5,8 millions : c'est le nombre de foyers qui bénéficieront du chèque énergie à partir de ce lundi 25 mars 2019. Son envoi est étalé sur cinq semaines, à cheval sur les mois de mars et d'avril. Pour rappel, le chèque énergie est un dispositif d'aide au paiement des factures d'énergie ou de rénovation énergétique. Il remplace les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité depuis plus d'un an maintenant. Une manière de donner un coup de pouce aux ménages les plus modestes. En 2019, les montants sont compris entre 48 et 277 euros selon les situations. Le montant moyen sera de 200 euros, soit une augmentation de 50 euros par rapport à l'année dernière.

En fait, il n'y a aucune démarche particulière pour pouvoir en bénéficier. Vous pouvez toutefois vérifier votre éligibilité sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Le montant du chèque varie en fonction des revenus que vous avez déclaré à l'administration fiscale. Les foyers éligibles sont ceux qui ont moins de 10 700 euros de revenu annuel par unité de consommation (UC). La première personne représente 1 unité de consommation, la deuxième 0,5 UC, les suivantes 0,3 UC. Cela équivaut à un revenu fiscal de référence de 10 700 euros pour une personne seule,16 050 euros pour un couple et 19 260 euros pour un couple avec un enfant, rappelle Capital

Et c'est vous qui décidez de ce que vous en faites : vous pouvez l'envoyer directement à votre fournisseur de gaz ou d'électricité, son montant sera alors déduit de votre facture. Mais vous pouvez aussi l'utiliser pour financer certains travaux chez vous s'ils permettent d'améliorer la consommation d'énergie de votre logement. 

Ce chèque est indépendant et cumulable avec toutes les autres aides existantes (primes énergies, crédits d'impôt, Eco-Prêt à taux zéro…). Son utilisation se fait en ligne, ou par courrier en l'envoyant directement à votre fournisseur.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le premier ministre vient de dévoiler son plan face à la hausse du prix des carburants — voici ce qui va changer