Vous allez pouvoir acheter français sur AliExpress

AliExpress devrait proposer des produits français sur sa plate-forme d'ici la fin de l'année. Flickr / Marco Verch

Vous connaissez et utilisez peut-être déjà le site AliExpress pour commander des produits à prix ultra-compétitifs ? Vous faites alors partie des 9 millions d'acheteurs cumulés en France selon le chiffre des Echos avec un panier moyen d'achat compris en 30 et 50 dollars. Un grand changement vient d'être annoncé par Alibaba : la plate-forme devrait accueillir d'ici la fin de l'année des produits français. "Les vendeurs français devraient pouvoir vendre sur AliExpress d'ici à la fin de l'année", indique Ning Yang qui pilote l'activité hexagonale pour Alibaba.  Le groupe indique connaître "une forte croissance" en France et mise sur son ouverture aux produits de PME françaises pour se développer encore plus vite. "Le 'made in France' a une vraie signification pour nos consommateurs", assure aussi Ning Yang. 

En passant d'une plateforme de vente de produits chinois à une plateforme internationale, Alibaba espère pouvoir venir concurrencer le leader mondial Amazon. En France, la bataille est rude entre les différents sites e-commerce : Amazon, Cdiscount, Leboncoin, Wish ou encore Joom s'affrontent quotidiennement pour gagner des parts de marché. Mais AliExpress pense avoir une voie de développement malgré tout, notamment grâce au fait que (contrairement à Amazon) la plate-forme chinoise ne fait pas payer de droits d'entrée aux vendeurs. Ces derniers sont par contre soumis à une commission sur les ventes oscillant entre 5 et 8 %. À noter qu'Alibaba essaierait également d'optimiser sa logistique et de diminuer les délais de livraison au maximum pour pouvoir réussir en France. Un accord avait déjà été signé fin 2018 avec La Poste et un partenariat avec Relais Colis a été également conclu pour la livraison des colis en points relais.

65 milliards de dollars de chiffre d'affaires prévu en 2020 pour Alibaba

Le géant chinois du e-commerce Alibaba a décidé de changer la stratégie de sa plate-forme AliExpress à l'étranger : une petite révolution pour le groupe qui tire la majorité de ses revenus de son marché intérieur chinois. Créé il y a vingt ans à Hangzou en Chine par Jack Ma, Alibaba est devenu un mastodonte mondial du e-commerce et envisage de réaliser 65 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2020. Le plus gros de son business est réalisé via son site B2B de vente de gros à l'international, Alibaba.com et son autre site Taobao, marketplace entre particuliers destinée uniquement au marché chinois.

Ouverte en 2010, sa plate-forme AliExpress propose la vente en ligne de produits à petits prix à l'international. Selon Les Échos, les revenus issus du e-commerce de détail à l'international ne pèseraient que 5 % du chiffre d'affaires total d'Alibaba. Mais devant le ralentissement de la croissance du marché chinois, le groupe préfèrerait anticiper et faire évoluer sa stratégie en se développant à l'international, notamment en Europe. Proposant 50 millions de produits chinois à petits prix, AliExpress a déjà convaincu 150 millions de clients cumulés dans le monde entier. La plate-forme a donc été ouverte aux vendeurs étrangers il y a peu et 4 pays sont actuellement en phase de test avec AliExpress : la Russie, premier marché historique de la marketplace, l'Espagne, l'Italie mais aussi la Turquie

Contacté par Business Insider France, le groupe Alibaba précise dans un communiqué : « La vision à long terme d'AliExpress est d'aider les PME et les entreprises à s'engager auprès des consommateurs locaux et mondiaux en profitant des infrastructures digitales de la marketplace, de ses solutions intégrées uniques et de sa portée mondiale pour étendre leur présence sur les marchés internationaux et offrir une expérience utilisateur innovante à ses utilisateurs. Nous avons récemment ouvert les inscriptions pour les e-marchands en Espagne, en Italie, en Russie et en Turquie où nous testons actuellement ce nouveau système. Avec son industrie de la mode et du design reconnue mondialement, sa culture entrepreneuriale forte et le développement de ses petites et moyennes entreprises, nous examinons la France avec un grand intérêt et nous communiquerons tout développement pertinent en temps utile. »

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 'Ne perdez pas de temps avec les investisseurs' : la leçon de business de Jack Ma, le patron d'Alibaba, à VivaTech

VIDEO: La carte du monde la plus connue est très trompeuse