Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des experts en intelligence artificielle se montrent profondément inquiets de la proximité d'Elon Musk avec Donald Trump

Des experts en intelligence artificielle se montrent profondément inquiets de la proximité d'Elon Musk avec Donald Trump
© Business Insider/Sam Shead

Des personnalités bien connues dans le milieu de l'intelligence artificielle ont commencé à afficher leur inquiétude au sujet de la relation qu'entretient le fondateur et directeur général de Tesla, Elon Musk, avec le président américain Donald Trump.

Elon Musk fait partie du comité consultatif économique de Trump. Il a été récemment nommé au sein de l'initiative de Trump en faveur de l'emploi dans l'industrie américaine, un groupe qui réunit de hauts dirigeants américains "appelés à rencontrer fréquemment le président pour partager leurs expériences spécifiques et leurs connaissances ", selon l'équipe de transition de Donald Trump.

Le français Yann Le Cun, directeur du département intelligence artificielle (IA) de Facebook, a pressé dimanche Elon Musk d'arrêter de conseiller Trump.

"Tu es un conseiller de Trump. Démissionne", a écrit Yann Le Cun sur Twitter. "Si tu restes, bats-toi et sache que ça nuira à ton héritage quand même."

Le commentaire de Yann Le Cun est intervenu après un tweet d'Elon Musk dans lequel le patron de Tesla s'inquiétait des conséquences pour l'industrie américaine du décret anti-immigration de Donald Trump et qu'il en parlerait au président lors de la prochaine réunion du comité économique.

Nando de Freitas, un scientifique de Google Depp Mind et professeur à l'Université d'Oxford, a remercié Yann Le Cun d'avoir demandé à Elon Musk de quitter ce poste. Il s'est ensuite interrogé si Elon Musk devait aider Trump sur les questions d'intelligence artificielle.

"Le vrai danger pour l'IA est qu'Elon Musk aide Trump sur ce sujet", a indiqué Nando de Freitas sur Twitter. Il s'est également demandé si les employés d'OpenAI, l'entreprise de recherche en IA d'Elon Musk, se sentaient à l'aise avec le fait que leur patron travaille avec Trump.

D'autres personnes sur Twitter, comme Etan Caballero, un chercheur scientifique au sein de Tall, entreprise californienne spécialisée en IA, se sont au contraire opposés aux propos de Yann Le Cun, défendant l'idée qu'Elon Musk devait profiter de son accès privilégié au président.

Bien qu'Elon Musk est un conseiller de Trump, il a fait une déclaration formulée avec diplomatie, en disant que le décret anti-immigration de Trump "n'est pas le meilleur moyen de s'attaquer aux défis du pays", en ajoutant qu'il affectait ceux qui n'avaient rien fait de mal et qui ne "méritaient pas d'être rejetés."

Le décret du président américain interdit aux réfugiés de sept pays à majorité musulmane d'entrer aux Etats-Unis pendant 90 jours et l'entrée de tous les réfugiés pendant 120 jours. Il y a actuellement une certaine confusion pour savoir si cette disposition concerne aussi les citoyens qui ont la double nationalité.

Andrew Ng, le directeur scientifique du géant chinois de la tech Baido, qui est installé dans la Silicon Valley, pense que les conférences sur l'IA ne devraient plus se tenir aux Etats-Unis si le décret anti-immigration demeure.

Une pétition a été lancée pour trouver un autre lieu à la conférence NIPS, une des plus grandes au monde sur l'intelligence artificielle. Elle se déroule pour l'instant à Long Beach, en Californie. Plus de 300 personnes l'ont signé.

Version originale : Sam Shead/Business Insider UK