Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Vous pouvez désormais sortir marcher près de chez vous avec ceux avec qui vous êtes confinés


Dans les rues de Paris le 15 mars 2020. Le gouvernement vous laisse désormais vous promener avec ceux qui vous êtes confinés, dans un rayon de 1 km, pendant une heure. © Cyril Marcilhacy/Bloomberg via Getty Images

Edouard Philippe a annoncé lundi 23 mars 2020 de nouvelles restrictions pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, et notamment la fermeture, sauf dérogation, des marchés alimentaires à ciel ouvert. Mais les Français attendaient surtout de savoir si le confinement allait être total, au-delà des motifs déjà existants sur l'attestation de déplacement dérogatoire qu'il faut toujours avoir avec soi. "Sortir pour promener ses enfants ou pour faire du sport, c'est dans un rayon d'un kilomètre de chez soi, au maximum pour 1 heure, tout seul et une fois par jour", a affirmé Edouard Philippe. Le Premier ministre a précisé qu'il faudra justifier de son heure de sortie sur l'attestation.

Mais le décret d'application publié au Journal Officiel ce mardi 24 mars 2020 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire semble avoir paradoxalement assoupli les déplacements au strict nécessaire décidés par Emmanuel Macron la première fois, en vous permettant finalement de sortir marcher avec ceux avec qui vous êtes confinés. Voici ce qu'on peut y lire : "Jusqu'au 31 mars 2020, tout déplacement de personne hors de son domicile est interdit à l'exception des déplacements pour les motifs suivants en évitant tout regroupement de personnes : (...) Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie."

Ces nouvelles mesures répondent à la demande de nombreux médecins qui réclamaient des mesures plus strictes face à une épidémie qui se propage et a tué 860 personnes en France, 2 082 patients étant lundi soir en réanimation, selon le dernier bilan communiqué par le Ministère des Solidarités et de la Santé. Le Conseil d'Etat avait également enjoint dimanche au gouvernement de revoir d'ici 48 heures certaines dérogations de déplacement "au caractère ambigu", notamment celles pour motifs de santé ou pour l'activité physique. De son côté, le syndicat "Jeunes Médecins", à laquelle s'est associée l'ordre des médecins et un syndicat d'internes, prône pour un confinement total.

Rappelons que les contrevenants aux règles du confinement s'exposent à une amende de 135 euros qui passeront à 1 500 euros en cas de récidive. Près de 100 000 infractions pour non-respect du confinement ont été relevées par les forces de l'ordre depuis la mise en place de cette mesure il y a une semaine.

"Le temps du confinement peut durer encore quelques semaines", a ajouté Edouard Philippe. "Beaucoup de nos concitoyens aimeraient retrouver le temps d'avant, le temps normal, mais il n'est pas pour demain", a encore prévenu le chef du gouvernement, sans donner plus de détails sur une prolongation de la durée de confinement.

Un avis du conseil scientifique sur cette question est attendu ce mardi.

A lire aussi : Les supermarchés donnent la priorité au personnel soignant pendant le confinement

Découvrir plus d'articles sur :