Thomas Pesquet

Thomas Pesquet, le 17 novembre 2016, juste avant son décollage pour l'ISS. REUTERS/Shamil Zhumatov

La Station spatiale internationale (ISS), avec à son bord le Français Thomas Pesquet, s'apprête à récupérer ce vendredi 9 décembre 2016 un ravitaillement assuré par un vaisseau cargo japonais. 

La semaine dernière, un autre vaisseau de ravitaillement de l'ISS — qui comprenait deux tonnes et demie de nourriture et de fournitures — s'était détruit en vol

Thomas Pesquet l'évoque d'ailleurs dans l'un de ses tweets.

Car depuis son départ de la Terre le 17 novembre dernier, l'astronaute français raconte sur Twitter à quoi ressemblent ses journées à bord de l'ISS. Hormis les expériences scientifiques qu'il doit mener pendant ses six mois de mission, Thomas Pesquet explique notamment les spécificités de la vie dans l'espace.

Voici les principales leçons que l'on a appris grâce à lui.

Sur l'ISS, le soleil se lève 16 fois par jour. Pourquoi? Car le vaisseau met 90 minutes pour faire un tour complet de la Terre à une vitesse de 28.000 km/h.


Sans système de contrôle thermique, il ferait soit trop chaud ou trop froid à bord de l'ISS pour qu'un humain survive.


L'ISS possède la plus grande surface de panneaux solaires souples dans l'espace (2.500 mètres carrés). Ces derniers fournissent environ 110 kW d'électricité.


La vie en impesanteur implique qu'il faut savoir être ordonné, car les objets flottent partout, l'eau se met en boule, et il faut aussi s'attacher pour pouvoir dormir.



En microgravité, pas besoin de beaucoup d'efforts pour bouger. C'est pourquoi à leur retour sur Terre, les astronautes ont perdu entre 20 à 30% de leur masse musculaire. Durant son séjour sur l'ISS, Thomas Pesquet doit tester une machine baptisée MARES, censée mesurer cette perte pour mieux la comprendre et la limiter.


En attendant, pour limiter ce phénomène d'atrophie musculaire, les astronautes à bord de l'ISS font régulièrement des exercices.


A leur retour sur Terre, 2/3 des astronautes qui ont séjourné sur l'ISS ont leur vue qui se dégrade. C'est pourquoi il est important de surveiller régulièrement la vue des spationautes. Selon une récente étude, ce phénomène de perte visuelle est dû à la pressurisation du liquide qui entoure le cerveau et la moelle épinière.


Les toilettes sont un problème sérieux dans l'espace. La NASA a même lancé un concours baptisé "Space Poop Challenge" pour les aider à trouver un moyen de collecter et de traiter les déjections des spationautes quand ils se déplacent en combinaison. Ce dispositif permettrait de remplacer les couches qu'ils portent actuellement.


Et juste au cas où vous aviez peur de rencontrer des créatures surnaturelles dans l'espace, Thomas Pesquet précise:



Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ces 10 technologies émergentes auront le plus d'impact sur notre avenir selon l'OCDE

VIDEO: Pourquoi les montres Rolex coûtent si cher