Publicité

Warren Buffet quitte son poste d'administrateur de la fondation Bill et Melinda Gates

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Warren Buffet quitte son poste d'administrateur de la fondation Bill et Melinda Gates
La fortune de Warren Buffet est estimée à 103 milliards de dollars (87 milliards d'euros). © Getty Images
Publicité

Warren Buffett démissionne de son poste d'administrateur de la Fondation Bill et Melinda Gates, quelques semaines après que le cofondateur de Microsoft et sa femme ont annoncé leur divorce.

"Pendant des années, j'ai été un administrateur — inactif de surcroît — d'un seul bénéficiaire de mes fonds, la Fondation Bill et Melinda Gates (BMG)", a déclaré l'investisseur milliardaire et PDG de Berkshire Hathaway dans un communiqué. "Je démissionne maintenant de ce poste, comme je l'ai fait dans tous les autres conseils d'administration d'entreprises à l'exception de Berkshire". "Mes objectifs sont à 100% en phase avec ceux de la fondation, et ma participation physique n'est en aucun cas nécessaire pour atteindre ces objectifs", a-t-il ajouté.

À lire aussi — Voici la face sombre de Bill Gates, entre comportements déplacés et fréquentations douteuses

Un appel aux dons

Le divorce des époux Gates a provoqué une onde de choc dans la communauté philanthropique, soulevant des questions sur le fonctionnement de l'une des organisations caritatives les plus importantes et les plus influentes après la séparation de ses deux fondateurs et homonymes. Le Wall Street Journal a rapporté fin mai que la Fondation Gates pourrait mettre en place un conseil d'administration et faire appel à des directeurs extérieurs afin de minimiser les perturbations dans son travail.

Dans sa déclaration, Warren Buffett a souligné qu'il avait désormais donné 50% de ses actions "A" de Berkshire, une étape clé dans sa mission consistant à faire don de plus de 99% de sa fortune à de bonnes causes.

En 2006, le milliardaire s'était engagé à verser la quasi-totalité de ses 474 998 actions "A" de l'époque à la Fondation Gates et à quatre autres fondations. Après sa dernière distribution de 4,1 milliards de dollars d'actions (3,1 milliards d'euros), il possède désormais 238 624 actions d'une valeur d'environ 100 milliards de dollars (84 milliards d'euros).

Avec Bill et Melinda Gates, il a encouragé d'autres milliardaires à signer le "Giving Pledge" et à s'engager à donner au moins 50% de leur fortune à des œuvres caritatives.

À lire aussi — Warren Buffet rejoint le cercle très fermé des fortunes supérieures à 100 Mds$

Une richesse obtenue grâce aux actions

Dans sa déclaration révélant sa démission, Warren Buffett a également évoqué les difficultés à donner efficacement et ses propres réflexions sur la philanthropie. Cette déclaration a peut-être été en partie inspirée par l'examen approfondi auquel il a été confronté ces deux dernières semaines après que ProPublica, citant des fuites de déclarations de revenus, a rapporté que lui et d'autres milliardaires ne paient qu'une infime partie de leur valeur nette en impôts fédéraux sur le revenu chaque année.

"Les 41 milliards de dollars d'actions Berkshire (34,3 milliards d'euros) que j'ai donnés aux cinq fondations n'ont permis d'économiser qu'environ 40 cents (30 centimes) d'impôts par tranche de 1 000 dollars donnés" (836 euros environ), a déclaré l'homme d'affaire. "C'est parce que j'ai relativement peu de revenus. Ma richesse reste presque entièrement déployée dans des entreprises fiscalement rentables que je possède par le biais de mes actions Berkshire, et Berkshire réinvestit régulièrement ses bénéfices pour accroître encore sa production, ses emplois et ses revenus."

"Les revenus que je tire des autres actifs me permettent de vivre comme je le souhaite", a-t-il ajouté. "Mes besoins sont simples : ce qui m'a rendu heureux à 40 ans me rend heureux à 90 ans."

Warren Buffett a également réitéré son célèbre conseil aux personnes fortunées qui réfléchissent à ce qu'elles feront de leur argent à leur mort. "Après avoir beaucoup observé les familles super-riches, voici ma recommandation : laissez aux enfants suffisamment pour qu'ils puissent faire n'importe quoi, mais pas suffisamment pour qu'ils ne puissent rien faire", a-t-il déclaré.

Version originale : Theron Mohamed/Insider

À lire aussi — Les 10 États où les 1 % les plus riches sont les plus fortunés

Découvrir plus d'articles sur :