Marissa Mayer

Marissa Mayer, PDG de Yahoo, en 2015 au Fortune Global Forum à San Francisco REUTERS/Elijah Nouvelage

Yahoo a modifié le calendrier pour boucler sa cession à Verizon pour 4,8 milliards de dollars, en raison de questions supplémentaires soulevées par une série de failles de sécurité majeures de ses systèmes. 

"Vu le travail nécessaire pour respecter les conditions de finalisation de l'acquisition, il est désormais prévu de boucler la transaction au T2 de 2017", a indiqué Yahoo lundi. L'entreprise avait annoncé précédemment que l'opération serait conclue au premier trimestre de la même année.

Yahoo n'a pas détaillé la nature du travail qui avait nécessité ce report. 

Une source proche du dossier a indiqué à Business Insider que les deux parties travaillaient sur des questions additionnelles liées aux récentes révélations de Yahoo concernant divers incidents de piratage, ainsi que des problématiques plus ordinaires comme l'intégration des services commerciaux, produit et opérationnels.

Bien que Yahoo avait d'abord visé la fin du premier trimestre pour boucler la transaction, les termes de l'accord donnent aux parties jusqu'au 24 avril pour finaliser l'opération. Après le 24 avril, chacune des parties peut dénoncer l'accord ou demander une extension de trois mois. Yahoo pourrait verser une pénalité de 144,8 millions de dollars si l'accord ne devait pas aboutir.

La modification du calendrier de l'acquisition a coïncidé avec l'annonce des résultats de l'entreprise pour le quatrième trimestre, qui ont dépassé les attentes de Wall Street. 

Voici les chiffres clés: 

Chiffre d'affaires au T4: 960,1 millions de dollars, en baisse de 4% sur un an, mais supérieur au 908 millions de dollars attendus par Wall Street. 

Bénéfice par action: 0,25 dollars, contre 0,21 dollars attendu par Wall Street.

Le report de la finalisation de la vente à Verizon est source de nouvelles incertitudes sur un accord qui a déjà été fragilisé par les récentes révélations de Yahoo sur des intrusions de hackers. Deux incidents distincts, en 2013 et 2014, ont affecté plus d'un milliard d'utilisateurs

Yahoo a attendu d'avoir signé un accord de vente avec Verizon avant de rendre ces incidents publics.

Verizon aurait alors cherché à renégocier les termes de l'accord pour obtenir un meilleur prix ou d'autres concessions. Lundi, le Wall Street Journal a aussi révélé que l'autorité américaine des marchés financiers enquêtait pour comprendre pourquoi Yahoo avait tardé à révéler ses problèmes de sécurité. 

Le fait que l'entreprise ait choisi de ne pas tenir de conférence téléphonique avec les analystes à l'occasion de ses résultats trimestriels signifie que les investisseurs n'ont pas pu obtenir de réponses à de nombreuses questions. 

Toutefois, le fait que Yahoo pense que l'accord de cession est toujours d'actualité pour la première moitié de 2017 peut rassurer certains investisseurs qui doutaient que la vente aille jusqu'au bout. 

Yahoo a dit lundi qu'il "travaillait rapidement pour boucler la transaction aussi vite que possible au T2."

Version originale: Alexei Oreskovic/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 17 entreprises tech qui font le plus de lobbying auprès du gouvernement américain

VIDEO: Uber s'est associé à un constructeur européen pour ses premières voitures sans chauffeur