Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Votre mobile peut être piraté via Whatsapp, faites vite la mise à jour

Votre mobile peut être piraté via Whatsapp, faites vite la mise à jour
© REUTERS/Mike Segar

L'application WhatsApp a été piratée et cette faille de sécurité permettait aux pirates d'installer des logiciels espions sur les téléphones, a annoncé l'entreprise dans une déclaration au Financial Times, qui a révélé cette information. La filiale de Facebook demande à ses 1,5 milliards d'utilisateurs de mettre à jour l'application afin "de se protéger contre d'éventuels attaques ciblées visant à compromettre l'information stockée sur un appareil mobile". Le problème touche à la fois des téléphones Android, iOS (iPhone) et Windows.

WhatsApp aurait découvert cette faille de sécurité début mai. Les hackers ont pu installer le logiciel de surveillance grâce à la fonctionnalité d'appel de WhatsApp, ce qui leur a permis d'accéder à des informations comme les données de localisation et les messages privés, indique le Financial Times. Le quotidien financier a rapporté que le logiciel espion a été développé par le groupe israélien NSO, dont le logiciel Pegasus est connu pour avoir été utilisé contre des militants des droits de l'homme. L'entreprise a nié toute implication dans une déclaration au FT.

Son logiciel Pegasus permettait d'avoir accès à distance à l'intégralité ou presque du contenu et de l'activité d'un iPhone infecté : contacts, détails et contenus des appels, SMS, mails, conversations WhatsApp, Skype et même Telegram. Interrogée au sujet de l'article, NSO a déclaré que sa technologie est utilisée sous forme de licence à des agences gouvernementales autorisées "dans le seul but de lutter contre la criminalité et le terrorisme" et qu'elle n'exploite pas le système lui-même, relate Reuters.

"Nous enquêtons sur toute allégation crédible d'utilisation abusive et, si nécessaire, nous prenons des mesures, y compris la fermeture du système. En aucun cas, NSO ne serait impliquée dans l'exploitation ou l'identification des cibles de sa technologie, qui est exploitée uniquement par les services de renseignement et les forces de l'ordre", a déclaré la société. "NSO n'utiliserait pas ou ne pourrait pas utiliser sa technologie de son propre chef pour cibler une personne ou une organisation, y compris un individu".

Découvrir plus d'articles sur :