Vous pouvez propager le Covid-19 en parlant chez le coiffeur ou pendant un massage, même avec un masque

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Des chercheurs japonais ont découvert que dans des scénarios où un client est assis ou couché sous un employé (ou vice versa), le flux d'air pourrait transporter des particules virales d'une personne à l'autre. © Jason Whitman/Getty Images

La plupart des gens savent maintenant qu'il faut porter un masque dans les lieux publics pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Nous avons même appris à éviter de crier ou de chanter, ce qui peut répandre des particules contagieuses dans l'air ambiant. Mais parler à un volume normal expulse également des particules virales, et celles-ci pourraient se transmettre à une autre personne, même, dans certains cas, lorsque vous portez un masque, selon une étude publiée le 23 février dans Physics of Fluids.

Des chercheurs japonais ont découvert que dans des scénarios où un client est assis ou couché sous un employé (ou vice versa), le flux d'air pourrait transporter des particules virales d'une personne à l'autre. Cela pourrait être un problème dans des environnements tels qu'un salon de coiffure, un spa ou un établissement médical ou de soins.

A lire aussi — Covid-19 : 20,5 millions d'années de vie ont été perdues par rapport à l'espérance moyenne

Des recherches antérieures ont montré que le fait de parler peut produire une énorme quantité de particules virales en peu de temps. Il peut donc être important de comprendre comment cela fonctionne pour protéger les personnes contre l'infection dans les établissements médicaux et les services aux clients.

Une cliente se fait faire une manucure lors de la réouverture progressive des commerces et des restaurants à Roswell, en Géorgie (Etats-Unis), le 24 avril 2020.  Bita Honarvar/Reuters

La gravité attire les particules contagieuses vers le bas si vous vous penchez ou vous tenez debout au-dessus d'une autre personne

Les chercheurs de l'université Aoyama Gakuin et du Yamano College of Aesthetics ont utilisé des e-cigarettes pour générer un nuage de vapeur dont la taille des particules est similaire à celle des particules porteuses du coronavirus. Ils ont ensuite utilisé la lumière laser pour étudier le schéma de circulation dans l'air des particules, dans différents environnements. Les participants ont prononcé le même mot ("onegaishimasu", une salutation japonaise courante) en étant assis, debout et couchés dans différentes positions, avec et sans masque.

Lorsqu'une personne parle sans masque, les particules qu'elle exhale sont transportées vers le bas par la gravité, de sorte qu'une personne assise ou couchée en dessous d'elle peut être infectée.

Avec un masque, ces particules sont davantage contenues dans un nuage de vapeur par l'air chaud qui entoure le corps de la personne, et sont moins susceptibles de se déplacer vers d'autres personnes. Cela réduit considérablement le risque, ont constaté les chercheurs.

Cependant, si une personne se penche, les particules expirées sont entraînées vers le bas, selon l'étude. Si le masque est lâche et que des particules virales s'échappent, cela peut présenter un risque d'infection.

Cela pourrait poser un problème dans des situations telles que le massage sur table, d'autres services de spa ou des soins médicaux dans lesquels un patient est allongé sur un lit.

Les chercheurs ont utilisé des masques non tissés de type chirurgical et ont découvert que les particules ne s'échappaient pas par les côtés ou le bas du masque, mais par le haut, par des ouvertures autour du nez. Cette étude ne permet pas de déterminer clairement comment un masque plus serré ou tissé pourrait fonctionner, ni si le double-masquage pourrait être utile. Le port d'un écran facial a cependant permis d'éviter que les particules ne soient transportées par la gravité.

L'auteur principal de l'étude, Keiko Ishii, professeur d'ingénierie mécanique à l'université Aoyama Gakuin à Tokyo (Japon), a déclaré dans un communiqué de presse que "le bouclier facial favorisait l'augmentation du souffle expiré". "Il est donc plus efficace de porter à la fois un masque et un écran facial lors de la prestation de services aux clients", conclut-il.

Version originale : Gabby Landsverk/Insider

À lire aussi — Le vaccin d'AstraZeneca dénigré au profit de celui de Pfizer, en France et ailleurs en Europe

Découvrir plus d'articles sur :