Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici les mesures que les cinémas envisagent de prendre pour rouvrir dans les prochains mois

Voici les mesures que les cinémas envisagent de prendre pour rouvrir dans les prochains mois
Le cinéma Gaumont Marignan, à Paris, le 15 mars 2020. © Magali Cohen/ABACA

Quand les salles de cinéma rouvriront-elles ? La date n'est pas encore connue mais les exploitants se préparent. Richard Patry, le président de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), indique dans les colonnes de Paris-Normandie, ce jeudi 23 avril, que la filière travaille sur une hypothèse de reprise partielle de son activité "mi-juin 2020" ou "début juillet". "Il semble que gouvernement et les autorités avancent à petits pas. Peut-être qu’ils ont raison. Moi, je ne suis pas expert médical", ajoute-t-il. "Il faut bien reconnaître qu’une salle de cinéma, c’est un lieu clos. Il ne faut pas aller trop vite."

La FNCF a été auditionnée cette semaine par la mission gouvernementale, conduite par Jean Castex, chargée du déconfinement. "L’idée était de connaitre les spécificités et les besoins des salles de cinéma tant en termes sanitaires, qu’en termes d’accueil du public, de besoins économiques ou des conditions de reprise de l’activité", indique la FNCF sur son site. "La Fédération a tout particulièrement insisté sur le besoin d’avoir des mesures adaptées aux salles de cinéma, en cas d’ouverture partielle pour des raisons sanitaires."

Dans l'émission C à Vous ce jeudi, Pierre Lescure, président du Festival de Cannes, a évoqué les pistes envisagées par la filière pour permettre une réouverture des salles :

  • La capacité des salles serait limitée à 50% de la jauge maximale. Sur son site, la FNCF précise qu'il s'agirait de placer les spectateurs "une rangée sur deux ou un fauteuil sur deux".
  • Les masques seraient "obligatoires dans les halls" mais pas dans les salles elles-même, selon Pierre Lescure.
  • Il y aurait 20 minutes de battement entre chaque séance — contre cinq minutes habituellement — "pour que l'air soit complètement transformé" par la ventilation, indique-t-il également.

La FNCF appelle également à une "reprise coordonnée et nationale de l’activité des cinémas pour permettre plus facilement la programmation de nouveaux films en plus de la reprise de ceux dont la carrière avait été interrompue par la fermeture administrative", plutôt qu'une réouverture des salles au cas par cas selon les régions.

Il ne s'agit pour l'instant que de pistes, puisqu'il revient au gouvernement de décider de la date, et des modalités, de reprise de l'activité des des salles de cinéma. Dans Le Monde le 17 avril, le ministre de la Culture a temporisé. "Nous veillerons à définir des modalités de déconfinement en tenant compte aussi de l’équation économique de la filière", indiquait Frank Riester. "Le scénario du déconfinement sera décidé dans les semaines qui viennent."

Un retour des drive-ins ?

Certains imaginent aussi des solutions alternatives. Ainsi, le Festival du film romantique de Cabourg, qui devait se tenir en juin, aimerait projeter "les films de la sélection des Swann d'or 2020 [...] dans un cinéma drive-in" au mois d'août. Cela "permettrait à la nuit tombée au public, en toute sécurité dans son propre véhicule, de visionner durant 5 soirées une dizaine de films riches en émotion", indique le festival dans un communiqué. "Chacun pourrait ainsi découvrir la sélection des films français les plus romantiques de l’année."

Les drive-ins pourraient-t-ils revenir à la mode ? Aux Etats-Unis, qui comptent encore 320 écrans de ce type, les propriétaires espèrent pouvoir rouvrir leurs portes rapidement, selon le Hollywood Reporter. Mais pour Frank Loiret, directeur de la Cinémathèque de Toulouse, ces initiatives vont rester marginales dans l'Hexagone. Partenaire du festival Ciné Drive-in de Labège entre 2014 et 2018, il ne voit pas les Français "adopter ce type de dispositif", car ils "restent toujours très attachés à la salle et à son expérience collective", explique-t-il au Huff Post.

Il ajoute que cela demande une "très grosse logistique" : il faut installer un écran géant, et disposer d'assez d'espace pour installer et faire circuler entre 100 et 150 véhicules, tout en étant à la merci de la météo.

A lire aussi — Netflix va proposer de nombreux classiques du cinéma français grâce à un partenariat avec MK2

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :