Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici les laits pour bébé Nestlé et Danone à éviter selon Foodwatch, qui alerte sur la présence d'huiles minérales toxiques

Voici les laits pour bébé Nestlé et Danone à éviter selon Foodwatch, qui alerte sur la présence d'huiles minérales toxiques
© Unsplash/Jens Johnsson

L'ONG Foodwtach exige le rappel de deux types de laits en poudre pour bébés des marques Danone et Nestlé : le lait en poudre Nidal 1er âge (0-6 mois) de Nestlé et le lait Galliagest Croissance sans lactose (12 mois à 3 ans) de Gallia, commercialisé par Danone. En cause, la présence dans ces laits en poudre d'hydrocarbures aromatiques d'huile minérale (MOAH). Soupçonnées d'être cancérogènes et mutagènes, ces hydrocarbures ne comportent pas de risques immédiats ou aigus pour la santé, comme le précise l'ONG. Elles pourraient néanmoins influencer le fonctionnement du système hormonal à l'instar d'un perturbateur endocrinien. Pour Foodwatch, c'est clair : "elles n'ont rien à faire dans nos aliments".

L'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) avait néanmoins émis des recommandations sur ces huiles dès 2017 et notamment celle de "limiter l'exposition du consommateur (...) aux MOAH". Les sources de contamination de ces laits en poudre sont difficiles à identifier : les hydrocarbures pourraient avoir potentiellement pénétré les produits lors de la fabrication des boîtes en métal, si ces dernières n'ont pas été nettoyées correctement. Mais on peut retrouver la présence de ces huiles aux différents stades de la chaîne de production. Isoler les sources de contamination est en tout cas difficile à clarifier à ce stade.

Les résultats détaillés pour les 8 laits en poudre analysés

Les tests ont été réalisés par l'ONG sur 16 laits en poudre pour bébés achetés en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, fin juillet 2019. Les laits en poudre ont été testés dans trois laboratoires différents et indépendants : pour les produits au-dessus de la limite de détection fixée à 0,5 mg/kg (il n'existe pas de seuil légal), des nouvelles analyses ont été effectuées dans deux autres laboratoires. À noter que ces tests ne reflètent que des résultats à un instant T et sur des produits achetés sur une période donnée. Outre le rappel des deux produits incriminés, Foodwatch souhaiterait notamment la mise en place de mesures de prévention et de contrôle de la part des fabricants, des distributeurs et des autorités publiques concernant la présence de MOAH dans les aliments.

Voici le détail des résultats des tests de Foodwatch pour les laits vendus en France :

Foodwatch France
Découvrir plus d'articles sur :