Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici pourquoi les fruits et légumes sont plus chers en magasin selon les agriculteurs et distributeurs

Voici pourquoi les fruits et légumes sont plus chers en magasin selon les agriculteurs et distributeurs
© Unsplash/Tom Brunberg

Peut-être avez-vous eu l'impression en faisant vos courses ces dernières semaines que le prix des fruits et légumes avait augmenté ? Vous êtes a priori dans le vrai : manger ces produits coûte en effet plus cher depuis le début du confinement. Notamment car davantage de produits français sont proposés aux consommateurs, expliquent des représentants des agriculteurs et de la grande distribution. Certains fruits et légumes auraient ainsi augmenté de 9 % en moyenne depuis le début du confinement, selon une étude de l'association de consommateurs UFC Que Choisir, qui a relevé les prix dans plus de 4 600 drives entre le 2 mars et le 11 avril 2020.

D'après ses calculs, basés sur 17 catégories et variétés de fruits et légumes, la hausse est de 6 % pour les produits conventionnels et de 12 % pour les produits bio "entre la semaine du 2 au 7 mars (soit 2 semaines avant le confinement) et celle du 6 au 11 avril (4ème semaine de confinement)". Certains prix au kilo se sont même envolés : + 23 % pour le navet, + 25 % pour la tomate grappe bio, relève l'UFC-Que-Choisir. Ou encore + 16 % pour les citrons verts bio ou + 12 % pour les bananes et pamplemousses bio.

Devant ces chiffres, la filière tique : "On fait tout pour maintenir l'accessibilité de nos produits. On estime qu'il y aura une inflation très marginale pour les fruits et légumes" en avril, "de moins de 3 %", a déclaré à l'AFP Laurent Grandin, président de l'interprofession Interfel. Il souligne que les prix augmentent systématiquement entre mars et avril, du fait du changement de saison, et réfute toute "envolée spectaculaire des prix" cette année malgré des surcoûts pour les producteurs, en raison notamment du renchérissement des transports.

'Une hausse totalement assumée pour aider les agriculteurs français'

La hausse s'explique aussi par l'évolution de l'offre, avec davantage de produits français mis en rayons, fait valoir la profession. "Les fruits et légumes sont plus chers parce que ce sont les fruits et légumes français", a déclaré pour sa part Christiane Lambert, présidente du premier syndicat agricole FNSEA, sur France Info, évoquant des "coûts de production plus élevés" qu'ailleurs. Aujourd'hui les producteurs "vendent leurs asperges et leurs fraises avec un prix rémunérateur (...) c'est bien".

À lire aussi — Bruno Le Maire prévoit une réouverture des commerces le 11 mai

La hausse des prix "est un faux débat, très franchement, ce sont de mauvaises polémiques", a affirmé de son côté Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), sur BFMTV. "Il se trouve que les fraises françaises sont 70 % à 100 % plus chères qu'une fraise espagnole, mais c'est nettement meilleur. (...) Donc c'est tout à fait normal, une hausse totalement assumée pour aider les agriculteurs français, et je crois qu'on devrait au contraire se féliciter tous de cette orientation", a-t-il insisté. Reste que la problématique du pouvoir d'achat est un sujet sensible et délicat en cette période d'incertitudes et que les Français pourraient être toujours plus regardant sur les prix dans les semaines à venir.

À lire aussi — Les prix en supermarchés vont-il augmenter pour compenser les difficultés du secteur agroalimentaire ?

Découvrir plus d'articles sur :