Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

WhatsApp limite le transfert de messages pour endiguer la propagation de fake news sur le coronavirus

WhatsApp limite le transfert de messages pour endiguer la propagation de fake news sur le coronavirus
Le PDF de Facebook, Mark Zuckerberg (WhatsApp appartient à Facebook) © REUTERS/Andreas Gebert

Le service de messagerie cryptée WhatsApp va limiter le nombre de fois qu'un message peut être transféré, afin d'empêcher la propagation de fausses informations sur sa plateforme. WhatsApp a annoncé mardi 7 avril 2020 que les messages "fréquemment transférés", qu'elle définit comme des messages qui ont déjà été transférés cinq fois, seront limités afin que les utilisateurs ne puissent les transférer qu'à une seule conversation de groupe à la fois. L'objectif est d'empêcher les rumeurs de se propager de manière exponentielle sur le service de messagerie.

Avec l'apparition de l'épidémie due au coronavirus, la société-mère de WhatsApp, Facebook, a été confrontée à une avalanche de fake news à propos de la prolifération du virus sur ses plateformes. Pour Facebook et Instagram, la société a mis en place des règles plus strictes pour interdire ou supprimer les messages qui contiennent de fausses informations. WhatsApp a toujours été plus difficile à réglementer pour l'entreprise car les messages qui sont envoyés via la plateforme sont cryptés, ce qui signifie que Facebook n'y a pas accès et est incapable de les empêcher de se propager entre les destinataires.

"Nous avons remarqué une hausse significative des transferts de messages, que les utilisateurs trouvent trop nombreux, et qui peuvent contribuer à la propagation de fausses informations. Nous pensons qu'il est important de ralentir la diffusion de ces messages pour que WhatsApp reste un lieu pour les conversations personnelles", a déclaré WhatsApp dans son billet de blog.

La diffusion de rumeurs infondées et de fausses informations sur WhatsApp est devenue si répandue que des internautes avertis se sont mis à se moquer de cette tendance.

Au Royaume-Uni, un faux message vocal, prétendant que le ministère de la défense britannique préparait un plat de lasagnes de la taille d'un stade de football pour nourrir les personnes coincées à l'intérieur, est devenue viral après avoir été partagé dans un petit groupe de discussion.

A lire aussi — Mark Zuckerberg assure que Facebook n'envisage pas de partager la localisation des utilisateurs pour traquer la propagation du coronavirus

Ce n'est pas la première fois que WhatsApp s'attaque au transfert de messages dans le but d'endiguer la propagation de fausses informations. En janvier 2019, la plateforme avait réduit le nombre de fois où les utilisateurs peuvent transférer des messages de 20 à 5. Cette mesure a été prise suite à un examen minutieux de la façon dont WhatsApp a été utilisée pour diffuser de fausses informations lors de l'élection présidentielle brésilienne de 2018, et des liens entre les transferts de messages et des scènes de violence collective en Inde.

En 2019, l'entreprise a mis en place des étiquettes pour signaler les messages fréquemment transférés (identifiés par une double flèche) afin d'avertir les destinataires que les messages reçus peuvent avoir été transmis en masse.

Version originale : Isobel Asher Hamilton/Business Insider. Traduit de l'anglais par Albane Guichard.

A lire aussi — Coronavirus : comment Facebook, Google, Twitter et TikTok tentent de lutter contre les fausses informations

Découvrir plus d'articles sur :