Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici pourquoi les Vaporfly de Nike sont secrètement portées par des coureurs sponsorisés par d'autres marques


Une chaussure Nike Vaporfly noircie. © Paul Nelson Photography, avec l'aimable autorisation de Tommy Rivers Puzzy

Eliud Kipchoge a couru le premier marathon de moins de deux heures en octobre dernier à Vienne. Ce même mois, Brigid Kosgei a battu le record du marathon féminin à Chicago. Puis, en novembre, Geoffrey Kamworor a remporté le marathon de New York pour la deuxième fois en trois ans. Ces trois succès ont un point commun : tous les coureurs portaient des chaussures Nike Vaporfly. Les Vaporfly (et leurs prototypes) ont participé à presque toutes les grandes victoires du monde du running depuis 2016. Et pour cause, les recherches indiquent que la conception de leurs semelles donne aux coureurs une efficacité énergétique d'au moins 4 % supérieure à celle des chaussures de marques concurrentes.

"Le coureur fait la course, mais la chaussure lui permet de la faire plus vite pour le même effort ou la même capacité", a déclaré Geoff Burns, chercheur en kinésiologie et coureur professionnel, à Business Insider US au sujet de Vaporfly. "Donc, pour deux athlètes de même niveau le jour de la course, celui qui a les chaussures va battre celui qui n'en a pas". Cela a conduit certains athlètes sponsorisés par d'autres entreprises que Nike à enfiler des Vaporflys en secret. Dans au moins trois compétitions, des coureurs non Nike ont porté des Vaporflys "blacked-out" (noircies) : des chaussures recouvertes d'un marqueur permanent noir pour rendre le logo Nike difficile à repérer.

Tommy Rivers Puzey était l'un d'entre eux. "J'ai réalisé qu'une nouvelle technologie créait un avantage, et que si vous n'étiez pas prêt à monter à bord, vous seriez laissé derrière", a-t-il déclaré à Business Insider US.

Tommy Rivers Puzey participant au marathon international de Californie 2019, le 8 décembre à Sacramento, en Californie.  Paul Nelson Photography, avec l'aimable autorisation de Tommy Rivers Puzzy.

Le sportif portait des Nikes noircies lors du Marathon international de Californie de décembre. À l'époque, il était entre la fin d'un contrat de sponsoring avec Altra et un nouveau contrat avec Craft. Il a mis fin à son contrat avec Altra à l'amiable, a-t-il dit, parce que la société ne voulait pas le laisser porter des Vaporfly.

"J'aimais cette entreprise, mais en termes de performances le jour de la course, les coureurs Nike conduisaient une voiture de course et nous, un camion Mack", a-t-il déclaré.

Les coureurs noircissent leur Vaporflys pour cacher le logo Nike

Eliud Kipchoge, qui a battu le record du marathon masculin il y a deux ans, ainsi que Geoffrey Kamworor et Brigid Kosgei, sont tous des coureurs sponsorisés par Nike. Grâce à ces sponsors, un athlète reçoit généralement de l'équipement et souvent de l'argent en échange de son accord pour utiliser exclusivement les produits de la société.

Mais avec les Vaporfly, certains coureurs sponsorisés par des marques comme New Balance et Under Armour se sont retrouvés dans une situation pénalisante. Si bien que certains ont décidé de chausser des Nike et ont tenté de le cacher.

Les photos du marathon de Dublin 2019 montrent le coureur Stephen Scullion avec des Nike noircies — elles sont visibles sur une image du compte Instagram "Protosofthegram", qui suit l'actualité des "chaussures de course, les développements et les prototypes", ainsi que sur la photo d'un photographe d'événements.

Stephen Scullion est sponsorisé par Under Armour. Sur son propre profil Instagram, toutes les photos du marathon de Dublin ont les chaussures coupées. Il y est arrivé en deuxième position, franchissant la ligne d'arrivée en deux heures et 12 minutes.

Si le sportif n'a pas répondu à une demande de commentaire de Business Insider US concernant cette histoire, Under Armour a déclaré qu'il avait commencé à tester l'un de leurs prototypes de chaussures de running destinés au marathon.

Un autre coureur, Joaquín Arbe, a également été repéré portant une paire de Vaporfly noircies lors du semi-marathon de Buenos Aires en août 2019, bien qu'il était sponsorisé par New Balance à l'époque. Une photo postée par Protosofthegram révèle le talon pointu des Vaporflys sur son pied, tout comme celle du photographe Franco Fafasuli d'Infobae.

Joaquín Arbe a été le coureur sud-américain le plus rapide à terminer cette course.

L'Argentin Joaquín Arbe franchit la ligne d'arrivée du semi-marathon de Buenos Aires en août 2019.  Franco Fafasuli/Infobae

Par la suite, il a déclaré qu'il pourrait changer de sponsor. "Nous sommes en train de conclure les négociations avec Nike", a-t-il déclaré à Radio 5, "j'ai déjà couru avec leurs vêtements".

En effet, au marathon de Buenos Aires un mois plus tard, il ne s'est pas donné la peine de porter des Vaporfly discrètes, préférant un modèle vert néon. Le coureur est arrivé en sixième position, avec un temps record de deux heures et onze minutes.

New Balance a confirmé qu'il n'était plus un de ses athlètes sponsorisés, mais a refusé de commenter le port des Vaporfly. Bien que le sportif n'ait pas répondu aux demandes de commentaires de Business Insider US, sa page Instagram montre qu'il court avec des produits Nike depuis novembre en prévision des Jeux Olympiques de Tokyo.

'Les athlètes doivent rechercher les meilleurs produits'

Une paire de chaussures Nike Vaporfly.  Crystal Cox/Business Insider

Tommy Rivers Puzey a expliqué qu'il ne pensait pas pouvoir se qualifier pour les épreuves du marathon olympique sans Vaporfly. Une étude indépendante a révélé que les chaussures amélioraient la performance des athlètes de 4,2 % par rapport aux chaussures Adidas Adizero Adios 3. Les Alphafly, la prochaine version des Vaporfly de Nike, donnent probablement un avantage similaire aux coureurs : Kipchoge en a porté une première version lorsqu'il a battu le record du marathon de deux heures. Les Alphafly ont été mises à la disposition du public en juillet.

Pour des athlètes comme Kipchoge et Kosgei, cela pourrait faire la différence dans l'établissement d'un record du monde. Pour Tommy Puzey, cela pourrait l'aider à améliorer son temps de 3 minutes et demie à 5 minutes.

Tommy Puzey a déclaré que cela pouvait facilement prendre jusqu'à deux ans pour améliorer l'efficacité d'un coureur d'environ 1,5% — et cela nécessite "un entraînement intensif, des régimes stricts, des massages, des siestes, et de jouer avec le feu en termes de dégradation de votre corps".

C'est pourquoi il a demandé à Altra si la société serait à l'aise avec le fait qu'il porte des Nike.

"Je ne veux pas me retrouver dans une situation où j'ai l'impression qu'il y a un produit de meilleure qualité sur le marché et que la société que je représente me demande de choisir entre les représenter ou être le plus performant possible", a déclaré Tommy Puzey.

Tommy Rivers Puzey pendant le marathon international de Californie de 2019.  Paul Nelson Photographie/Courtesy of Dr. Tommy Rivers Puzey

Lors de la course californienne, a-t-il précisé, il a chaussé les Vaporfly au logo noir parce qu'il "ne voulait pas qu'on ait l'impression (qu'il) représentait Nike".

Son nouveau sponsor, Craft, est d'accord sa décision en ce qui concerne les chaussures.

Eric Schenker, le PDG de Craft Sports, a déclaré à Business Insider que c'est en partie parce que l'entreprise était "nouvelle dans le domaine de la chaussure". Son approche pour l'instant est donc de laisser Tommy Rivers Puzey "porter ce qu'il veut pendant que nous essayons de rattraper notre retard".

"Les athlètes doivent choisir le meilleur produit pour eux", a déclaré le PDG, mais il a ajouté : "Si j'étais une autre marque qui fabrique des chaussures depuis longtemps, je serais furieux".

Pourquoi les Vaporfly fonctionnent si bien

Le marathon international de Californie 2019.  Paul Nelson Photography/Courtesy of Dr. Tommy Rivers Puzey

Le secret des Vaporfly réside dans leurs semelles, qui associent une couche de mousse et une plaque en fibre de carbone. Chaque aspect de cette conception vise à minimiser la quantité d'énergie perdue par pied.

Les Vaporfly ont également une forme particulière. Alors que la plupart des chaussures ont un profil plutôt rectangulaire et carré, les Nike ressemblent plus à une pointe de lance effilée. Les Vaporfly ont un talon en forme de rasoir et mesurent moins de 10 cm de large à leur point le plus large.

Le dessus des chaussures est presque aussi fin que du papier — il est fait d'un tissu qui absorbe l'eau appelé Vaporweave que Nike fabrique dans une palette de néon.

"Il y a une raison pour laquelle Nike a fabriqué ses chaussures en vert et rose vif — vous ne pouvez pas cacher que vous les portez", a déclaré Tommy Puzey. "On peut repérer les gens qui courent dedans à des kilomètres à la ronde."

Chaussures Nike Vaporfly.  Avec l'aimable autorisation de Aylin Woodward/Business Insider

Mais le tissu transparent est propice au gribouillage au marqueur permanent.

"C'est comme ça qu'on perd un contrat, en essayant de tromper les gens et en noircissant une chaussure", a déclaré Tommy Rivers Puzey. "Certaines personnes sont allées jusqu'à prendre la partie supérieure de leur chaussure et à la faire coudre sur la semelle d'une autre chaussure".

Comment d'autres entreprises tentent de concurrencer Nike

Tommy Rivers Puzey a déclaré qu'il faisait jusqu'à 50 courses par an, tout en dirigeant un cabinet de physiothérapie à Flagstaff, en Arizona. Les prix qu'il gagne en courant l'aident à subvenir aux besoins de sa famille : sa femme, Stéphanie, et leurs trois filles."Vous avez beaucoup de pression pour vous assurer que vous ne rentrez pas les mains vides", a-t-il dit. C'est pourquoi il a si vite remarqué la tendance Vaporfly. "Les gens contre qui j'avais concouru dans le passé, et que j'avais visiblement dépassés, finissaient maintenant avant moi", a déclaré Tommy Puzey.

World Athletics — l'organisation qui régit les événements internationaux d'athlétisme — l'a également remarqué. Le groupe a lancé une enquête pour déterminer si les Vaporfly conféraient un avantage déloyal. Mais après des mois de délibérations, il est revenu avec une réponse en janvier : non. Les concurrents étaient donc déterminés à se dépêcher d'innover.

D'autres marques de sport ont sorti des chaussures dont les semelles utilisent un mélange de mousse et de fibre de carbone comme les Vaporfly — la liste comprend la New Balance Fuel Cell 5280, la Brooks Hyperion Elite, la Under Armour Hovr Machina et la Hoka Carbon X. Mais aucune étude indépendante ne montre que ces chaussures sont équivalentes aux Vaporfly.

"Nike a mis le lapin blanc à la disposition des autres fabricants de chaussures pour qu'ils le poursuivent", a déclaré Tommy Rivers Puzey.

Tommy Rivers Puzey pendant le marathon international de Californie.  Paul Nelson Photographie/Courtesy of Dr. Tommy Rivers Puzey

Des représentants de six marques ont déclaré à Business Insider US qu'ils avaient déjà fabriqué ou qu'ils travaillaient à développer des produits pour que leurs athlètes puissent rivaliser avec Nike.

Un représentant d'Under Armour, par exemple, a déclaré que la société travaillait avec des athlètes comme Scullion pour "développer les meilleurs produits de leur catégorie pour leur sport respectif". Colin Ingram, le directeur des produits chez Hoka, a déclaré qu'il n'était pas "super inquiet" pour les chaussures Vaporfly noircies.

"Tout le monde a vu les images de cette approche masquée, mais nos athlètes sont assez confiants dans ce qu'ils font et dans les produits avec lesquels ils peuvent courir", a déclaré Colin Ingram.

La basket Hoka One One Carbon X.  La Hoka One One

Schenker, cependant, a déclaré que le fait de rattraper Nike était au premier plan des préoccupations des designers de Craft. "Nous aspirons à ce que Tommy n'ait pas à porter des Nikes noircies — ce sera notre nouvelle devise de marque", a-t-il déclaré.

Bien que les Jeux olympiques et presque tous les marathons aient été reportés à 2021 en raison de la pandémie de coronavirus, Tommy Rivers Puzey est hors du circuit de course pour une autre raison : il a été hospitalisé pour un cancer du poumon le mois dernier.

Il s'est également déchiré le ménisque et l'ischio-jambier en janvier, lors du 23e mile du marathon de Houston — la dernière occasion pour les coureurs d'obtenir le temps nécessaire pour se qualifier pour les qualifications olympiques américaines à Atlanta. Jusqu'à sa blessure, a déclaré Tommy Rivers Puzey, il faisait les cent pas pour obtenir un temps de course inférieur de deux minutes à celui dont il avait besoin pour se qualifier.

"C'était le plus confortable que je n'ai jamais ressenti à ce stade d'un marathon", a-t-il déclaré, ajoutant : "Je pense que si ma trajectoire avait continué, je n'aurais pas été blessé, et j'ai continué à améliorer ma condition physique jusqu'à Atlanta, je pense que j'aurais pu courir 2h15 et peut-être même atteindre 2h14 dans ces Nikes."

Cela aurait été trois minutes de plus que ce qu'il n'avait jamais couru dans un marathon auparavant.

Version originale : Aylin Woodward / Business Insider US.

A lire aussi — Pourquoi la basket Nike Vaporfly qui bat des records au marathon est considérée par certains comme du dopage technologique

Découvrir plus d'articles sur :