Vous pouvez désormais discuter avec Albert Einstein grâce à l'IA

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Vous pouvez désormais discuter avec Albert Einstein grâce à l'IA
L'avatar d'Albert Einstein présenté par l'entreprise néo-zélandaise UneeQ. © UneeQ

Les derniers compagnons virtuels créés par UneeQ, une entreprise néo-zélandaise basée à Austin et spécialisée dans les "humains numériques", comprennent un chatbot d'Albert Einstein. Le lancement a été programmé pour marquer le 100e anniversaire de son prix Nobel de physique. Vous pouvez parler à Einstein via le site web d'UneeQ et il vous répondra à sa manière. Selon son site web, la mission d'UneeQ est de révolutionner l'expérience client grâce à des ambassadeurs dotés d'intelligence artificielle. Le physicien allemand n'est pas la seule personnalité avec laquelle les utilisateurs peuvent dialoguer sur le site web de l'entreprise.

Les compagnons de gamme d'UneeQ comprennent également une conseillère en santé du Covid-19 nommée Sophie et une version de Daniel Kalt, économiste en chef d'UBS, la banque suisse. Danny Tomsett, PDG d'UneeQ, a déclaré dans un communiqué : "Digital Einstein peut communiquer avec les gens naturellement en utilisant la conversation, les expressions humaines et les réponses émotionnelles pour fournir au mieux des interactions quotidiennes qui, nous l'espérons, feront une différence dans la vie des gens."

Voici comment ces compagnons robots se positionnent.

À lire aussi —Microsoft fait l'acquisition de Nuance, spécialiste de l'IA, pour près de 20 Mds$

Digital Einstein

L'expérience d'IA a été créée en collaboration avec l'Université hébraïque de Jérusalem et Greenlight, qui a fourni la ressemblance d'Albert Einstein, notamment sa voix, son image et ses manières, selon Uneeq. Vous pouvez discuter avec le scientifique sur une variété de sujets grâce à son quiz quotidien, ou discuter de l'œuvre de sa vie et de ses recherches. Insider lui a posé un tas de questions, dont celle de savoir si la Terre était plate. "Bien sûr que la Terre n'est pas plate. Ne soyez pas ridicule", a-t-il répondu.

Nous étions également curieux de connaître son point de vue sur les vaccins contre le Covid-19, mais sa réponse a été évasive : "Espérons que tôt ou tard, nous aurons une vie normale. Soyez prudents, restez en bonne santé et embrassez vos proches autant que possible", a-t-il déclaré. Il a naturellement parlé avec autorité de la théorie de la relativité, mais n'a pas été en mesure de répondre à des questions plus profondes sur la façon dont il pense que l'Histoire l'a jugé. Il a simplement répondu : "Désolé, je n'ai pas compris ce que vous avez dit".

Sophie

Lancée en avril 2020, Sophie est un produit de notre époque. Le compagnon numérique a été créé pour converser avec les utilisateurs sur les questions les plus courantes autour du Covid-19. La société a déclaré avoir utilisé les données des Centres de contrôle et de prévention des maladies et de l'Organisation mondiale de la santé pour lancer Sophie en tant que conseillère en santé publique. Elle est en mesure d'informer les utilisateurs des dernières nouvelles sur la pandémie, tout en fournissant des conseils en temps réel sur les moyens de rester en sécurité, sur la base de sources d'information crédibles.

Les utilisateurs peuvent converser avec Sophie pratiquement dans toutes les langues, puisqu'elle parle couramment l'espagnol, le portugais, le danois et le japonais. En ce qui concerne sa personnalité, Sophie a été conçue pour être empathique, amicale et ne pas porter de jugement.

Daniel Kalt

Le site Web d'Uneeq présente un éventail de compagnons qu'elle a créés pour de grandes entreprises. Parmi ceux-ci figure le sosie numérique de l'économiste en chef d'UBS, Daniel Kalt. Son chatbot a été développé pour la branche suisse de la banque afin d'aider les gens à trouver les informations bancaires et financières cruciales dont ils ont besoin.

Selon l'entreprise, Daniel Kalt est capable de puiser dans une mine de données sur les prévisions financières d'UBS et de présenter des idées aux clients fortunés "en face à face." Comme Sophie, il est disponible à tout moment de la journée pour avoir une conversation personnalisée avec les utilisateurs.

Conseillers utiles ou amis des beaux jours ?

Le potentiel de ce type de technologie est évident, mais il n'est pas certain, à ce stade, que les "humains numériques" puissent répondre pleinement à nos attentes. Le monde est confronté à une crise indéniable de la santé mentale, avec notamment une augmentation significative des états anxieux et dépressifs.

Il est peu probable que des compagnons alimentés par l'IA puissent se substituer au traitement approprié de graves problèmes de santé mentale. Mais ils pourraient néanmoins apporter un peu de gaieté et de légèreté à ceux qui sont confrontés à un isolement prolongé pendant la pandémie en cours.

Version originale : Zahra Tayeb/Insider

À lire aussi — Microsoft va proposer des réunions de travail avec les avatars ou hologrammes de collègues