Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Vous n'avez rien suivi à l'histoire de WeWork ? On vous raconte son introduction en Bourse ratée et les frasques de son ex-PDG

Vous n'avez rien suivi à l'histoire de WeWork ? On vous raconte son introduction en Bourse ratée et les frasques de son ex-PDG
© WeWork a vécu un mois difficile, suite à l'annonce de son introduction en Bourse. Jackal Pan/Getty Images; Jacqueline Larma/AP Images; Samantha Lee/Business Insider

Le plan initial de WeWork, spécialiste de la location de bureaux, pour faire son entrée en Bourse s'est effondré ce mois-ci à cause d'un certain scepticisme et d'un manque d'intérêt de la part des investisseurs qui ont empêché la société d'obtenir les 3 milliards nécessaires pour accéder à sa ligne de crédit de 6 milliards de dollars. Depuis que l'entreprise a déposé publiquement ses documents d'introduction en Bourse en août, les pertes croissantes de WeWork, sa gouvernance d'entreprise et le comportement et les relations commerciales de son PDG excentrique ont été de plus en plus critiqués... Ce qui a finalement amené l'entreprise à reporter son projet d'introduction en Bourse (IPO), au moins jusqu'en octobre.

Les meilleurs employés continuent de quitter l'entreprise. Le PDG et cofondateur Adam Neumann a été critiqué pour des conflits d'intérêts potentiels après que des documents ont révélé qu'il possédait des bâtiments utilisés par WeWork et qu'il les avait loués à l'entreprise, en plus de s'être versé de l'argent pour les droits sur la marque "We". Le mois dernier, sans doute le pire de son histoire, l'entreprise s'est empressée d'apporter des changements pour tenter de raviver l'intérêt des investisseurs et de sauver son introduction en Bourse.

Mardi, le Wall Street Journal a annoncé qu'Adam Neumann allait quitter son poste de directeur général, mais qu'il resterait président de We Company. "Même si notre activité n'a jamais été aussi solide, l'attention portée sur moi ces dernières semaines est devenue une distraction importante et j'ai décidé qu'il était dans l'intérêt de l'entreprise que je quitte mes fonctions de directeur général", a expliqué Adam Neumann dans un communiqué. Artie Minson, actuel directeur financier du groupe, et Sebastian Gunningham, vice-président, se partageront la direction générale.

On vous résume tout ce qui s'est passé chez WeWork depuis que l'entreprise a déposé sa demande d'introduction en Bourse.

14 août : WeWork a déposé publiquement les documents détaillant son projet d'introduction en Bourse.

Associated Press

La valeur de l'entreprise de co-working a d'abord été estimée à 47 milliards de dollars. Ensuite, son dépôt auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain, a révélé des pertes en milliards de dollars, une énorme collection de baux et des plans pour continuer à dépenser de façon agressive.

Les documents déposés ont également révélé que le PDG et cofondateur Adam Neumann possédait plusieurs des immeubles loués par WeWork. D'après les documents déposés, la société mère de WeWork, The We Company représente :

  • Des pertes de 429 millions de dollars sur 436 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2016.
  • L'année suivante, ces pertes ont atteint 890 millions de dollars, alors que le chiffre d'affaires atteignaient 886 millions de dollars.
  • En 2018, WeWork a perdu 1,6 milliard de dollars sur 1,8 milliard de dollars de chiffre d'affaires.
  • Pour les six premiers mois de 2019, l'entreprise a enregistré une perte de 690 millions de dollars sur 1,5 milliard de chiffre d'affaires.

WeWork a prêté des millions à Adam Neumann et à d'autres dirigeants.

WeWork ; Theo Wargo/Getty Images pour iHeartMedia ; Samantha Lee/Business Insider

Les documents de l'IPO ont révélé que WeWork a prêté 7 millions de dollars au PDG Adam Neumann en 2016, qu'il a remboursés en 2017. WeWork a également prêté plusieurs millions de dollars à chacun des trois autres dirigeants, qui ont tout remboursé, à l'exception d'un prêt de 600 000 dollars à Artie Minson, qui a été effacé. WeWork a également prêté des millions de dollars à We Holdings LLC, dont Adam Neumann est l'un des dirigeants.

Le PDG Adam Neumann a encaissé 700 millions de dollars de la société avant son introduction en Bourse.

Michael Kovac/Getty Images pour WeWork

Le Wall Street Journal a rapporté qu'Adam Neumann avait encaissé 700 millions de dollars en stock options avant l'introduction en Bourse de l'entreprise, une décision inhabituelle qui a fait sourciller les investisseurs, car les fondateurs attendent généralement que leur entreprise soit introduite en Bourse s'ils pensent que sa valeur va augmenter.

Les précédentes enquêtes ont confirmé qu'Adam Neumann avait gagné des millions en louant ses bâtiments à New York et San Jose à WeWork.

Adam Neumann a des actions dans la société We qui lui permettront de conserver le contrôle longtemps après l'introduction en Bourse.

The We Company

Adam Neumann, comme beaucoup de PDG de startups, détient des actions qui lui donnent des voix supplémentaires. Ils bénéficient de 20 droits de vote par action, soit deux fois plus que ce dont disposent habituellement les patrons.

L'entreprise a été critiquée pour son manque de diversité dans les postes de direction.

Brendan McDermid/Reuters

Selon les documents déposés à la SEC, il n'y avait pas une seule femme dans le conseil d'administration de We Company.

15 août : Morgan Stanley s'est retiré de l'introduction en Bourse de WeWork.

Reuters

La banque s'est retirée de l'introduction en Bourse après avoir perdu son rôle de chef de file de l'opération.

21 août : Le candidat à l'élection présidentielle américaine Andrew Yang a affirmé dans un tweet que la valorisation de WeWork de 47 Mds$ était "tout à fait ridicule".

Il a partagé un article de Business Insider US dans lequel un professeur de l'Université de New York a appelé la société "WeWTF".

27 AOÛT : Un article souligne que les meilleurs employés des ressources humaines ont quitté WeWork au cours des derniers mois, et certains ont blâmé Adam Neumann.

WeWork

Près d'une douzaine de responsables des ressources humaines ont quitté l'entreprise au cours de l'année qui a précédé le dépôt des documents auprès de la SEC, selon The Information, y compris le chef du département intérim, le directeur principal de l'acquisition de talents et le directeur de la stratégie des ressources humaines.

Avant cela, au moins cinq autres hauts responsables des RH sont partis entre 2015 et l'année dernière, y compris le directeur des RH. Plusieurs ont signalé des désaccords avec Adam Neumann. Selon l'article, au moins deux anciens responsables des RH ont porté plainte pour harcèlement sexuel contre l'entreprise. Dans l'un de ces cas, il est reproché que les primes sous forme d'actions aient été accordées presque exclusivement à des hommes.

4 septembre : WeWork a engagé une ancienne cadre d'Uber pour s'occuper de la culture d'entreprise et combattre les accusations de discrimination.

TED

Début septembre, WeWork a recruté Frances Frei, professeure à la Harvard Business School, après que l'entreprise a été critiquée pour le fait qu'il n'y avait pas de femmes aux postes de direction. Chez Uber, Frances Frei avait été chargée de changer la culture d'entreprise toxique.

4 septembre : Adam Neumann rend les 5,9 M$ que WeWork lui a versés pour utiliser la marque de commerce "We" après que l'entente a été largement critiquée.

WeWork ; Eduardo Munoz/REUTERS ; Samantha Lee/Business Insider

Avant le dépôt des documents de l'IPO, WeWork a été officiellement rebaptisée The We Company et a versé à Adam Neumann près de 6 millions de dollars de droits pour la marque en tant que membre dirigeant de We Holdings, LLC.

Après cette révélation dans les documents de l'IPO, l'opération a été largement critiquée. Peu de temps après, WeWork a publié une mise à jour des documents indiquant qu'Adam Neumann a restitué l'argent à la société, qui a conservé sa marque déposée "We".

5 septembre : WeWork a envisagé de réduire de plus de 50% la valorisation de son introduction en Bourse.

WeWork/SEC

Le Wall Street Journal et Bloomberg ont rapporté le 5 septembre que The We Company envisageait de réduire sa valeur pour son introduction en Bourse de 47 milliards de dollars à 20 milliards de dollars. Elle a également commencé à réfléchir à la possibilité de retarder son entrée en Bourse.

9 septembre : SoftBank, le plus grand actionnaire de WeWork, a demandé la suspension de l'introduction en Bourse.

Reuters

L'actionnaire externe le plus important de WeWork a exhorté la société à reporter l'introduction en Bourse en raison du manque d'intérêt des investisseurs, même après que la société a réduit de moitié sa valorisation dans le cadre de son IPO. Softbank a investi plus de 10 milliards de dollars dans WeWork. Lors de son dernier investissement, WeWork était valorisée à 47 milliards de dollars.

12 septembre : Le Financial Times a rapporté que WeWork débattait de la limitation du pouvoir d'Adam Neumann et de son épouse, Rebekah.

Ben Hider/Getty Images

La société envisageait de réduire les droits de vote d'Adam Neumann de 20 voix par action.
L'entreprise et ses conseillers ont également envisagé de retirer à Rebekah Neumann son pouvoir de désigner un successeur si son mari décédait ou devenait incapable de diriger la société.

13 septembre : Le conseil d'administration de WeWork a annoncé des changements dans la gouvernance de l'entreprise, y compris concernant Adam Neumann.

AP Photo/Mark Lennihan

Dans une mise à jour du dossier déposé auprès de la SEC, la société a indiqué qu'elle embaucherait un administrateur principal indépendant d'ici la fin de l'année, et un autre l'an prochain. Elle a également annoncé son intention d'inscrire ses actions pour qu'elles soient cotées sur le Nasdaq.

WeWork a réduit les droits de vote d'Adam Neumann de 20 votes par action à 10 votes par action. Adam Neumann a accepté de limiter à 10 % la quantité d'actions qu'il peut vendre dans les deuxième et troisième années suivant l'introduction en Bourse, et a déclaré qu'il rembourserait les profits tirés des transactions immobilières avec la société.

WeWork a également retiré Rebekah Neumann, cofondatrice, de la planification de la succession et l'a exclue du conseil.

WeWork

Le retrait des investisseurs a conduit WeWork à supprimer l'influence de Rebekah Neumann sur l'entreprise, selon une mise à jour du 13 septembre de la SEC.

WeWork envisagerait à présent une valorisation encore plus basse pour son entrée en Bourse : 10 Mds$.

Getty

Reuters a rapporté le 13 septembre que WeWork n'était pas confiant dans le fait que les changements dans la gouvernance convaincraient les investisseurs, préoccupés par la rentabilité de l'entreprise.

16 septembre : L'introduction en Bourse a été officiellement retardée.

Reuters

Le 16 septembre, Reuters a rapporté que l'introduction en Bourse a été reportée indéfiniment, et n'aura pas lieu avant octobre au plus tôt.

"The We Company attend avec impatience son introduction en Bourse, qui devrait être achevée d'ici la fin de l'année ", a déclaré WeWork dans un communiqué.

17 septembre : Les obligations de WeWork ont chuté à un rythme record après que la société a retardé son projet d'introduction en Bourse.

WeWork / BI

Après avoir retardé son introduction en Bourse, les obligations de WeWork ont chuté de 7 centimes par dollar, la plus forte baisse depuis leur émission en avril 2018.

18 septembre : Un article du Wall Street Journal décrit en détail le comportement festif et le style de management d'Adam Neumann.

Benett/Getty Images

Eliot Brown, du Wall Street Journal, a rapporté qu'Adam Neumann a demandé à son équipe de congédier 20 % de ses employés chaque année pour réduire les coûts, et son épouse Rebekah Neumann a demandé que certains employés soient licenciés après les avoir rencontrés pendant quelques minutes seulement.

Le journal a également rapporté qu'Adam Neumann avait un jour annoncé des licenciements, puis servi des shots de tequila avant que Darryl McDaniels du groupe de hip-hop Run-DMC ne fasse irruption dans la salle pour un concert surprise.

L'article décrivait également sa consommation présumée de marijuana et comment sa passion pour le vol à haute altitude avait causé le rappel d'un jet privé en Israël après que l'équipage de l'avion a découvert de la marijuana cachée dans une boîte de céréales à bord.

20 septembre : Un locataire de WeWork à Manhattan a découvert que la faible cybersécurité exposait les informations sensibles des locataires.

WeWork

Une mauvaise sécurité wifi a permis à un locataire de WeWork de consulter des informations privées, y compris les détails des comptes bancaires et les permis de conduire d'autres entreprises dans l'immeuble.

Un rapport a révélé que la directrice des investissements de WeWork pour son fonds immobilier a démissionné.

Patrick McMullan/Getty Images

Wendy Silverstein, directrice des placements du fonds immobilier ARK de WeWork, a démissionné à la mi-septembre. Elle a dit à The Real Deal qu'elle était partie pour s'occuper de ses parents âgés et que son départ n'avait rien à voir avec les récentes difficultés de l'entreprise pour s'introduire en Bourse. Elle a été l'une des nombreuses personnes qui ont quitté WeWork au cours de la dernière année.

Business Insider US rapporte qu'un ancien cadre de WeWork a poursuivi l'entreprise en justice pour discrimination et a par la suite retiré sa plainte.

Richard Markel

Un ancien cadre de WeWork, Richard Markel, a décrit une culture "sectaire" d'alcool illimité et de soirées pyjama obligatoires jusqu'à ce qu'il soit poussé vers la sortie. Il est maintenant dans une procédure d'arbitrage privé avec WeWork, a rapporté Business Insider US le 20 septembre.

22 septembre : Le Wall Street Journal rapporte que certains membres du conseil d'administration de WeWork envisagent de destituer Adam Neumann de son poste de PDG.

Kelly Sullivan/Getty Images

Certains membres du conseil d'administration de WeWork sont en faveur de la destitution du PDG Adam Neumann, selon le Wall Street Journal. Le conseil d'administration se réunit dans la journée et il pourrait faire pression pour qu'Adam Neumann soit démis de ses fonctions de PDG et nommé président non-exécutif. Les responsables liés au plus important investisseur dans WeWork, SoftBank, sont en faveur du départ d'Adam Neumann.

23 septembre : Adam Neumann a entamé des pourparlers avec le conseil d'administration de WeWork et les investisseurs au sujet de son rôle futur dans l'entreprise.

Masayoshi Son, PDG de Softbank (à gauche) et Adam Neumann, PDG de WeWork (à droite). Alessandro Di Ciommo/Getty Images, Michael Kovac/Getty Images, Business Insider

Adam Neumann n'a pas encore accepté de se retirer en tant que PDG de The We Company, la société mère de WeWork, et il n'y a aucune certitude qu'il le fera, ont déclaré lundi des sources familières des discussions à Reuters. Une contestation du conseil d'administration prévue par les investisseurs, y compris SoftBank Group Corp et Benchmark Capital, a été suspendue jusqu'à ce que ces discussions aboutissent un résultat, ont ajouté les sources.

24 septembre : Adam Neumann a quitté son poste de PDG de WeWork.

Fortune Brainstorm

Le Wall Street Journal a rapporté pour la première fois mardi qu'Adam Neumann allait quitter son poste de PDG de WeWork, tout en restant président de The We Company. Michael J. de la Merced, David Gelles, Peter Eavis et Andrew Ross Sorkin du New York Times ont rapporté que Sebastian Gunningham et Artie Minson, deux dirigeants actuels de l'entreprise, ont été nommés co-directeurs généraux.

Version originale : Business Insider / Mary Meisenzahl

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :