Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici les nouvelles attestations de déplacement pour prendre les transports en Ile-de-France après le 11 mai

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici les nouvelles attestations de déplacement pour prendre les transports en Ile-de-France après le 11 mai
L'attestation reste obligatoire pour prendre les transports en commun franciliens aux heures de pointe. © Fabrizio Verrecchia/Unsplash

C'est une délivrance pour beaucoup de Français. Ce lundi 11 mai, après 55 jours de confinement, il est désormais possible de sortir de chez soi sans attestation de déplacement dérogatoire. Pour le retour à l'ordinaire, il faudra toutefois s'armer de patience. "Continuez, pour votre sécurité et celle des autres, à appliquer les règles de prudence très strictes qui ressemblent à celles des deux derniers mois", exhortait le Premier ministre le 7 mai. Des malades du Covid-19 affluent encore dans les hôpitaux, et les déplacements restent encadrés par de nouvelles attestations.

Afin de prévenir un rebond de l'épidémie, le gouvernement entend réduire l'affluence dans les transports en commun. Notamment en Île-de-France, où la distanciation physique dans les trains relève de l'exploit. Ainsi, pour emprunter les réseau RATP ou SNCF aux heures de pointe — entre 6h30 et 9h30 ou entre 16h et 19h —, il faudra se munir de l'une des deux attestations mises en ligne par la Région. La première, pour les travailleurs, doit être remplie par l'employeur. La seconde, l'auto-attestation, prévoit sept cas où l'utilisation des transports sera autorisée aux heures de pointes. Ces deux attestations peuvent être téléchargées sur le site de la région Ile-de-France.

Une troisième attestation aurait dû voir le jour ce lundi 11 mai : le gouvernement prévoyait l'interdiction des déplacements hors d'un rayon de 100 kilomètres du domicile, sauf motif professionnel ou familial. Cette disposition entre dans le cadre de la loi d'état d'urgence sanitaire. Or, celle-ci n'a pas encore été promulguée : l'exécutif attend l'aval du Conseil constitutionnel. En attendant, un communiqué commun du Président et le Premier ministre fait "appel au sens de la responsabilité des Français”.

Tolérance dans les transports lundi et mardi

Sept cas sont définis par l'auto-attestation pour prendre les transports en commun :

  • Les trajets dans le cadre de l'activité professionnelle.
  • Les trajets pour se rendre à l'école, à des examens ou des concours.
  • Les déplacements pour "consultations et soins spécialisés" quand ils ne peuvent être effectués à distance.
  • Les déplacements pour "motif familial impérieux", soit "l'assistance des personnes vulnérables et pour la garde d’enfants".
  • "Les déplacements résultant d’une obligation de présentation aux services de police ou de gendarmerie nationales".
  • Les déplacements pour se rendre à une convocation judiciaire
  • Se déplacer pour participer à une mission d’intérêt général.

Bien sûr, ces motifs devront, le cas échéant, être accompagnés d'un justificatif. A priori, cette attestation devra être renouvelée chaque jour, sauf dans le cas des déplacements pour se rendre à l'école. L'attestation de déplacement professionnel sera également valable pour plusieurs jours. L'employeur peut en effet y indiquer une "date de fin de validité".

Afin de laisser le temps aux employeurs et salariés de se mettre en règle, une certaine tolérance devrait être observée dans les premiers jours. "Les 11 et 12 mai, les contrôles de ces justificatifs sont effectués à titre pédagogique", confirme la préfecture. Mais à partir de mercredi, prendre le métro sans attestation pourrait coûter cher. "A défaut de présentation de ces justificatifs, l’accès est refusé et les personnes sont reconduites à l’extérieur des espaces de transports publics collectifs concernés", poursuit l'institution. Lors de la présentation du plan de déconfinement par le gouvernement, la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne annonçait que les contrevenants écoperaient d'une amende de 135 euros.

A lire aussi — Comment fabriquer un masque chez soi ? Tissu, taille, norme Afnor... Nos conseils pour une protection efficace

Découvrir plus d'articles sur :