Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici les produits qui connaissent les plus grosses ruptures de stock en livraison et en drive

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


© Getty Images/Miodrag Ignjatovic

Les habitudes de consommation des Français ont été complètement bouleversées ces dernières semaines depuis la mise en place du confinement, notamment pour ce qui est des courses alimentaires. Le changement le plus marquant est le boom du drive et des livraisons à domicile. Est-ce que ce phénomène continue plus d'un mois après le confinement ? C'est apparement toujours le cas. Les ventes via les drives auraient augmenté de + 75 % et celles en livraison de + 78 % sur la première semaine du mois d'avril 2020, par rapport à la période d'avant confinement, selon une étude du cabinet Data Solutions.

Le niveau de rupture des produits, que ce soit en drive ou en livraison, est par conséquent toujours important : au moins deux fois supérieur à la période d'avant la crise. Mais les enseignes de grande distribution semblent malgré tout réussir à s'adapter à cette nouvelle donne. Certains distributeurs ont-ils tiré leur épingle du jeu pour bénéficier de cette croissance du e-commerce ? "Les taux de rupture varient entre 10% et 24 %" pour chaque enseigne, nous précise le cabinet sans plus de détail. C'est néanmoins "beaucoup mieux qu'au début du confinement" où les taux de rupture étaient plus hauts, certains magasins ayant été pris de cours pas l'intensité de la demande des Français.

'Le nombre de références disponibles dans les drives commence à remonter'

Leclerc, Carrefour, Intermarché, Système U et tous les autres distributeurs semblent donc avoir réussi à mieux s'organiser pour renforcer leurs capacités de préparation des commandes et leurs méthodes de livraison. Un gros bémol demeure cependant : trouver facilement un créneau pour récupérer sa commande au drive ou obtenir un délai de livraison à domicile correct. "Avant la crise, il était aisé de trouver un créneau pendant la semaine, en ce moment il faut parfois attendre plus de deux semaines entre la commande et la mise à disposition des produits", toujours selon Data Solutions. Même en anticipant au maximum, cela reste donc un vrai problème pour gérer ses courses de manière sereine.

À lire aussi — Voici 5 alternatives pour faire vos courses si vous ne trouvez pas de créneau de livraison

Outre les soucis de délais pour récupérer ses courses, des ruptures sur certains produits demeurent début avril : "le nombre de références disponibles dans les drives commence à remonter, mais nous ne sommes pas encore au niveau d'avant crise (...)", précise l'étude du cabinet. Alors, quels produits connaissent le plus de ruptures de stock actuellement* ? Après des premières semaines où les produits d'épicerie, comme les pâtes ou le riz par exemple, ainsi que certains produits d'hygiène (savon pour les mains) étaient difficiles à trouver, les ruptures de stock semblent désormais se situer sur les rayons frais et traditionnels comme les fruits et légumes, la boucherie, la poissonnerie, etc.

Les produits des rayons boucherie et poissonnerie les plus touchés par les ruptures en drive

Sur le drive plus spécifiquement, la forte affluence continue et les taux de rupture sont toujours multipliés par deux en moyenne par rapport à la période d'avant confinement : la demande ne faiblit pas créant ainsi des difficultés pour les enseignes qui ont du mal à suivre. Pour les commandes via le drive, les produits issus des rayons boucherie et poissonnerie sont ceux qui connaissent le plus de difficultés avec un taux de rupture à 26 %, en hausse de + 7 points par rapport à fin février 2020. Autre victime de la crise, les produits vendus en "frais libre-service", c'est-à-dire par exemple la crémerie, la charcuterie ou encore la volaille vendus en libre-service : le taux de rupture est de 24 %, soit + 13 points.

À lire aussi — Drive : ces produits de base que l'on paie plus cher à cause des ruptures de stock

Pour fermer le trio de tête, les surgelés sont également victimes de leur succès avec 22 % des produits en rupture de stock au 11 avril. C'est là aussi 13 points de plus que fin février ! Les produits d'épicerie sucrée (18 % de ruptures de stock) et salée (17 %) sont aussi difficiles à commander via le drive. Même chose pour les produits d'entretien (17%) et d'hygiène (14%).

De nombreuses ruptures de stock aussi pour les produits en livraison à domicile

Pour la livraison à domicile, les ruptures de stock sont encore bel et bien présentes début avril. Le nombre de références proposées aux clients est néanmoins en augmentation : "ce réseau, lui aussi fortement sollicité, a choisi de modifier son offre en apportant plus de choix aux consommateurs, plus particulièrement en épicerie et en produits d'hygiène" précise l'étude. Cela ne semble néanmoins pas tout résoudre. Comme pour le drive, les produits frais en libre-service souffrent d'une forte demande. Ils étaient en rupture de stock à hauteur de 25 % début avril, soit 13 points de plus que fin février.

Les produits issus du rayon boucherie ou poissonnerie étaient eux aussi en rupture à hauteur de 23 % (+ 6 points) et les surgelés à 21 % (+ 12 points). Autre souci sur les références livrées à domicile, les produits d'épicerie sucrée et salée, d'entretien, mais aussi des rayons pâtisserie / boulangerie et charcuterie-traiteur sont tous en rupture de stock à hauteur de 17 %.

* données issues de l'étude du cabinet Data Solutions et arrêtées au 11 avril 2020.

À lire aussi — Évitez de faire vos courses le vendredi si vous voulez croiser le moins de monde possible en supermarché

Découvrir plus d'articles sur :