Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

4 sujets à surveiller pendant le débat de la primaire de la droite ce soir

4 sujets à surveiller pendant le débat de la primaire de la droite ce soir

Ce jeudi 13 octobre a lieu le premier débat de la primaire de la droite.

Après des mois d'incertitudes liées au nombre de parrainages requis pour y participer, les candidats qualifiés sont : Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Lemaire, et Nicolas Sarkozy. Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate, participe sans avoir eu à passer par l'épreuve des parrainages.

Voilà 4 questions auxquelles il faudra faire attention pendant ce débat de deux heures, qui sera diffusé à 20h50 simultanément sur TF1, RTL, Public Sénat et LCI.

Alain Juppé va-t-il confirmer son avance ?

L'ancien Premier ministre est favori des sondages. Selon le dernier en date réalisé pour LCI, RTL et le Figaro, Alain Juppé récolte 42% d'intention de voix contre 28% pour Nicolas Sarkozy, en deuxième place. Jusqu'ici, le premier n'est jamais passé sous les intentions de vote du second. Pour Alain Juppé, le débat doit permettre de creuser l'écart avec son rival qui n'a aucune raison de lui faciliter la tâche.

Qui sont les outsiders qui peuvent monter ?

Très bas dans les sondages, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson ont avec ce débat une opportunité d'exister. Pour Bruno Le Maire et François Fillon, l'espoir est de faire comme Arnaud Montebourg pendant la primaire de la gauche en 2011, devenu le "troisième homme fort" avec 17% des voix. François Fillon — qui mise sa communication de campagne autour du détail précis de son programme pour 2017 — pourrait par exemple convaincre certains indécis.

Comment Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy vont-ils se parler ?

Dans un entretien accordé au Monde vendredi 30 septembre, le député-maire de Meaux a attaqué frontalement Nicolas Sarkozy : "Il voudrait que vous l'élisiez pour ne pas aller au tribunal !", a-t-il déclaré, se positionnant au passage comme "coupable idéal" de l'affaire Bygmalion. On attend de voir si les deux hommes s'adresseront la parole en des termes plus cordiaux.

Nicolas Sarkozy va-t-il jouer la carte de la hauteur présidentielle ?

La stratégie d'Alain Juppé est de donner l'image d'un candidat mesuré qui reste en dehors des violentes attaques. Pour tenter d'atténuer l'écart de voix avec lui, Nicolas Sarkozy pourrait mettre en avant son statut d'ancien président pour prendre de la hauteur ou bien, à l'opposé, partir à l'attaque avec un discours très à droite.

Pendant la réunion de préparation du débat, l'équipe de Nicolas Sarkozy aurait "insisté pour que les plus hautes fonctions exercées par les candidats soient bien mises en avant" selon ce qu'a confié un participant au Figaro. Un argument en faveur de la stratégie de "hauteur", à vérifier ce jeudi soir.

Business Insider