SoftBank a investi 3 Mds$ de plus dans WeWork et l'accord pourrait valoriser la startup de coworking à environ 42 Mds$

Miguel McKelvey, l'un des fondateurs de WeWork. Getty Images

  • Le géant japonais SoftBank a promis d'investir 3 milliards de dollars supplémentaires dans WeWork. L'accord pourrait valoriser l'entreprise de coworking à environ 42 milliards de dollars. 
  • Selon le bilan au T3 de l'entreprise consulté par Business Insider, WeWork a considérablement augmenté son chiffre d'affaires mais ses pertes ont plus que triplé.

L'entreprise de coworking WeWork a levé 3 milliards de dollars supplémentaires auprès du conglomérat japonais SoftBank, ce qui signifie que ce dernier a mis au total 6,4 milliards de dollars sur la table. 

L'argent de SoftBank vient sous la forme d'un mandat, ce qui permettrait à WeWork d'avoir du cash supplémentaire pendant la première moitié de 2019. Le mandat se convertit automatiquement en actions en septembre à un prix qui pourrait valoriser WeWork à environ 42 milliards de dollars — en se basant sur le fait que l'entreprise ne s'introduit pas en Bourse ou ne se vend pas entre temps. 

WeWork a décrit ce financement comme "un financement opportuniste" disponible pour l'entreprise à des conditions favorables. Business Insider avait rapporté en juin dernier que WeWork était en discussion avec SoftBank pour lever des fonds supplémentaires pour être valorisée à 35 milliards de dollars. 

Selon le bilan financier de WeWork au troisième trimestre consulté par Business Insider, WeWork a considérablement augmenté son chiffre d'affaires mais ses pertes ont plus que triplé.

Voici les principaux chiffres de WeWork au T3 2018: 

  • Chiffre d'affaires: 482,3 millions de dollars, le double des 241 millions de dollars réalisés au T3 2017
  • Perte nette: 1,2 milliard de dollars, contre 322 millions de dollars un an plus tôt
  • Chiffre d'affaires au cours des 12 derniers mois: 1,5 milliard de dollars
  • 297.000 bureaux occupés sur les 385.000 disponibles.

WeWork a réalisé une expansion rapide, avec une présence dans 83 villes réparties dans 24 pays à travers le monde. L'entreprise s'est fait un nom, en prenant place dans de grandes propriétés, dans un style éclairé, puis en proposant des espaces de coworking flexibles, allant de bureaux en libre service à des bureaux privés. Elle utilise de plus en plus son importante trésorerie pour cibler des entreprises clientes plus grandes, afin de créer des sources de revenus plus durables et divers. Les entreprises clientes représentent désormais 29% de sa base d'utilisateurs selon WeWork. 

Les nouveaux fonds amenés par SoftBank arrivent alors que WeWork avait levé en août dernier 1 milliard de dollars auprès du conglomérat japonais en dette convertible

SoftBank et son fonds d'investissement tech, Vision Fund, avait précédemment investi 4,4 milliards de dollars dans WeWork en 2017.

L'entreprise a dit qu'elle avait vu ses taux d'occupation s'améliorer, une mesure clé pour les investisseurs qui s'inquiètent du fait que les occupants s'en aillent après une courte période, laissant à WeWork des engagements de location coûteux. L'entreprise a dit que le taux d'occupation était de 84%, malgré le fait qu'elle avait augmenté le nombre de bureaux disponibles. 

Version originale: Shona Ghosh/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les Français sont les moins friands de cash dans la zone euro — mais certains d'entre eux en utilisent plus que d'autres pour payer

VIDEO: Ces moules en forme de cœur ou de Bouddha donnent aux fruits des allures atypiques