Publicité

Voici pourquoi vous accorder plus de temps libre peut vous rendre plus productif au travail

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici pourquoi vous accorder plus de temps libre peut vous rendre plus productif au travail
Le relâchement peut contribuer à améliorer la qualité de votre travail et la quantité de travail accompli dans la journée. © Westend61 / Getty Images
Publicité

Elon Musk planifie ses journées par tranches de cinq minutes. Tim Cook se lève à 3h45 du matin. Tony Robbins se plonge dans de l'eau glacée tous les matins. En lisant suffisamment d'histoires de ce genre, on pourrait conclure qu'une productivité extrême exige une action extrême et désagréable. Mais, selon un nouveau billet bien pensé du blog Farnam Street, vous auriez tort.

Il y a un paradoxe au cœur de la productivité, affirme l'article, et cela signifie que vous obtiendrez davantage de résultats si vous ne vous lancez pas dans des actions héroïques et si vous laissez plutôt du mou dans votre emploi du temps.

À lire aussi — J'ai essayé de me réveiller à 3h45 du matin pendant une semaine comme Tim Cook et j'ai été étonnamment productif

Pour être plus productif... se relâcher davantage ?

Au départ, cela peut sembler trop beau pour être vrai. C'est compréhensible. Qui ne se méfierait pas d'experts vous disant que le secret de la super productivité ne consiste pas à se lever à l'aube ou à faire des journées de 14 heures, mais à être plus fainéant ? Mais cette conclusion n'est pas seulement la déclaration d'un blogueur quelconque. C'est le point central de "Slack", le classique de Tom DeMarco (non traduit, ndlt) sur l'efficacité au travail.

Le livre met en évidence le paradoxe fondamental au cœur de la productivité : laisser des espaces blancs dans son agenda peut être perçu comme une indulgence (ou, aux yeux de votre supérieur, comme un problème à éliminer), mais une activité constante nous empêche en fait de travailler avec une efficacité maximale.

En effet, lorsque chaque instant est rempli, nous sommes incapables d'absorber les chocs ou de changer notre fusil d'épaule rapidement lorsque la situation évolue. Nous travaillons peut-être tout le temps, mais nous finissons par travailler sur les mauvaises choses ou par faire face à des goulots d'étranglement organisationnels. Laisser du temps libre dans votre agenda (ou quelques euros non alloués dans votre budget) est inefficace dans un monde totalement prévisible. Mais comme l'année dernière l'a illustré de manière spectaculaire, nous ne vivons pas dans un monde prévisible.

Le temps libre "nous permet de gérer les chocs et les surprises inévitables de la vie. Si chaque heure de notre emploi du temps est comptabilisée, nous ne pouvons pas ralentir pour nous remettre d'un petit rhume, nous concentrer un peu sur l'apprentissage d'une nouvelle compétence pendant un certain temps ou absorber quelques heures de difficultés techniques", résume le post, ajoutant : "en général, vous avez besoin de plus de temps libre que prévu".

À lire aussi — Télétravail : 4 conseils de psy pour vous aider à séparer temps libre et temps de travail

La fierté du fainéant

Tom DeMarco n'est pas le seul expert à faire cette remarque. La sociologue et auteure Christine Carter est non seulement une fainéante autoproclamée, mais elle milite également pour que plus de gens embrassent leur fainéant intérieur.

"Je ne me relâche pas parce que je suis paresseuse ou que je ne cherche pas à être productive. En fait, j'ai découvert que le relâchement me rend plus productive parce que je le fais de manière stratégique, c'est-à-dire que je fais des pauses à des moments précis, à intervalles réguliers, de manière à aiguiser ma concentration lorsque je me remets au travail", a-t-elle écrit. "Le relâchement stratégique m'a permis d'augmenter considérablement la qualité de mon travail et la quantité de travail que j'accomplis dans une journée donnée."

Le mot clé ici est "stratégiquement". Le fait d'être constamment occupé vous rendra épuisé, inflexible et aveugle, mais personne ne dit que vous ne devez pas travailler dur pour réaliser de grandes choses. Vous devez simplement vous assurer que vous ne mettez pas tellement de travail dans vos journées que vous ne laissez aucune place pour relever la tête, évaluer la situation et ajuster votre plan d'attaque.

Il s'avère que le secret d'une productivité maximale n'est pas quelque chose d'aussi désagréable qu'un bain de glace ou une planification extrême (bien que vous puissiez trouver cela utile). Le secret consiste à se laisser une marge de manœuvre suffisante. Laquelle ne vous aidera pas seulement à rester sain d'esprit. Contre-intuitivement, elle vous aidera aussi à accomplir davantage de choses sur le long terme.

Version originale : Jessica Stillman/Insider

À lire aussi — Les conseils d'un ancien négociateur du RAID pour gérer l'agressivité et le stress au travail

Découvrir plus d'articles sur :