Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici les pays où le taux de mortalité du Covid-19 est le plus élevé


La Grand-Place, à Bruxelles, capitale de la Belgique, en août 2020. © Robin Utrecht/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Une deuxième vague de contaminations de Covid-19 menace l'Europe, alors que le nombre de cas positifs se multiplient dans de nombreux pays du continent dont la France. Toutefois, le nombre de décès reste résiduel en comparaison avec la première vague très meurtrière. Le virus aurait-il muté et serait-il devenu moins dangereux ? Rien ne permet de l'affirmer aujourd'hui, faute de recherches et d'études suffisantes. L'Europe a en tout cas connu un pic de surmortalité de 50% début avril, selon l'Insee.

La mortalité du virus dans cette région du monde est à présent environ dix fois mois élevée qu'il y a quatre mois, constate le portail allemand de statistiques Statista. Mais la pandémie continue de faire des ravages, notamment en Amérique latine. Le Pérou est ainsi devenu le deuxième pays dans le monde où le taux de mortalité — c'est-à-dire le ratio de décès par million d'habitants — est le plus élevé. Cet Etat arrive derrière la Belgique, qui devance le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Italie, mais aussi les Etats-Unis où l'épidémie a déjà entraîné plus de 176 000 décès.

Statista

En nombre de morts, dans l'absolu, les Etats-Unis représentent le pays le plus touché au 25 août, devant le Brésil (plus de 114 000 morts), le Mexique (plus de 60 000), l'Inde (plus de 57 000) et la Royaume-Uni (plus de 41 000).

Les taux de mortalité peuvent grandement diverger d'un pays à l'autre pour plusieurs raisons. Pour commencer, ces statistiques peuvent être mesurées de différentes manières. Dans sa méthode de calcul, la Belgique prend par exemple en considération les décès suspects de personnes qui n'ont pas pu être testées, tandis que le Royaume-Uni inclut seulement les décès d'individus qui ont été testés positifs au virus.

Ensuite, d'un Etat à l'autre, les systèmes de santé sont plus ou moins développés et efficaces dans la lutte contre l'épidémie. Enfin, l'âge médian des populations influe grandement sur le taux de mortalité de chaque pays, la mortalité du virus étant beaucoup plus forte chez les personnes âgées.

À lire aussi — Coronavirus : 'nous sommes loin d'avoir l'immunité collective nécessaire', selon l'OMS

Découvrir plus d'articles sur :