Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Xavier Niel pousse un coup de gueule pour défendre la 5G

Xavier Niel pousse un coup de gueule pour défendre la 5G
Le patron de Free a défendu ses convictions de développer la 5G en France, même si ses concurrents ralentissent la cadence. © Marlene Awaad/Bloomberg/Getty Images

Xavier Niel s'est exprimé au sujet du déploiement de la 5G en France à l'occasion de la keynote de Free, mardi 7 juillet. Le patron et fondateur d'Iliad, la maison-mère de Free, s'est montré pressé de pouvoir augmenter le débit de connexion des Français avec cette nouvelle technologie, déjà déployée dans certains pays comme la Corée du Sud et les Etats-Unis. Pour lui, la 5G est "un enjeu national" et pourrait faire pencher la balance sur "l'attractivité du territoire" pour les futurs investisseurs, a-t-il expliqué au cours d'une interview avec 01TV.

"Je suis investisseur, je viens d’un autre pays, je regarde les pays en Europe où il y a de la 5G et ceux où il n'y en a a pas. Il ne faut pas qu’on perdre des investissements en France parce qu’on est en retard sur cette technologie", a insisté Xavier Niel. Free déploie déjà activement des antennes 5G partout dans le pays, qui sont "prêtes à être allumées". L'homme d'affaires n'a pas donné de date quand au lancement de la 5G chez l'opérateur, mais il espère qu'il se fera "d'ici la fin de l'année, si on a les fréquences".

La procédure d'attribution des fréquences dépend de l’Arcep — L'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes — qui a prévu de faire un appel d'offre en septembre selon Xaviel Niel. Le déploiement de la 5G chez Free pourrait donc avoir lieu quelques semaines après l'appel d'offre, à l'automne 2020.

Des maires écolos veulent s'opposer au déploiement de la 5G

Mais même si l'Arcep autorisait Free à utiliser les bandes de fréquence dès septembre, l'entreprise de Xavier Niel serait confrontée à certains maires écologistes, récemment élus lors des dernières municipales, qui veulent s'opposer au déploiement de la 5G dans leur commune.

Le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, souhaite par exemple qu'il y ait "un vrai débat" face aux "dangers de la 5G". Au micro de RTL, il a déclaré : "Je trouve inadmissible que l'on puisse l'imposer sans en discuter avec les habitants." Même discours de méfiance chez la nouvelle maire écologiste de Besançon, Anne Vignot : "On ne connaît pas encore les risques que l'on pourrait encourir."

Face à ces contestations, Xavier Niel a répondu qu'il trouverait cela "hallucinant que tous les pays, sauf la France, aient la 5G". Pour lui, les peurs liées aux potentiels dangers de la 5G relèvent de "l'irrationnel", comme il l'a affirmé sur 01TV.

Au bout du compte, c'est l'Arcep, et non pas les élus locaux, qui fait autorité pour le déploiement de la technologie et l'installation des antennes relais dans les communes. Dans une tribune publiée sur Reporterre, le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, a rappelé que l'institution était "favorable à la 5G", mais qu'elle souhaitait "tout de même un contrôle citoyen".

Free "à fond dans la 5G"

Egalement questionné sur la stratégie des concurrents de Free, comme Bouygues Telecom et SFR, qui préfèrent améliorer le réseau 4G sur tout le territoire, notamment dans les zones blanches, plutôt que d'investir dans la 5G, Xavier Niel a haussé le ton : "Chacun sa stratégie d’entreprise ! Nous qu’est ce qu’on aime ? L’évolution technologique, le progrès. C’est dans notre nature de souhaiter la 5G.” Le chef d'entreprise assume ainsi vouloir "aller à fond dans la 5G, pour réussir à délivrer des débits supérieurs à nos abonnés."

Et pour les Français pour qui la 5G paraît encore loin, Xaviel Niel assure continuer à améliorer la couverture 4G, en parallèle des nouveaux investissements de Free. Interrogé sur le coût du déploiement de la 5G, le patron de Free explique que ces investissements ne vont "absolument pas" ralentir la croissance de l'entreprise.

Si le patron de Free n'exclut pas qu'un jour on puisse changer et avoir besoin de moins de débit, il affirme qu'aujourd'hui les Français "veulent en consommer toujours plus", et il espère bien être celui qui pourra satisfaire leur demande le premier.

A lire aussi — Freebox Pop : Free casse le prix de son abonnement mobile, et ça agace certains abonnés

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :