Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici pourquoi les satellites Starlink d'Elon Musk inquiètent les astronomes et les experts

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Au cours des prochaines décennies, Elon Musk a pour ambition d'envoyer 42 000 satellites Starlink dans l'espace. Il espère que ces satellites apporteront une connexion internet haut débit dans tous les coins du monde, de la forêt tropicale à l'Antarctique. Mais les experts craignent que le nombre de satellites n'ait un impact majeur sur notre planète. Leur réflexion lumineuse bloque déjà la vue des astronomes à la recherche d'astéroïdes mortels. Si un nombre suffisant de satellites se retrouvent désactivés et ne peuvent plus se déplacer, ce qui est déjà le cas pour certains, ils pourraient également bloquer les voyages dans l'espace pendant des décennies. Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Vous avez devant vous 60 satellites qui s'élancent dans le ciel. Et au cours des prochaines décennies, Elon Musk espère envoyer 42 000 de ces satellites dans l'espace, soit 15 fois le nombre de satellites opérationnels en orbite aujourd'hui. C'est le projet Starlink, la vaste constellation de Musk et SpaceX qui espère apporter au monde l'internet haut débit à faible latence, ce qui promet la fin de la mémoire tampon et un internet quasi instantané dans tous les coins du monde. Mais les experts craignent que ça impacte fortement l'exploration spatiale.

Près de la moitié de la population mondiale n'a pas accès à l'internet, car la plupart des options nécessitent un réseau de câbles souterrains coûteux, ce qui laisse de nombreuses zones rurales hors ligne. Et l'internet par satellite peut atteindre ces régions...

Dave Mosher : L'internet par satellite traditionnel est fourni par un vaisseau spatial de la taille d'un bus qui est lancé à 22 236 miles dans l'espace en orbite autour de la Terre.

Narrateur : Cette distance signifie que le satellite peut atteindre des endroits que les câbles ne peuvent pas atteindre. Mais comme ce satellite est destiné à desservir un grand nombre de personnes, sa capacité de transmission de données est limitée, ce qui limite les vitesses de connexion. Et ce signal doit parcourir une longue distance, ce qui crée un décalage important. C'est là qu'interviennent Elon Musk et SpaceX.

Dave Mosher : Starlink est un réseau de satellites en orbite autour du globe qui essaie de vous connecter à Internet, où que vous soyez dans le monde.

Narrateur : Et il y a un élément plutôt séduisant pour SpaceX également.

Dave Mosher : Elon Musk a dit qu'il essayait juste de s'emparer d'un petit pourcentage de l'industrie des télécommunications qui pèse mille milliards de dollars par an dans le monde. Si SpaceX peut y parvenir, la société pourrait gagner entre 30 et 50 milliards de dollars par an.

Narrateur : Musk et la présidente de SpaceX Gwynne Shotwell affirment que cet argent pourrait à lui seul financer le développement de Starlink, du vaisseau spatial et de l'infrastructure de lancement de SpaceX sur Mars. Début octobre, SpaceX a lancé plus de 700 satellites en orbite, et prévoit d'en lancer 12 000 au total au cours des cinq prochaines années, dont la moitié d'ici la fin 2024. Et Musk veut en ajouter 30 000 autres, ce qui porte à 42 000 le nombre total de satellites en orbite autour de la Terre. Tous ces satellites seront également beaucoup plus proches, entre 322 et 644 kilomètres au-dessus de la planète en orbite basse.

Dave Mosher : Cela réduit le délai de connexion que l'on connaît avec le satellite Internet traditionnel.

Narrateur : Une fois en orbite, ces satellites Starlink seront constamment en mouvement, c'est pourquoi il est nécessaire qu'ils soient si nombreux.

Dave Mosher : Le problème est que vous devez avoir de nombreux satellites en orbite pour compenser le fait que vous ne pouvez pas rester à un seul endroit au-dessus de la Terre. Parce qu'il faut plusieurs satellites à tout moment pour couvrir de nombreux utilisateurs.

Narrateur : Chaque satellite est relié à plusieurs autres par des faisceaux laser, créant ainsi une sorte d'épine dorsale du réseau. Et pour amener internet chez vous, il vous faudra une antenne de la taille d'une pizza. Cette antenne à commande de phase peut orienter son faisceau vers n'importe quel satellite qui se trouve au-dessus de vous, ce qui maintiendra un signal internet dans votre maison. Mais ce projet n'est pas sans problèmes. Les satellites Starlink sont brillants. Ils réfléchissent la lumière du Soleil et la renvoient vers la Terre, ce qui leur donne l'apparence d'étoiles brillantes en mouvement. Aussi cool que cela puisse paraître, cela pose des problèmes.

Dave Mosher : Les satellites Starlink sont plus visibles dans le ciel nocturne juste avant l'aube et juste après le crépuscule, ce qui est le moment exact où les astronomes sont à la recherche d'objets proches de la Terre ou d'astéroïdes, des objets qui pourraient frapper la Terre et éventuellement nous nuire.

Narrateur : Et plus le nombre de satellites augmente, plus la probabilité qu'ils interfèrent avec les observations des astronomes augmente.

Dave Mosher : Si Starlink continue à poser problème pour l'étude du ciel, nous n'aurons peut-être pas autant de visibilité que nous le souhaiterions pour détecter un objet proche de la Terre, le dévier et l'empêcher de frapper la Terre.

Narrateur : Au-delà de la détection d'astéroïdes mortels, les satellites pourraient également entraver la recherche de nouvelles planètes ou même de trous noirs.

Dave Mosher : SpaceX a réalisé qu'il devait faire quelque chose, et il l'a fait. Il a créé ce que l'on appelle un DarkSat, un satellite dont toutes les parties brillantes sont recouvertes d'un matériau très noir et sombre.

Narrateur : Il a également essayé d'ajouter des visières pour protéger ces parties brillantes vues du sol. Mais à moins que les satellites ne soient recouverts comme un vaisseau spatial dans "Star Trek", une technologie qui n'existe pas, rien de tout cela ne résoudra complètement le problème. Et même si c'était le cas, il y a un problème bien plus important à résoudre.

Dave Mosher : Il y a une inquiétude concernant les débris spatiaux, car lorsque vous avez autant de satellites sur les plus proches, les plus serrées, les plus denses orbites autour de la Terre, il y a plus de chances que ces satellites entrent en collision entre eux ou avec d'autres satellites.

Narrateur : Ces collisions créeraient des nuages de débris qui pourraient être en orbite autour de la Terre pendant des années, des décennies, voire des siècles.

Dave Mosher : Et ces débris peuvent ensuite désactiver ou faire entrer en collision d'autres satellites, créant encore plus de débris, et ce problème devient incontrôlable, un effet appelé le syndrome de Kessler. Et si nous arrivons à ça, alors l'espace sera trop dangereux pour y accéder.

Narrateur : Pour être clair, la possibilité de sortir du syndrome de Kessler est très faible.

Dave Mosher : Mais les impacts potentiels sont si élevés que les scientifiques travaillent très dur pour empêcher qu'un tel événement ne se produise.

Narrateur : SpaceX a déclaré que ses satellites peuvent s'écarter automatiquement pour éviter les collisions. Mais des dizaines de satellites SpaceX sont déjà désactivés et ne peuvent plus se déplacer du tout, ce qui constitue une menace potentielle. Et ceux qui sont concernés par les projets de SpaceX font pression sur la FCC pour qu'elle contrôle la société et réglemente plus strictement l'orbite terrestre basse. Et cela pourrait rendre plus coûteux et plus difficile le déploiement des 42 000 satellites prévus. Mais Starlink n'est pas seul.

Le projet Kuiper d'Amazon, OneWeb, Hongyan en Chine et d'autres projets cherchent à défier SpaceX en lançant leurs propres réseaux mondiaux de centaines ou de milliers de satellites. S'ils parviennent tous à leurs fins avec peu ou pas de réglementation, nous pourrions nous retrouver avec 100 000 satellites encerclant notre planète dans les dix prochaines années, ce qui augmenterait considérablement le risque de bloquer l'espace pour tout le monde.

Version originale : Michelle Yan Huang, Bob Hunt et Dave Mosher/Business Insider

À lire aussi — Elon Musk accuse Amazon de 'paralyser' son projet Starlink

Découvrir plus d'articles sur :