Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici pourquoi les avions larguent parfois du carburant en vol, comme le Boeing au-dessus d'une école à Los Angeles

Voici pourquoi les avions larguent parfois du carburant en vol, comme le Boeing au-dessus d'une école à Los Angeles
© REUTERS/Scott Varley/MediaNews Group/Torrance Daily Breeze via Getty Images/Business Insider

Alors qu'il effectuait un atterrissage d'urgence à Los Angeles mardi 14 janvier, un avion de la compagnie Delta Airlines a largué du kérosène au dessus d'une école primaire, blessant des parents et des enfants qui se trouvaient dans la cour de récréation, comme l'ont indiqué les autorités locales. Le vol Delta 89, qui se rendait de LAX (l'aéroport de Los Angeles) à Shanghai, en Chine, a eu un "problème de moteur qui a obligé l'avion à rapidement faire demi-tour vers LAX", ce qui a donné lieu à une vidange en cours de route, a indiqué la compagnie aérienne.

17 enfants et 9 adultes de l'école élémentaire de Park Avenue ont été légèrement blessés, a indiqué l'agence de presse Reuters, et 67 personnes ont été prises en charge pour être traités sur place par des ambulanciers. La Federal Aviation Administration (FAA) — l'agence gouvernementale en charge du contrôle de l'aviation civile américaine — a déclaré qu'elle menait une "enquête approfondie" sur ce qui s'était passé et a laissé entendre que la compagnie aérienne n'avait pas suivi les procédures appropriées en larguant le kérosène comme elle l'a fait. Voici pourquoi les avions larguent parfois du carburant pendant le vol, et ce qu'ils font généralement pour éviter d'asperger des gens.

Larguer du carburant pendant le vol est une procédure d'aviation classique, effectuée pour réduire le poids de l'avion avant l'atterrissage.

Les avions transportent non seulement le carburant nécessaire pour atteindre leur destination, mais aussi du carburant supplémentaire au cas où l'avion devrait changer de trajectoire ou se réorienter et prolonger le temps de vol, ainsi qu'une réserve de carburant supplémentaire en cas d'urgence extrême.

Ce carburant supplémentaire est lourd et peut causer des problèmes à l'atterrissage car l'avion est censé avoir consommé beaucoup de carburant au moment où il pose ses roues.

Scott Varley/MediaNews Group/Torrance Daily Breeze via Getty Images

Patrick Smith, pilote de ligne et auteur de Cockpit Confidential, avait expliqué au Telegraph en 2017 : "La masse maximale de l'avion autorisée au décollage est souvent considérablement plus grande que la masse maximale autorisée à l'atterrissage."

Delta Airlines a dit dans sa déclaration que "l'avion a atterri en toute sécurité après une vidange, qui était nécessaire dans le cadre de la procédure normale pour atteindre une masse autorisée à l'atterrissage."

Patrick Smith avait précisé que "le toucher des roues exerce plus de contrainte sur la cellule de l'avion que le décollage, et atterrir avec un avion très lourd nécessite une vitesse de toucher des roues très élevée, ce qui rend le freinage et l'arrêt de l'avion plus problématique."

Cela signifie que les avions larguent du carburant lorsqu'ils doivent faire demi-tour vers leur aéroport d'origine — comme l'a fait le vol Delta — ou lorsqu'ils finissent par faire un trajet beaucoup plus court que ce qui était prévu lors du plein de kérosène.

AP Photo/Matt Hartman

Cela signifie que les avions peuvent finir par libérer des milliers de litres de kérosène dans les airs avant d'atterrir. Et comme ces aéroports sont parfois situés à proximité de gens et de zones habitables, il existe des règles pour éviter d'asperger des villes entières de carburant.

Les avions doivent essayer de larguer leur carburant au-dessus de zones inhabitées, et à une altitude assez élevée pour que le kérosène se disperse dans l'air avant d'atteindre le sol.

La FAA a déclaré mardi 14 janvier : "Il existe des procédures spéciales de vidange pour les avions qui volent en provenance et en partance de n'importe quel gros aéroport américain."

"Ces procédures prévoient que le carburant soit largué au-dessus de zones inhabitées désignées, généralement à des altitudes plus élevées, de sorte que le carburant se désintègre et se disperse avant d'atteindre le sol".

La réglementation de la FAA stipule que les avions doivent voler à au moins 2 000 pieds au-dessus de l'obstacle le plus proche dans un rayon de cinq miles (8 kilomètres) de la trajectoire de vol de l'avion. L'agence gouvernementale conseille également aux avions de se tenir à une distance importante des autres avions présents dans le ciel.

La trajectoire empruntée par le vol Delta 89 montre qu'il était loin de toute zone inhabitée. Capture d'écran/FlightRadar24

Sauf en cas d'urgence, les avions qui larguent du carburant "peuvent se voir demander de suivre une autre trajectoire", précise la FAA.

Patrick Smith a dit au Telegraph : "En général, la vidange se fait à une altitude assez élevée pour que le kérosène se dissipe — il n'atteint pas le sol sous forme liquide et ne tombe pas sur les gens comme de la pluie."

"Dit comme ça, ça a l'air horrible, mais d'une manière ou d'une autre, ce carburant finit par aller dans l'atmosphère."

L'aéroport LAX se trouve dans une zone urbaine des Etats-Unis, mais on ne sait pas encore pourquoi l'avion n'a pas volé à une altitude plus élevée pour permettre au carburant de se disperser.

La déclaration de Delta Airlines n'a pas précisé le niveau d'urgence auquel l'avion était confronté, mais a dit qu'il devait "retourner rapidement à LAX".

Dans une vidéo montrant l'avion dans le ciel, on peut entendre un témoin demander "Pourquoi est-ce qu'il vole si bas ?"

Vous pouvez regarder la vidéo ci-dessous :

La compagnie Delta Airlines a déclaré qu'elle était "en contact avec Los Angeles World Airports (l'exploitant de LAX) et le département de pompiers du comté de Los Angeles, ainsi qu'avec les dirigeants locaux, et s'inquiète elle aussi pour les enfants et adultes qui ont été blessés dans les écoles de la région".

Version originale : Sinéad Baker/Business Insider.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :