Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici les astronautes qui participeront au premier vrai vol habité de la Crew Dragon de SpaceX vers l'ISS

Voici les astronautes qui participeront au premier vrai vol habité de la Crew Dragon de SpaceX vers l'ISS
L'intérieur de la capsule Crew Dragon de SpaceX. © SpaceX

On connaît désormais l'identité des quatre astronautes qui participeront à la première mission opérationnelle de la Crew Dragon de SpaceX en direction de la Station spatiale internationale (ISS). Il s'agit des trois astronautes américains — Shannon Walker, Mike Hopkins et Vic Glover — et du Japonais Soichi Noguchi. A 54 ans, Shannon Walker est une astronaute expérimentée de la NASA, physicienne de formation. Elle sera donc la première femme astronaute à voyager à bord de la Crew Dragon de SpaceX. Aucun Russe ne participera à cette mission, puisque l'agence spatiale russe Roscosmos a refusé que ses astronautes décollent à bord du véhicule de SpaceX, qui n'est, selon elle, pas éprouvée.

Les astronautes de la NASA Mike Hopkins et Vic Glover avaient déjà été sélectionnés par la NASA depuis 2018, mais il restait deux sièges à remplir. L'agence spatiale américaine avait alors indiqué qu'ils seraient occupés par des astronautes de leurs partenaires internationaux : Russie, Japon, Europe et Canada. Lors d'une téléconférence du 30 mars 2020 à laquelle SpaceNews.com a assisté, Tom Stafford, président du comité consultatif de l'ISS de NASA, a précisé que "la partie russe a noté qu'avant d'accepter le plan d'équipage mixte [ndlr : présence d'au moins un astronaute américain et d'un russe], il faut que les lancements de véhicules américains habités soient réussis. Roscosmos envisagera de participer après cela, mais ne participera pas au premier lancement".

Cette mission, dont on ne connaît pas encore la date exacte, ne sera pas le premier vol habité de la Crew Dragon vers l'ISS. Mais il s'agira de la première mission habitée opérationnelle de la Crew Dragon, qui transportera un équipage vers l'ISS, tout comme le fait actuellement le Soyouz.

Avant ce vol, la NASA et SpaceX ont prévu un premier vol habité test avec les astronautes de la NASA Bob Behnken et Doug Hurley, qui devrait avoir lieu entre "mi-mai et fin-mai". Il s'agira de la première fois depuis 2011 où les Etats-Unis transporteront des astronautes vers la station spatiale. Car depuis l'arrêt du programme de navettes spatiales en 2011, seuls les Russes assurent les allers-retours vers l'ISS à l'aide de la capsule Soyouz.

Néanmoins, lors d'un lancement datant du 18 mars, la Falcon 9 — qui servira à lancer la Crew Dragon — a rencontré un arrêt prématuré du moteur. Une enquête est actuellement menée par SpaceX, avec la participation de la NASA, pour déterminer les causes de cet arrêt prématuré. La NASA a ainsi ajouté qu'elle pourrait ajuster la date [ndlr : du premier vol habité de la Crew Dragon] en fonction de l'examen des données.

Par ailleurs, la Crew Dragon de SpaceX a rencontré un problème lors d'un test du système de parachutes, le 24 mars 2020. Le système de parachutes Mark 3, développé par SpaceX avec l'entreprise Airbone Systems, doit servir à ralentir la Crew Dragon lors de son retour dans l'atmosphère terrestre pour assurer la sécurité des futurs astronautes qui y voyageront à bord.

Le problème qui s'est produit le 24 mars dernier serait lié à la configuration du test et non directement lié aux parachutes eux-mêmes. Dans un communiqué, l'entreprise spatiale fondée par Elon Musk a expliqué qu'un objet de test avait été largué depuis un hélicoptère pour réaliser ce test de parachutage. SpaceX n'a pas dit quel avait été cet objet, mais lors de tests précédents, elle avait utilisé une maquette de la capsule Crew Dragon. Selon SpaceX, l'objet est devenu instable lorsque l'hélicoptère a entamé sa montée et "par excès de prudence et pour assurer la sécurité de l'équipage de l'hélicoptère, le pilote a déclenché le largage d'urgence".

Ce système de parachutes faisait partie de l'un des points relevés par les responsables de Roscosmos lors d'une réunion en décembre dernier, rapporte Tom Stafford : "la partie russe a soulevé plusieurs questions liées au timing relativement serré pour le déploiement normal des parachutes, notant que le Soyouz déploie des parachutes à une altitude beaucoup plus élevée".

A lire aussi — SpaceX a rencontré un problème en testant des parachutes qui seront utilisés pour un premier vol habité en mai

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :