Publicité

Voici pourquoi la guerre contre les espions russes va coûter à Vladimir Poutine des milliards d'euros

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le président russe, Vladimir Poutine, en 2012. © ALEXEY DRUZHININ/AFP/GettyImages
Publicité

La Russie a annoncé lundi19 avril l'expulsion d'au moins 20 diplomates tchèques, dans une réponse furieuse au démantèlement de la station de renseignement la plus sensible de Moscou en Europe centrale au cours du week-end, lorsque les autorités tchèques ont accusé le renseignement russe d'être à l'origine de deux explosions dans une installation de stockage de munitions en 2014.

La République tchèque a accusé une unité de renseignement russe notoire impliquée dans de multiples opérations à travers l'Europe et le Royaume-Uni d'avoir mené deux opérations en 2014 qui ont conduit à des explosions dans une usine de munitions en 2014. À l'époque, il se murmurait que les munitions étaient destinées aux rivaux de la Russie en Ukraine.

À lire aussi — La Russie teste une arme capable de déclencher des tsunamis radioactifs au large des côtes américaines

Après une enquête de près de sept ans sur les explosions, les autorités tchèques ont détaillé les liens impliquant le GRU, l'agence de renseignement militaire russe — y compris les passeports utilisés dans l'empoisonnement de Salisbury en 2018 par des agents présumés du GRU — et ont commencé à expulser les agents de renseignement russes stationnés à Prague.

"Prague est une station clé pour [le renseignement russe] parce qu'elle a un gouvernement semi-amical et que sa situation centrale au sein de l'Union européenne en fait un excellent centre logistique pour les opérations", a déclaré à Insider un responsable du renseignement en Europe centrale qui suit les opérations russes dans la région.

Des mesures de rétorsion sous la forme de contrats interdits ?

"Les 18 'diplomates' qui ont été expulsés de la République tchèque sont des agents de renseignement bien connus de [divers services russes] et n'étaient pas seulement impliqués dans des opérations visant la République tchèque, mais aussi une grande partie de l'Europe", a révélé ce fonctionnaire. "À des fins opérationnelles, je ne suis pas sûr qu'il y ait une station européenne plus importante pour les Russes en dehors de Berlin".

À lire aussi — La Russie exige que tous les smartphones du pays soient vendus équipés de logiciels russes

La mission diplomatique russe en République tchèque compte environ 120 diplomates et membres de personnel, selon les responsables tchèques, soit plus du double des missions dans des pays de taille comparable ou de celle de la mission tchèque en Russie. Lundi, la Russie a expulsé 20 diplomates tchèques en représailles à la mesure prise ce week-end.

La République tchèque a également interdit à une société russe de conclure un contrat de maintenance à plusieurs milliards d'euros de la centrale nucléaire de Dukovany, dans le sud du pays.

"La perte d'un si grand nombre d'agents de renseignement va réduire le niveau d'activité et les capacités des Russes pour le moment", a estimé le responsable d'Europe centrale. "Et Poutine va maintenant constater les pertes de contrats se chiffrant en milliards dans le secteur nucléaire. Ce projet était crucial non seulement pour les revenus de la Russie, mais aussi pour l'influence sur les affaires locales que le contrat aurait permis."

"C'est une véritable punition pour les Russes, mais je reste sceptique quant au fait que ce genre de chose affecte leur comportement, même s'il est possible que certains responsables du renseignement doivent expliquer comment ils ont pu se faire prendre dans une zone aussi sensible et critique que la République tchèque", a déclaré un responsable du renseignement militaire de l'OTAN.

À lire aussi — Payer ses courses par reconnaissance faciale, c'est désormais possible en Russie

L'incident de 2014 qui a déclenché la confrontation a commencé lorsque deux hommes— qui, des années plus tard, deviendraient mondialement célèbres après les allégations selon lesquelles ils auraient empoisonné l'ancien officier russe Sergueï Skripal à Salisbury — sont entrés en République tchèque sous une identité, mais ont demandé l'accès à une installation de production de munitions avec un deuxième jeu de passeports.

Les munitions appartenaient à un marchand d'armes bulgare qui, un an plus tard, sera empoisonné par le même agent neurotoxique mortel que celui utilisé à Salisbury. L'explosion de l'installation a tué deux travailleurs tchèques dans ce qui, à l'époque, a été considéré comme un accident.

Mais après Salisbury, l'unité russe — identifiée par les services de renseignement occidentaux comme l'unité 29155 du GRU — a été démasquée et tant les fonctionnaires tchèques que des citoyens menant des enquêtes en source ouverte ont pu facilement relier les mouvements des fonctionnaires russes à une série d'opérations à travers l'Europe visant les ennemis de Vladimir Poutine.

Version originale : Mitch Prothero/Insider

À lire aussi — La Russie et la Chine veulent construire ensemble une station lunaire

Découvrir plus d'articles sur :