Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'organe européen de protection de la vie privée exhorte WhatsApp à ne plus partager vos numéros de téléphone avec Facebook

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'organe européen de protection de la vie privée exhorte WhatsApp à ne plus partager vos numéros de téléphone avec Facebook
© Panneau Stop ©Pixabay

L'organe européen de la protection de la vie privée s'inquiète des dernières évolutions de WhatsApp et Yahoo.

Le "Groupe de travail 'Article 29'" — ou "G29" — a interpellé les deux entreprises Internet dans une lettre ouverte.

Depuis une mise à jour d'août 2016, WhatsApp peut transmettre vos numéros de téléphone à sa maison-mère Facebook.

Mark Zuckerberg avait racheté l'appli de messagerie en octobre 2014 pour 17,5 milliards d'euros.

Concernant Whatsapp, la lettre ouverte du groupe de travail 'Article 29' énonce :

"Le G29 formule ses inquiétudes vis-à-vis du partage d'informations au sein des 'entreprises de la famille Facebook' dans des buts qui n'étaient pas mentionnés dans les Conditions d'utilisation et politiques de confidentialité lorsque les utilisateurs se sont inscrits sur ce service."

Le "G29" exhorte WhatsApp à mettre en pause ce transfert de données "jusqu'à ce que des mesures légales appropriées puissent être mises en place."

Le groupe de travail 'Article 29' se réunira en novembre pour décider de procédures de sanction pour WhatsApp ainsi que Yahoo.

Yahoo aussi dans le viseur

Yahoo a été accusé par Reuters début octobre 2016 d'avoir aidé la NSA et le FBI à espionner les mails de ses utilisateurs. En 2014, le système de messagerie avait également été piraté — un milliard de comptes auraient été concernés.

Concernant le premier cas, le "G29" invite Yahoo à "produire des informations sur la base légale et la compatibilité avec la loi d'une telle activité".

Pour les comptes piratés, le gendarme européen de la vie privée souhaite que Yahoo lui communique "tous les aspects de ce piratage de données", ainsi que de "notifier tous les utilisateurs touchés des conséquences" et de "coopérer" en cas d'éventuelles autres investigations de services de protection des données de la vie privée.

Découvrir plus d'articles sur :