Yannick Bolloré, président-directeur général d'Havas Group. Facebook/Havas Group

L'action Havas a pris environ 3% dans des volumes nourris lundi après-midi à la Bourse de Paris, à des plus hauts de près de 15 ans, après une note de la société financière française Oddo évoquant l'hypothèse de son rachat par Vivendi ou, à défaut, d'une redistribution d'argent aux actionnaires.

Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance de Vivendi, est l'actionnaire majoritaire d'Havas, dirigé par son fils Yannick.

La banque rappelle que les dirigeants des deux entreprises n'excluent pas depuis plusieurs mois un rattachement du premier au second.

Dans une interview en novembre à Reuters, Yannick Bolloré, président-directeur général du groupe de publicité, a ainsi déclaré qu'un rapprochement avec Vivendi pourrait "avoir du sens".

La banque présente deux scénarios pour l'avenir d'Havas, tous les deux favorables aux actionnaires :

  • un rachat par Vivendi est privilégié. "Nous pensons que ce scénario est très crédible et qu'un rapprochement avec Vivendi pourrait même avoir lieu à court terme, à l'approche de l'Assemblée générale de Vivendi qui se tiendra en avril 2017" ;
  • Si ce scénario ne se concrétise pas, Oddo envisage "une cession à un tiers qui pourrait être WPP ou Dentsu ou un développement de Havas en stand-alone";

Oddo évalue cette probabilité à seulement 10%.

Mais cette issue serait également bénéficiaire aux actionnaires, pense Oddo, avec 300 millions de dividendes soit un rendement "exceptionnel" de 10%.

"Au-delà de la dimension spéculative et du retour de cash exceptionnel, le groupe a de nombreux atouts: il est bien géré, il bénéficie d'une bonne dynamique de Net New Business, d'une solide expérience digitale, il maîtrise bien les métiers d'achat d'espace/création et il est positionné sur le marché porteur de la publicité mondiale", ajoute l'intermédiaire.

Le titre Havas a gagné 2,7% à 8,38 euros à la clôture de la Bourse. De son côté, Vivendi a reculé en revanche de 2,65% à 17,785 euros, l'une des plus fortes baisses du CAC 40 (-0,72%).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : TF1 rallie 2 mastodontes européens de la télé pour rafler les recettes de 6 milliards de vidéos en ligne

VIDEO: Ce robot cuit les steaks hachés à la perfection — il sera dans 50 restaurants américains d'ici 2019