Publicité

Worldpay plonge en Bourse après l’annonce d’un accord à 8Mds€ avec un rival du paiement en ligne

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Worldpay plonge en Bourse après l’annonce d’un accord à 8Mds€ avec un rival du paiement en ligne
© REUTERES/Lukas Barth
Publicité

Dans le secteur de la fintech, les services de paiement autorisés suscitent des convoitises en Europe.

Le spécialiste britannique des solutions de paiement Worldpay a annoncé mercredi avoir accepté une offre de rachat de Vantic, spécialiste américain des technologies de cartes de crédit, d'un montant de 7,7 milliards de livres (8,78 milliards d'euros), hors dette.

Worldpay vend à ses clients des technologies leur permettant de prendre différents types de paiements — par carte, en ligne ou via des appareils mobiles.

Créé en 1989, Worldpay était à l'époque une filiale de Royal Banks of Scotland, qui l'a scindé en 2010 pour le revendre aux fonds de capital investissement Bain Capital et Advent International.

L'action WorldPay a fait le yo-yo cet après-midi à l'occasion de cette annonce. Après une forte hausse, le titre s'est écroulé, à plus de 7% à 14h30 à la Bourse de Londres, à 378,70 livres (432 euros).

A la clôture, elle était en baisse de 8,82% à 372 livres.

com

Ces modalités correspondent à une valorisation de 385 pence par action Worldpay, soit une prime de 18,9% sur le cours de clôture de lundi.

Autre candidat au rachat, JPMorgan a annoncé de son côté mercredi ne pas avoir l'intention de présenter une offre ferme.

Si l'opération Worldpay-Vantiv aboutit, les actionnaires de Worldpay détiendront environ 41% du capital du nouvel ensemble, qui sera co-dirigé par l'actuel patron de Vantiv, Charles Drucker, et le directeur général de Worldpay, Philip Jansen.

L'accord de rapprochement a été conclu moins de deux ans après l'entrée en Bourse de Worldpay, fin 2015. Le groupe britannique avait à l'époque été valorisé 4,8 milliards de livres.

Les entreprises proposant des solutions de paiement automatisé sont très prisées, étant à la fois convoitées par des émetteurs de cartes de crédit, des banques et des géants technologiques comme Apple, Amazon et Google.

En France, le secteur bouge aussi.

BNP Paribas a racheté Compte-Nickel tandis que la startup Qonto — qui propose des services financiers aux petites entreprises — vient de lever 10 millions auprès d'Alven Capital et Valar Ventures, le fonds de Peter Thiel. Créée en 2016, Qonto veut être la banque mobile des professionnels en proposant une gestion simplifiée et nouvelle aux entreprises. La startup a ainsi prévue d'intégrer au compte courant des PME les différents services auxquelles elle peut avoir accès comme Slack ou Stripe.

Découvrir plus d'articles sur :