abandons de postes", affirme le cabinet de recrutement. Résultat, les salaires sont de plus en plus hauts. "Le dynamisme du marché de l'emploi, la globalisation et l'optimisme des décideurs d'entreprise expliquent cette embellie", selon Hays. "Les salaires d'entrée en fonction et les rémunérations des profils possédant entre zéro et trois ans d'expérience sont principalement impactés."

Les données de Hays sur le secteur nous permettent d'établir un classement des métiers qui offrent la plus haute rémunération, un outil d'aiguillage intéressant pour ceux qui débutent leur carrière. Le numéro 1 du classement reste un poste pour lequel les opportunités sont très rares : directeur administratif et financier dans un grand groupe, comptant plus de 5000 employés. La liste est réalisée en prenant les données valables pour chaque poste pour une personne ayant 3 à 5 ans d'expérience, pour un salaire annuel fixe brut (hors variable) en milliers d'euros (k€) en Ile-de-France. Les salaires dans les autres régions sont inférieurs de 15% en moyenne.

Voici le classement des métiers de la finance offrant les meilleures rémunérations pour les profils ayant de 3 à 5 ans d'expérience :

5 ex-aequo. Directeur du contrôle de gestion — de 70 à 80k€

5 ex-aequo. Directeur de la trésorerie ou du financement — de 70 à 80k€

5 ex-aequo. Directeur ou responsable de l'audit interne — de 70 à 80k€

3 ex-aequo. Directeur administratif et financier dans une PME ou une entreprise de moins de 5000 salariés — de 75 à 85k€

3 ex-aequo. Directeur ou responsable de la consolidation — de 75 à 85k€

Le directeur de la consolidation doit assembler les données comptables de plusieurs filiales d'une même entreprise, un peu comme les ouvriers assemblent différents blocs de béton pour construire un immeuble. REUTERS/Stringer

2. Directeur des comptabilités — de 75 à 90k

1. Directeur administratif ou financier dans un grand groupe — de 93 à 110k€

Clotilde Delbos, directrice financière du Groupe Renault, à l'AG des actionnaires en juin 2017. Groupe Renault


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Envie de bouger ? Voici les métiers qui vont embaucher le plus de cadres en 2019

VIDEO: Voici à quoi va ressembler le supermarché du futur d'Amazon, sans caisse ni file d'attente

Contenu Sponsorisé

3 questions aux vainqueurs du concours d'innovation L’Oréal Brandstorm 2019

  1. jh

    DAF de Renault en début de carrière, vous vivez dans quel monde ?

  2. requis

    je dirai même "directeur" en début de carrière .... c'est qu'on sort major d'une promo étrangère type MIT ...

  3. Louis BERNARD

    Désolé mais comme les autres commentaires, je dirais que l'article est "junior". Eh oui il faut bien passer par là 😉 Ce sont des salaires certes peut-être après 3 ans en poste, mais en "fin de carrière", minimum "senior", et souvent "avec piston", c'est à dire qu'ils sont accessibles après 40 ans et à très peu d'élus, peut être 5 à 7% des diplômés de ces filières (sauf si HEC). Cela veut donc dire minimum 15 ans d'expériences pro ultra réussies (dans au moins 2 à 3 entreprises du CAC, de l'étranger, et des résultats excellents dans un environnement ultra compétitif). Les risques sont aussi réels, il n'est pas rare qu'après 50 ans ils soient jetés pour manque de résultats (parce qu'après 50 ans ce monde considère les gens comme trop vieux). Bref, pour accéder à ces types de postes, il faut en gros: 3 ans en grande école de commerce + 1 à 2 ans en université étrangère de préférence anglo saxonne + 1 à 2 ans MBA + 1 à 5 ans en DEC (expert comptable) ou au moins un diplôme de niveau Master en Compta Finance type DESCF/MSTCF/DSCF. En terme d' "investissement", on est souvent proche en moyenne des 200.000 euros, donc une bonne partie de ce qu'il reste à la fin du mois pendant 10 ans de carrière est réinvesti là dedans (sauf si papa maman). Ca vaut aussi dire trimer pendant 15 à 20 ans, à des salaires bien souvent plus proche de 2000/2500 net par mois après impot, en région parisienne ou dans des villes aussi couteuses. A ce niveau de salaire, encore une fois sauf si papa maman, la plupart des "autres" restent en tant que (co)locataires un long moment puisqu'il faut rester mobile (donc minimum 800€ par mois de loyer est comme jeté à la poubelle, sans compter les autres 500 (plutôt 1000/1500) au minimum de frais "compétitivité" tels que costumes, chemises, vitamines/compléments, frais d'alimentation presque doublés pour tenir, livres spé, magazines ultra spé, formations pour booster le cv, entretiens d'embauches pour parfois évoluer, remboursement des prêts étudiants, frais d'hotels pour salons pro ou le temps de retrouver un logement après un nouveau poste, frais de garanties/cautions gardées lorsque changement de poste, etc). En gros, à 30/35 ans, le PEL est quasi vide. Soyons positifs, parfois, enfin stabilisé depuis 3 ans, les plus chanceux/courageux/optimistes achètent un studio à 30 ans (dans la réalité, ceux en couple achètent un F2/F3, ce qui est déjà grand luxe par rapport à avant, mais sans mobilité la carrière est à moitié terminée donc quasi adieu aux postes que vous conseillez). Il faut aussi dire qu'il faut habiter proche du lieu de travail pour s'envoyer au minimum 60 heures par semaine, ce avec max 2 semaines de vacances par an (eh oui, 45h de travail, + 15h pour gérer la carrière, dont au moins 50% est dédié à lire pour être au niveau, y rester, ou évoluer). Bilan donc, un taux horaire très très proche du smic pendant donc la moitié de la carrière. Ensuite, dans le meilleur des cas et pour les meilleurs, il y a un fenêtre de 10 années à gagner certes plus, en échange d'une pression encore plus importante, à avoir son poste mis en jeu tous les jours contre des gens extrêmement brillants, et puis ensuite direction la plus grande entreprise de france, pole emploi. Voilà le monde réel. J'ai essayé d'équilibrer l'article, la réalité est plus souvent au milieu (grâce aux parents, ou des chanceux qui vont bosser au Luxembourg, Suisse, US, ou autres paradis fiscaux). Désolé du choc, mais inciter les jeunes à aller dans ces filières surchargés doit aussi se faire en tout connaissance de cause. Bon courage 😉

    P.S. J'ai quitter ce genre de monde non sans fracas et je n'y retournerai jamais. Restez dans vos régions où les prix immobiliers sont souvent dans les 1000/2000€ le mètre carré, et si vous n'avez pas le poste de vos rêves ou proche après 3 ou 5 ans, faites genre plombier, vous vivrez 1.5 fois plus longtemps, 10 fois plus heureux, et avec 2 fois plus d'argent au final.

Laisser un commentaire