Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Volkswagen défie Renault, PSA ou Daimler avec son service d'auto-partage à Paris

Volkswagen défie Renault, PSA ou Daimler avec son service d'auto-partage à Paris
© Facebook/We Share

Deux ans après la défection du service Autolib' à Paris assuré par le Groupe Bolloré, Volkswagen va déployer son service d'auto-partage baptisé We Share, et déjà présent à Berlin en Allemagne (50 000 inscrits selon l'entreprise). Dans le cadre d'une expansion internationale, Volkswagen annonce 8 400 véhicules entièrement électriques — e-Golf, e-up puis la nouvelle ID3 — dans la capitale française, au milieu de l'année. Ce nouvel acteur arrive sur un marché où ont déjà pris place plusieurs constructeurs automobiles. On retrouve ainsi Renault avec Moov.in, PSA avec Free2Move, Daimler-BMW avec Car2Go.

Les grands constructeurs ont en effet décidé de s'engouffrer dans l'espace libéré par Autolib avec des modèles d'exploitation un peu différents. A Paris, tous misent sur des véhicules électriques mais plus sur les bornes de recharge. Plus besoin d'une place spécifique pour recharger les véhicules, la maintenance se fait la nuit, directement par l'opérateur. Les utilisateurs se garent sur n'importe quelle place de parking classique (en surface) où le stationnement est gratuit pendant 6h pour un véhicule électrique à Paris. Un système appelé "free floating", sans espace de parking dédié, comme au départ pour les vélos ou trottinettes, avant une régulation bienvenue.

On peut également citer Ubeeqo, Commuto, Ada et Gearound (ex-Drivy), des services qui disposent de plus de visibilité de la part de la Mairie de Paris car ils disposent d'emplacements réservés où il faut ramener la voiture : on appelle ça l'auto-partage en boucle. Il existe 1200 places de ce type dont 500 sont dédiées aux véhicules thermiques et plus de 700 aux véhicules électriques et rechargeables.

A lire aussi — Tesla, Renault, Toyota... Les 13 constructeurs automobiles les plus écoresponsables selon les Français

Dans la cadre de We Share, on ne connaît pas encore le prix. Il est de 0,29 euros en moyenne par minute à Berlin rappelle le site Presse Citron. Volkswagen a fait un appel du pied à la mairie de Paris pour recevoir des aides financière au développement de son service. "Nous espérons recevoir le soutien des villes, par exemple, au niveau des tarifs de stationnement des véhicules d'auto-partage ou de la désignation des nouveaux espaces dédiés à l'auto-partage dans l'espace public, afin d’inciter les utilisateurs potentiels et de rendre l'auto-partage encore plus intéressant et pertinent", déclare Philipp Reth, PDG de WeShare, cité dans un communiqué.

Découvrir plus d'articles sur :