Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Xavier Niel est intéressé par la reprise du quotidien régional France-Antilles

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Xavier Niel est intéressé par la reprise du quotidien régional France-Antilles
© Raphael Lafargue/ABACAPRESS

Les salariés du groupe France-Antilles vont-ils voir leur journal sauvé du naufrage ? Peut-être pas, "mais le dossier pourrait connaître un rebondissement important", selon Rodolphe Lamy, représentant des salariés de Martinique, cité par Martinique 1ère. Ce mardi 18 février, le tribunal de commerce de Fort-de-France a validé la prolongation de l'activité du quotidien France-Antilles, afin de permettre exceptionnellement à l'homme d'affaire Xavier Niel de faire une offre de reprise, selon l'AFP. Vingt jours après la liquidation du groupe et la disparition du seul quotidien de Martinique, Guadeloupe et Guyane, le tribunal de commerce de Fort-de-France a validé une poursuite de l’activité jusqu’au 10 mars, répondant à une requête formulée en urgence lundi par le procureur de la République. L'objectif est de pouvoir permettre au fondateur de Free, Xavier Niel, co-actionnaire du Monde qui vient de racheter Nice-Matin, de faire une offre.

L'homme d'affaires a rédigé une "lettre d’intention" à l’adresse du procureur de la République de Martinique, Renaud Gaudeul, justifiant selon le procureur cette procédure "exceptionnelle" d'une poursuite d’activité plusieurs semaines après la fermeture de l’entreprise. France-Antilles avait normalement été liquidé sans poursuite d'activité le 30 janvier dernier. Mais les 235 salariés n'ont toujours pas reçu leur lettre de licenciement, ce qui signifie qu'ils sont toujours pour l'instant salariés du groupe, même s'ils ne travaillent pas. En effet, le journal a cessé de paraître depuis le 1er février. La décision du tribunal prévoit la suspension des procédures de licenciement, le maintien de l’administrateur judiciaire et la diffusion d'un appel d’offres sur un journal national. Cet appel d’offres court jusqu’au 2 mars à 15h. Toutes les offres, s’il y en a, seront ensuite examinées le 10 mars à 14h au tribunal de commerce.

Pas de réjouissance trop hâtive pour les salariés tant que le projet n'a pas été détaillé

"C'est un enjeu de la vie publique : le maintien de la presse quotidienne et de ses nombreux emplois (235) sur les territoires qui justifie la réouverture de ce dossier", a expliqué à l'audience le représentant du parquet. Pour autant, il n'y aura pas de France-Antilles en kiosque ce mercredi 19 février. "Il y a plein de contrats qui ont été suspendus, des commandes qui ont été arrêtées, il n’y a plus de papier. Donc on va être payés avec l’argent qui reste dans la trésorerie", a expliqué Rodolphe Lamy à l'AFP.

Si le représentant des salariés salut ce rebondissement dans le dossier France-Antilles, il temporise néanmoins. "À ce stade, même s'il existe une lettre d'un repreneur et que les instances judiciaires, compte tenu de l'enjeu social et médiatique, souhaitent se donner toutes les chances, il ne faut pas se réjouir trop vite. Le projet de reprise n'a pas été détaillé et pas présenté aux IRP (Instances Représentatives du Personnel), ni même au mandataire judiciaire".

Pour l'heure, selon l’administrateur judiciaire, il y a de quoi payer les salaires jusqu’au 10 mars.

Xavier Niel, magnat des médias français

Nouvellement propriétaire de Nice-Matin via sa holding NJJ, le patron de Free a, en une dizaine d'année, réalisé plusieurs investissements dans le paysage médiatique français. En 2010, Xavier Niel a acquis 75% du groupe Le Monde, alors au bord de la faillite, aux côtés de Pierre Bergé et du banquier Mathieu Pigasse. Le trio a ensuite récupéré le Nouvel Obs. En 2015, Xavier Niel fonde la société d'investissement Mediawan avec Mathieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton. "Avec ses 22 labels, 17 chaînes thématiques, une vingtaine de séries en production et 17 films de cinéma produits en 2020, Mediawan a vocation à être le leader de la production de fiction et d’animation en Europe", expliquait Pierre-Antoine Capton, président du directoire de Mediawan, à l'Association des Journalistes Médias (AJM) en décembre 2019. Il dispose également de 11% du capital du groupe La Provence, bien que Bernard Tapie en soit l'actionnaire majoritaire.

Mais Xavier Niel est aussi un habitué des soutiens aux pure players comme Atlantico, Les jours, Marsactu.

Une précédente version de cet article indiquait par erreur que Xavier Niel possédait une partie du capital de Mediapart, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

Découvrir plus d'articles sur :