Vous pouvez maintenant vendre vos vêtements d'occasion dans les Galeries Lafayette

Capture d'écran réalisée sur le site de Place2swap, le 9 avril 2019. Place2swap

Le succès fulgurant du site de revente de vêtements Vinted fait bouger les lignes et les marques n'hésitent plus à se lancer à leur tour dans le segment des produits d'occasion. Les exemples foisonnent dans différents secteurs d'activité. Il y a quelques années, Decathlon a déployé sa plateforme "Trocathlon" de matériel sportif d'occasion. L'été dernier, un hypermarché E. Leclerc a lancé son propre service d'occasion. A l'automne, c'est l'enseigne de prêt-à-porter Camaïeu qui a sauté le pas avec son "vide dressing" et aujourd'hui, les Galeries Lafayette.

Depuis vendredi 5 avril, ce sont les clients des Galeries Lafayette de Lyon Part-Dieu qui expérimentent ce service. Ils ont ainsi accès à une place de marché de produits d'occasion via le site legooddressing.galerieslafayette.com. On y trouve aussi bien une robe Zadig & Voltaire à 25 euros, une veste IKKS à 15 euros ou un trench Promod à 10 euros. La taille, la matière, la couleur et l'état du produit sont détaillés et toutes les marques sont acceptées.  Pour profiter du service, entièrement gratuit, il faut d'abord créer un compte sur le site. 

Puis si vous voulez vendre un produit, il suffit de le prendre en photo, de remplir différents champs d'informations qui permettent de décrire ce que l'on vend et de fixer un prix, qui ressort souvent entre 20% et 80% moins cher que le produit neuf. Si un acheteur est séduit, il règle en ligne. Le vendeur reçoit ensuite un bordereau par mail à coller sur le produit. Il a ensuite cinq jours pour l'apporter au magasin. Dans les 24h après que l'acheteur a récupéré son produit, le compte du vendeur est crédité d'une carte cadeau de la valeur de la commande. Ici, pas d'argent sonnant et trébuchant, mais un bon d'achat à dépenser... dans n'importe quel magasin Galeries Lafayette et sur le site internet.

La solution a été créée par Place2swap, une startup française qui a profité l'an dernier du programme d'accélération de Lafayette plug&play.

Le marché de l'occasion prend de l'ampleur

"Il se passe énormément de choses sur le marché de l'occasion et on constate particulièrement un grand changement d'état d'esprit depuis un an, avec l'explosion de Vinted", a confié à Business Insider France Lucie Soulard, qui a cofondé Place2swap il y a deux ans et demi. 

Il y a peu encore, les marques redoutaient une "cannibalisation" de leurs ventes, "mais elles s'aperçoivent désormais que le consommateur de produits neufs n'est pas le même que le consommateur de produits d'occasion. Leurs profils sont différents", analyse Lucie Soulard.

"Proposer des produits d'occasion est un levier pour recruter de nouveaux clients et rajeunir sa cible. Les jeunes sont en demande de cela et si le service n'est pas proposé, ils vont voir ailleurs". 

La solution de Place2swap permet de fidéliser ses clients et d'augmenter la fréquentation en magasin. Le vendeur s'y rend pour déposer son produit et utiliser son bon d'achat et l'acheteur pour récupérer son produit et pourquoi pas se laisser séduire par d'autres en passant dans les rayons. 

"Les marques sont en quête de solutions pour être présentes sur le digital, mais c'est également une façon concrète de développer leur politique RSE [Responsabilité sociétale des entreprises, Ndlr.], alors que certaines enseignes de 'fast fashion' sont montrées du doigt. Se lancer dans l'occasion permet d'entrer dans l'économie circulaire plébiscitée aujourd'hui par les consommateurs."

Avec l'essor des plateformes comme Le Bon Coin, Le Vide Dressing, Vinted... le marché de des produits de seconde main s'est démocratisé et décomplexé. Les consommateurs font des économies, tout en diminuant leur impact sur l'environnement en donnant une seconde vie aux produits.

Le marché est estimé en France à 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, d'après une estimation du cabinet d'études Xerfi, citée par Les Echos Start, dont un milliard pour le seul marché des vêtements d'occasion d'après l'Institut français de la mode. Des montants probablement sous-estimés tant la croissance du secteur est forte. Au niveau mondial, le site Thred Up évoque 363 milliards d'euros pour le marché de la mode de seconde main.  

De nouvelles enseignes séduites

Pour accompagner cette tendance de fond, la technologie de Place2swap arrive à point nommé. La société ne communique pas sur ses chiffres, mais le succès du vide dressing de Camaïeu parle de lui-même. Testé depuis octobre dans 18 magasins, il sera étendu la semaine prochaine à une centaine d'autres — sur les 650 magasins que compte l'enseigne de prêt-à-porter en France.

Trois autres enseignes (pas uniquement de mode) devraient adopter cette solution dans les prochains mois. 

"Notre technologie s'adapte à tous les secteurs d'activité : mode, bricolage, petite enfance... nous pouvons très facilement installer notre plateforme en marque blanche sur les sites internet des marques", précise Lucie Soulard. 

Le modèle économique est basé sur un abonnement mensuel, calculé en fonction du nombre de magasins et de nombre de transactions.  La startup est en train de boucler une levée de fonds et prévoit d'être à l'équilibre d'ici la fin de l'année prochaine. Installée à Paris, elle compte doubler le nombre de ses collaborateurs, de cinq à dix, dès cette année.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Alors que les hypermarchés perdent des clients, il y en a un qui mise sur un vieux système pour les faire revenir

VIDEO: Molly Bloom a inspiré le film 'Le Grand Jeu' — elle raconte comment elle organisait ses parties de poker à plusieurs millions de dollars